A La Crau, cette agrumicultrice transforme ses fruits en liqueurs

Marion Laperche, fondatrice de Lemon Story, produit depuis plusieurs années des confitures à partir d’agrumes rares issus de la serre familiale à La Crau. Depuis peu, elle les transforme aussi en liqueurs.

Florian Simeoni Publié le 24/11/2022 à 09:10, mis à jour le 22/11/2022 à 23:21
Marion Laperche, fondatrice de Lemon Story, produit depuis plusieurs années des confitures à partir d’agrumes rares issus de la serre familiale à La Crau. Depuis peu, elle les transforme aussi en liqueurs. (Photo F.S.)

C’est un nouveau chapitre qui s’ouvre pour Lemon Story, entreprise varoise fondée par Marion Laperche, qui cultive des agrumes rares dans la serre familiale du quartier de La Moutonne à La Crau. Après avoir développé des confitures artisanales – au combawa, au yuzu et autres fruits à l’acidité prononcée –, Lemon Story se lance dans la confection de liqueurs dans le même esprit que le Limoncello.
Pour la jeune femme, l’idée de faire des liqueurs a toujours été une évidence, dès l’éclosion de Lemon Story: "Je tenais une recette de ma belle-mère. Quand l’exploitation familiale ne cultivait que des fleurs et à peine quelques plants d’agrumes, nous en faisions ensemble avec des clémentines, des oranges, des citrons ou des combawas. Ça ne représentait qu’une dizaine de bouteilles."

Sans colorant ni conservateur

 

Yuzu, lime de Tahiti, citron Meyer, zagara bianca et kalamanci sont transformés en liqueurs savoureuses (Photo F.S.).

Forte du succès de ses confitures, l’entrepreneuse décide donc de revenir à son idée d’origine. Si Marion peut se charger seule de toute la fabrication des confitures, pour les liqueurs c’est différent et un peu plus complexe. "J’espère bien pouvoir les produire entièrement moi-même mais ça demande des investissements et toute une logistique. Je suis passée par quelqu’un dont c’est le métier, il fabrique des rhums arrangés à Peypin. Ça reste proche géographiquement et c’est ma recette, celle de nos Limoncello familiaux"

Pour conserver un goût authentique, les fruits de la serre varoise sont fraîchement cueillis, triés à la main et envoyés à Peypin où, dès leur réception, ils sont utilisés de façon à garder toutes les saveurs et l’essence des écorces. S’ensuit la macération: "Les zestes macèrent dans l'alcool quelques jours. Puis les écorces sont retirées et on ajoute un sirop de sucre. Plus vous mettez de sucre, moins vous avez d’alcool. Notre Limoncello familial tournait autour de 40°. Ce n’était pas possible de conserver ce taux d’alcool sinon nous allions passer dans une autre catégorie. Nos liqueurs tournent donc autour de 3O°. Et, contrairement à celles que l’on peut trouver dans le commerce à 20° avec beaucoup de sucre, d’ajouts de colorants, d’arômes..., elles sont entièrement naturelles."

Cinq parfums

Un naturel que l’on devine dès le premier coup d’œil, grâce aux jolies couleurs pâles des cinq liqueurs commercialisées. Le lime de Tahiti est plutôt vert, le citron Meyer possède une belle teinte jaune, le kalamansi, lui, est plutôt jaune foncé, tandis que le zagara et le yuzu sont orangés. "Nous sommes vraiment sur l’essence de fruits. Les gens sont plutôt curieux de découvrir les subtilités de chacune de nos recettes."
Le lime de Tahiti et le yuzu sont "plutôt portés sur de l’acidité", le citron Meyer est "plus doux avec des notes d’épices et assez herbacé", le zagara bianca "se rapproche du citron quatre saisons", enfin le kalamanci offre des notes "très parfumées de clémentine et de mandarine"
Et Marion Laperche espère bien étendre sa gamme. "Je fais des tests avec le combawa, mais il est tellement concentré en essence que je ne le fais macérer que deux jours sinon c’est trop amer."
Ces boissons se savourent en shot, ou en cocktail avec du prosecco ou du champagne. On peut également s’en servir pour faire des desserts comme un baba au rhum revisité ou des sorbets.
Les produits Lemon Story sont disponibles sur Internet mais aussi à la Maison Godillot à Hyères, à la Boulangerie Zielinska à Nice, à l’Épicerie Jogging à Marseille et à L’Épicurienne à Sanary. Et, depuis peu, dans la nouvelle boutique parisienne Maison Godillot que Marion vient d’ouvrir.


Bouteille de liqueur de 50 cl : 38 euros. www.maisongodillot.com - www.lemon-story.com

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.