Rubriques




Se connecter à

À Monaco, une grève de 24h des salariés de la SBM pour s’opposer au pass sanitaire

À l’appel des syndicats, près de 150 employés du resort monégasque se sont mis en grève pendant 24 heures. Ils protestent contre l’obligation de présenter le pass sanitaire pour travailler.

Thibaut Parat Publié le 16/12/2021 à 11:05, mis à jour le 16/12/2021 à 17:12
150 personnes ont manifesté sur les Terrasses du Soleil contre l’extension du pass sanitaire aux personnels des lieux où celui-ci est déjà exigé. Jean-François Ottonello

Scène inhabituelle, mercredi matin, aux abords du Casino de Monte-Carlo. L’emblématique place est ceinturée par des barrières métalliques. Aux divers points d’entrée, la sécurité de la Société des Bains de Mer assure un filtrage des personnes. Les clients du resort monégasque sont autorisés à passer.

Les salariés manifestants, eux, se voient opposer un refus catégorique et sont invités à se diriger vers les Terrasses du Soleil. "La place du Casino nous a été interdite, peste Olivier Cardot, secrétaire général de l’Union des Syndicat de Monaco. Nous sommes revenus à une époque où les manifestants étaient parqués bien à l’abri des regards pour que les bourgeois de la haute société ne soient pas incommodés par les travailleurs en lutte pour la sauvegarde de leurs droits."

Difficile, pourtant, de ne pas entendre les chants contestataires qui s’échappent de baffles surpuissants en contrebas de l’Opéra de Monte-Carlo. Difficile de passer à côté de ce regroupement de 150 personnes- majoritairement des employés de la SBM en grève pendant 24 heures- venus protester contre la dernière mesure sanitaire décrétée par le gouvernement princier: l’extension du pass sanitaire à tous les personnels des lieux où celui-ci est déjà exigé pour la clientèle et les visiteurs(1).

En vigueur depuis hier, la mesure court jusqu’au 31 janvier prochain.

 

« Nos libertés et nos conditions de travail sont attaquées »

"Sans pass sanitaire, on ne peut plus travailler. C’est inconcevable. C’est une mesure restrictive et une obligation vaccinale déguisée, résume Giuseppe Dogliatti, secrétaire général du syndicat des Hôtels-Cafés-Restaurants de Monaco(2), affilié à l’USM. Encore une fois, ce sont nos libertés, mais aussi nos conditions de travail, qui sont attaquées. Nous n’avons pas été consultés avant cette décision ministérielle. Pourquoi adopter les mêmes règles que les pays voisins?"

Cette salariée de l’Hermitage, qui a dû se soumettre à un test antigénique pour continuer de travailler, vit la mesure comme "une contrainte". "Je n’ai pas envie de montrer un pass pour aller travailler ou boire un café. Je n’ai rien contre les gens qui se vaccinent. C’est simplement une question de liberté."

Ils craignent l’extension à d’autres secteurs d’activité

Au sein de la foule, des résidents monégasques mais aussi, en petit comité, des salariés du Fairmont, du Métropole et du Méridien Beach Plaza, et quelques salariés d’autres secteurs, sont venus grossir les rangs du personnel de la SBM. Parmi eux, Pierre-Franck Crespi, secrétaire général du syndicat des banques.

Il craint "la généralisation de l’obligation vaccinale ou de l’obligation du pass sanitaire pour tous les salariés du privé. La loi ne le permet pas, mais c’est un risque que nous ne voulons pas courir. Pas plus tard que début décembre, la Compagnie monégasque de banque a tenté d’obliger les salariés à présenter un pass sanitaire pour aller travailler. D’autres banques y réfléchissent", assure-t-il.

Dans les colonnes de l’Observateur de Monaco, le 3 décembre, Francesco Grosoli, administrateur délégué de la CMB Monaco s’est expliqué: "L’utilisation du pass sanitaire se présentait comme la solution la plus adéquate pour limiter les risques de contagion et protéger très efficacement nos clients et collaborateurs, comme dans d’autres types d’établissements recevant du public. Malheureusement, le dispositif législatif actuel le limite uniquement à certains cas très spécifiques. C’est pourquoi CMB Monaco a finalement fait le choix de ne pas appliquer l’utilisation du pass sanitaire. Néanmoins, je suis à titre personnel convaincu que d’élargir l’utilisation du pass sanitaire à des entreprises privées comme la CMB Monaco représenterait la solution la plus adaptée à la situation sanitaire actuelle."

"On va les rendre fous"

Si les organisateurs de la manifestation espéraient une mobilisation massive, celle-ci aura été limitée au regard du vivier d’employés concernés par ladite mesure. "Certains n’ont pas voulu quitter le travail pour ne pas mettre leur service en difficulté, d’autres ont eu peur, d’autres étaient en repos", argumente cette même employée de l’hôtel Hermitage.

 

Olivier Cardot embraye: "On n’est pas autant qu’en septembre, certes, mais on ne pourra pas nous reprocher de ne pas avoir cherché à sensibiliser la population. On n’a pas perdu, on va continuer à se battre contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale, on va les rendre fous. Il faut qu’on soit en mesure de faire des actions partout."

1.Restaurants, bars, hôtels, casinos, salles de spectacle de plus de 300 personnes comme au Grimaldi Forum, le stade Louis-II.
2.Organisateur de la manifestation avec le Syndicat des cuisiniers, pâtissiers, tabliers bleus de Monaco

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.