Rubriques




Se connecter à

À Monaco, les anti-pass sanitaire demandent des engagements écrits au gouvernement

Des centaines de personnes étaient réunies ce samedi pour l’acte 3 de la contestation contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale. Elles demandent des engagements écrits au ministre d’État.

Marie Cardona Publié le 11/09/2021 à 18:21, mis à jour le 11/09/2021 à 19:04
Selon le décompte effectué par la Sûreté Publique, entre 450 et 500 personnes ont participé à la manifestation ce samedi contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale. Photo Cyril Dodergny

Comme samedi dernier, le cortège s’est élancé de la Place des Moulins.  À cela près que ce samedi, il n’a pas pu atteindre la place d’Armes comme prévu mais a dû se dissiper place Sainte-Dévote, contrainte du gouvernement oblige.

"Nous avons reçu l’autorisation de manifester sous conditions strictes en raison d’événements en Principauté : le match Monaco-Marseille, le Classic Week, le montage du Yacht Show…", a rappelé Sharon Rochetin, leader du mouvement.

Entre 400 et 500 personnes

Entre 400 et 500 personnes sont descendus dans les rues pour cette troisième mobilisation à domicile, selon la Sûreté publique, près de 1 000 selon le comptage des gommettes des organisateurs. Des Monégasques, des résidents, des salariés venus, pour beaucoup, en famille.   

 

L’occasion pour eux de réclamer des engagements écrits du gouvernement après les déclarations, la veille, du ministre d’État Pierre Dartout, au sujet de certaines de leurs revendications. Parmi elles, notamment, la crainte que l’obligation vaccinale soit étendue à d’autres catégories professionnelles que celles déjà concernées par le projet de loi.

"Monsieur le ministre d’État nous affirme qu’il n’est pas question de cela. Et que le pass sanitaire ne sera pas non plus étendu aux enfants, a lancé Pascale Bruno, une des organisatrices. Nous croirons aux engagements que lorsqu’ils seront écrits dans un communiqué officiel ou dans une loi".

Et Sharon Rochetin de renchérir, sous les applaudissements nourris: "Le gouvernement a refusé de prendre par écrit l’entière responsabilité des conséquences de la vaccination à court, moyen et long terme. Alors pourquoi le croire sur parole?"

Dernier espoir: le conseil national

Le projet de loi doit être discuté au Conseil national ce mardi. Un dernier espoir pour les anti-pass d’en finir avec "l’injustice et la discrimination qui n’ont rien à faire dans notre Principauté".

 

"Seul le Conseil national a le pouvoir d’amender le projet ou de s’abstenir de voter cette loi inhumaine. Que vont décider ceux que nous avons élus", a défié Sharon Rochetin, citant un à un chacun des 24 conseillers nationaux.

Quelle que soit la réponse, une quatrième mobilisation est déjà prévue. Un appel à la grève est lancé par le Syndicat des Agents Hospitaliers (SAH) pour ce mardi de 16 h 30 à 18 h 30. D’autres manifestations pourraient suivre. "Nos actions ne sont pas terminées. Nous ne nous arrêterons pas là", ont promis les organisateurs.

Obligation vaccinale: qui est concerné par le projet de loi?

Le projet de loi concerne tous les salariés d’un établissement service ou organisme ayant pour mission d’accueillir ou d’héberger des personnes vulnérables ou fragiles, y compris les administratifs.

Mais également, tous ceux qui, même en dehors de ces lieux, exercent une activité auprès de ces personnes comme les professions libérales.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.