Déguster une glace artisanale à Antibes: nos bonnes adresses de l’été

Loin de dresser un palmarès car les professionnels sont nombreux et talentueux dans la cité, la rédaction vous donne quelques-uns de ses coups de cœur.

Maxime Cliet Ruzza Publié le 11/08/2022 à 08:03, mis à jour le 11/08/2022 à 07:40
Amarena, de père en fils Photo Nice-Matin

Manger une glace dans la cité des Remparts, ce n’est pas difficile. Tant à Antibes qu’à Juan, les glaciers sont nombreux et talentueux. Aussi, loin de vouloir dresser un palmarès de la glace la plus fameuse, la rédaction vous livre ses coups de cœur gustatifs après avoir franchi la porte de cinq glaciers. Seules les glaces faites maison ont été retenues. Le critère de sélection des glaces: faites avec des produits naturels donc sans aucun conservateur.

Amarena, de père en fils

Ici, la glace se transmet en famille. Après avoir hérité du savoir-faire de son père, Bruno Sciacca ouvre son premier glacier à côté de la mairie en 1994, avant de déménager rue Thuret où Amarena est maintenant installé. Il ouvre son laboratoire à Biot, là où sont produits les 54 parfums de son échoppe. Désormais, son fils Jimmy gère la production. Le père et le fils vantent le fait maison, avec des fruits et légumes frais, une pistache arrivée tout droit de Sicile ou encore sa noisette venue de seulement quelques kilomètres, dans le Piémont. Des saveurs qui ont même conquis des restaurants comme le Mamo ou Chez Mô qui se fournissent chez la famille Sciacca.

L’incontournable: la glace vanille, accompagnée de son caramel au beurre salé maison et ses amandes caramélisées..

18, rue Thuret, Antibes. Prix: 3 euros pour un parfum et jusqu’à 8 euros pour six saveurs.

 

 

 

Glacier Recroix, le perfectionniste

Pour Xavier Recroix, une seule devise: "Soit on est artisan, soit on ne l’est pas." Installé depuis 1995 à Juan, ce pâtissier de formation se revendique libre de créer ce qu’il veut. Chez lui, le produit est travaillé attentivement avant d’être mis en vente. Une glace à la pêche? Oui, mais seulement si la pêche est suffisamment mûre et fruitée. L’artisan fait renaître des saveurs disparues comme avec sa glace plombière, au kirsch et fruits confits. L’imagination de l’artisan se retrouve dans ses crèmes glacées, avec des saveurs plus originales telles que bananes flambées au Grand Marnier ou safran de l’arrière-pays niçois et pralines. Au total, les clients peuvent choisir entre 42 parfums différents.

L’incontournable: la glace Cassata Sicilienne et sa ricotta fondante en bouche, son zeste de citron et ses fruits confits. Le goût de l’Italie dans une cuillère.

11, boulevard Édouard Baudoin. Prix: 3,80 euros pour deux saveurs et jusqu’à 9 euros pour cinq.

 
Glacier Recroix, le perfectionniste Photo Nice-Matin.

Riviera Glaces, de l’amour et des crèmes glacées

Tout quitter pour fabriquer des glaces. Un rêve devenu réalité pour Géraldine et Jérémie Colavitti. Dix-huit ans après leur rencontre et dix ans après avoir commencé à travailler ensemble, mari et femme déménagent de Saint-Étienne (Rhône-Alpes/Auvergne) à Antibes pour reprendre un glacier. Les créations du couple sont réalisées dans la cuisine de la boutique, entièrement vitrée pour pouvoir admirer le processus de fabrication. Les amoureux refusent de partager les secrets de fabrication de leur quarantaine de parfums. Mais avant d’être mises en vitrine, les glaces sont testées et approuvées par leurs deux petites filles.

L’incontournable: le sorbet fruit de la passion. C’est gourmand et croquant, on a l’impression de savourer un fruit frais.

136, boulevard du Président-Wilson, Juan-les-Pins. Prix: 2,50 euros pour une boule et jusqu’à 8 euros pour quatre boules.

Riviera Glaces, de l’amour et des crèmes glacées Photo Nice-Matin.

Gelateria del Porto, l’adresse incontournable

La journée commence à 2 heures du matin. L’équipe de la Gelateria del Porto se rend au Marché International de Nice pour arpenter ses allées à la recherche des derniers produits de saison pour leurs matières premières. Installés au pied du Marché Provençal, les artisans fabriquent leurs glaces et sorbets dans le laboratoire situé à l’arrière du magasin. À midi, les portes s’ouvrent et les premiers clients arrivent pour goûter l’un des 27 parfums de Jean-Baptiste Breton et son équipe. Au fil des arrivages de fruits et légumes, la Gelateria propose ses trois parfums du jour, pour varier les plaisirs d’une visite à une autre. La journée se termine à minuit. Deux petites heures de repos et c’est reparti. L’incontournable: le sorbet citron/basilic, acidulé comme un bonbon, savoureux comme du pesto.

4, rue Aubernon, Antibes. Prix: 3,50 euros pour deux saveurs et jusqu’à 8 euros pour quatre parfums.

Gelateria del Porto, l’adresse incontournable Photo Nice-Matin.

 L’Albert 1er,les deux copains

L’histoire commence à la salle de sport. C’est dans ce lieu que Mario Crea et Jean-Marc Voisin se rencontrent. Il y a trois ans, quand Mario décide d’ouvrir son magasin de glaces, il rappelle son ami pour confectionner les glaces. Dans leur laboratoire situé au fond de la boutique, ce dernier réalise les 31 parfums proposés aux clients. Jean-Marc respecte scrupuleusement les recettes élaborées il y a plusieurs décennies par son grand-père, lui-même glacier. Avant cela, il fait son marché le matin pour trouver les fruits les plus frais possible.

L’incontournable: la glace de saison à la figue, dernière création de Jean-Marc..

 

43, boulevard Albert-1er, Antibes. Prix: 3,50 euros les deux parfums et jusqu’à 7 euros pour quatre.

 

L’Albert 1er, les deux copains Photo Nice-Matin.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.