“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Maya Mia : l'Italie est dans les assiettes monégasques

Mis à jour le 11/10/2019 à 15:50 Publié le 11/10/2019 à 15:49

Maya Mia : l'Italie est dans les assiettes monégasques

Maya Mia, ouvert en juillet, régale et "trattorise", haute en couleur et tous terroirs. Sympa, cette squadra !

On le sait, les "mammas" de légende reposent en paix mais le mot court le monde entier. Mamma mia ! À Monaco, la dernière trattoria en date attaque franc et fort mais ici, on dit "Maya Mia". Elle tient le poste-frontière entre la Principauté et Beausoleil, stratégique et conviviale.

Banquiers, employés, jolies femmes et jeunes profils, oisifs, travailleurs ou membres de la nomenklatura gourmande se retrouvent à cette adresse haute en couleur et grande ouverte sur la place de la Crémaillère avec jambons crus suspendus, meules de parmesan et Vespa pour enlever sa Lolita.

Saveurs, service, cucina


L’Italie inspire d’autres tables monégasques mais elle manquait au groupe de Jean-Victor Pastor, bien en place sur l’avenue Princesse-Grace avec les thématiques thaïe et japonaise (Maya Bay), indienne et marocaine (Maya Jah). Maya Mia interprète les standards à l’allégresse, façon squadra azzura, dirigée par Giancarlo Farvelli et le chef Stefano Francioso, Ligurien de Bordighera.


La pizza, cette nourriture pour faméliques et castrats, au temps du royaume de Naples, a conquis le monde. La Maya Mia – sauce tomate, aubergine grillée, mozzarella – s’installe en Principauté, légère plus qu’explosive, compagne de sept autres versions, de la calzone à une Napoletana vegan. Caprese (mozzarella di bufala et tomates), carpaccio de thon, tapenade, asperge, roquette et tomates cerises, raviolis aux aubergines et burrata, trofiette au pistou, escalope de veau panée et pommes de terre au four, tiramisu, panna cotta... et même un burger-frites Maya focaccia, certo !

Tout est clair, cuisine, service, ambiance, la carte des vins s’égaye dès 25 euros mais s’émancipe vite dans les hautes cuvées (Gaja, Tenuta San Guido, Tignanello...) et les fins champagnes (Ruinart rosé). Joyeuse trattoria per tutti, mais à Monaco !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.