Wissam Ben Yedder sort du tunnel... Les notes des joueurs de l'AS Monaco après leur victoire 0-3 à Reims

Titularisé au côté d'Embolo dans le 4-4-2 ressorti des cartons par Clement, le capitaine, moins isolé qu'en 3-4-3, s'est remis sur les rails. Il a signé son deuxième but de la saison, son premier en Ligue 1.

Christopher Roux Publié le 18/09/2022 à 17:12, mis à jour le 18/09/2022 à 17:10
Ben Yedder a inscrit le deuxième but monégasque ce dimanche. Photo AFP

NUBEL (6) : il capte les tentatives de Zeneli (4') et Munetsi (34'). L'ASM en supériorité numérique, il a tout de même tremblé sur le but refusé à Balogun (62') et la frappe de Gravillon (75'). Il a dû gérer la profondeur dans le dos de ses centraux et rester concentré. Ce qu'il a bien fait.

AGUILAR (NN) : sur ses seize dernières titularisations toutes compétitions confondues (14 en championnat, 2 en Coupe de France), Monaco n'a pas perdu (14 succès avec celui d'hier, 2 nuls). Il a entretenu sa réputation de porte bonheur mais se blesse au pied droit au bout de dix minutes. Remplacé par VANDERSON (11', 6), qui passait un test dans une défense à quatre. Il l'a réussi avec de l'impact dans les duels.

DISASI (7) : une percée balle au pied mal gérée (5') mais beaucoup de duels gagnés par la suite. Balogun est un client mais il a su le mettre sous l'éteignoir avec ses bras (33') ou à l'épaule (44'). Un gros tacle aussi sur un centre de l'Anglais (58'). Et comme si ça ne suffisait pas, il dépose une galette sur la tête de Golovin (47'). Un match de patron, un de plus.

BADIASHILE (6) : juste dans le jeu long ou autoritaire devant Ito (13'), il s'est montré robuste défensivement. En confiance, il a pris sa chance de loin (32'). Attention parfois aux relances qui finissent directement en touche. Il en a signé deux hier.

 

HENRIQUE (4) : il n'a pas été aussi précis que d'habitude sur ses coups de pied arrêtés. Gérer Ito et sa vitesse a été un calvaire, comme sur l'occasion de Gravillon où le Japonais s'amuse avec lui (75'). Il oublie aussi Agbadou dans son dos sur le corner où Reims croit égaliser. Sans conséquence, heureusement.

AKLIOUCHE (5) : pour son dixième match en L1, il a vécu sa première titularisation. Avant ce voyage à Reims, il n'avait été dans le onze que face à Amiens, en Coupe de France la saison dernière. Avant le coup d'envoi, il a pris des conseils auprès d'Aguilar et Embolo. Il n'a pas tout réussi mais sa justesse en une touche a permis de créer des décalages. Il a répondu aux attentes en amenant de la présence dans la surface. Il mérite d'être revu. Averti pour un excès d'engagement, il s'en tire bien. Remplacé par GELSON (65').

FOFANA (6) : il a joué assez haut avant même l'exclusion de Lopy. Il a amené le surnombre dans la surface, comme le souhaitait Clement. Il s'est ainsi procuré trois occasions : des frappes lointaines (16', 29', 86') et une tête hors cadre (36'). Il a aussi distillé deux passes clairvoyantes à Embolo (21') et Ben Yedder (63'), et été avant-dernier passeur sur le premier but. En revanche, il a perdu pas mal de duels.

MATAZO (4) : il n'était plus utilisé depuis le 20 août et sa sortie à la pause contre Lens (1-4). Hier, il jouait gros et il a multiplié les touches de balle pour se rassurer. Malgré quelques récupérations, le Belge n'a pas réussi grand-chose. Sa passe mal assurée offre le premier tir du match à Munetsi (4'), il prend un jaune sur un duel aérien (42') et son double contact est trop long (45'+1). Son carton jaune pousse Clement à le remplacer par CAMARA (46', 6). Le Malien a été l'auteur d'une belle frappe (52') et intelligent dans la gestion du match.

GOLOVIN (6) : il a encore été généreux défensivement, ce qui devient une bonne habitude. Il a aussi réussi deux percussions mais son centre-tir ne trouve personne (24') et Fofana ne catapulte pas son centre au fond (35'). Il ne s'est pas frustré. Son but d'une tête plongeante a libéré son équipe (47'). Remplacé par MINAMINO (65'), auteur de son premier but et de sa première passe décisive en L1. Le soleil s'est levé pour le Japonais.

 

EMBOLO (6) : il a imposé son physique pour garder les ballons dos au but, comme sur le caviar qu'il offre à Minamino (87'). Il ne pique pas assez sa frappe (21') et sa seconde occasion n'effraie pas Diouf (70'), mais ces échecs sont compensés par son activité dans le pressing. Quel poison ! Il ne lâche jamais.

BEN YEDDER (6) : il avait débuté les deux dernières rencontres de L1 sur le banc, en panne d'efficacité. Il a retrouvé l'interrupteur. Le but tant attendu est venu, du gauche et sur le gong (86'). Une délivrance après trois duels perdus face à Diouf (21', 63', 86'). Un but mérité puisqu'il s'est montré efficace dans le petit jeu pendant toute la rencontre.

Match : 5
Arbitre : 3
Coach : 7
Il est repassé en 4-4-2 et la victoire est au bout. Il a su faire évoluer sa réflexion.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.