Rubriques




Se connecter à

ENEDIS et GRDF : les agents mobilisés hier

Forte mobilisation, hier dans les locaux d'ENEDIS et GRDF à Menton.

N.H.-F. Publié le 30/11/2018 à 05:08, mis à jour le 30/11/2018 à 05:08
Le piquet de grève n'a pas eu d'impact sur les usagers. 	(DR)
Le piquet de grève n'a pas eu d'impact sur les usagers. (DR)

Forte mobilisation, hier dans les locaux d'ENEDIS et GRDF à Menton. Une « bonne quinzaine » d'agents des sociétés en charge de l'exploitation et de la maintenance du réseau d'électricité et de gaz était en grève. Ils ont tenu un piquet de grève, entre 10 et 14 heures. Cela représente 75 % des salariés de GRDF et 80 % de ceux d'ENEDIS dans la Cité des citrons, selon un salarié. Ils se sont mobilisés à l'appel de la CGT, dans le cadre d'un mouvement national. Il n'y a « pas eu de répercussion pour les clients, l'astreinte a été assurée, précise le salarié interrogé. On ne veut en aucun cas que les usagers subissent une quelconque interruption de service de notre part ».

Embauches, salaires, externalisation

Les revendications portent sur plusieurs points. Il y a la question des embauches : les départs à la retraite « ne sont plus remplacés, et nous sommes à flux tendu au niveau des effectifs, le nombre d'agents diminue d'année en année », poursuit-il.

 

Ensuite, les salariés demandent une revalorisation salariale, un élément déjà au cœur d'une précédente mobilisation en juin dernier. « La direction fait la sourde oreille », dit encore la même source.

Une autre revendication porte sur l'externalisation des services d'ENEDIS et GRDF, qui « sous-traitent beaucoup d'activités » : « On a une délégation de service public que le privé n'a pas ».

Le mouvement est « solidaire des gilets jaunes sur le pouvoir d'achat », toujours selon l'agent interrogé.

La grève est reconductible, un préavis court jusqu'au 31 janvier.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.