“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Voici les notes des joueurs de l'OGC Nice et de l'AS Monaco après le derby

Mis à jour le 24/05/2019 à 23:41 Publié le 24/05/2019 à 23:40
Mickaël Le Bihan tacle Benoît Badiashile, lors du derby de la Côte d'Azur, le 24 mai 2019 à Nice.

Mickaël Le Bihan tacle Benoît Badiashile, lors du derby de la Côte d'Azur, le 24 mai 2019 à Nice. Photo Eric Ottino

Voici les notes des joueurs de l'OGC Nice et de l'AS Monaco après le derby

Nice s'est imposé une troisième fois de suite sur sa pelouse dans le derby azuréen (2-0).

une statue pour benitez!

BENITEZ (8) : il a fini la saison comme il l'avait commencée à Lyon : en trombe. Sa double parade face à Fabregas et Gelson Martins (17') était déjà une première prouesse. Quand il récidive magnifiquement devant l'Espagnol, pourtant à bout portant (56'), il rappelle combien sa saison a été énorme. ENORME, on vous dit. Et l'Argentin n'a pas boudé son plaisir en s'adressant la Populaire Sud à la fin du match, micro en main.

ATAL (6) : ses accélérations ont pratiquement à chaque fois semé la pagaille dans le camp monégasque. Il a mis la même énergie dans ses courses de repli et les duels défensifs, jusqu'à bonifier sa prestation par un centre décisif sur l'ouverture du score (36'). Le revoir sous les couleurs niçoises la saison prochaine serait un bonheur. Mais il y aura du beau monde au balcon cet été pour l’attirer...

HÉRELLE (7) : une prestation très autoritaire. Depuis Marseille, il a atteint son meilleur niveau et ne l'a plus perdu. Né à Nice, il a mis de l'intensité dans les duels de ce derby. Et soigné ses relances pour que sa partition soit quasi-parfaite. Un homme fort de la phase retour.

DANTE (5) : le “Commandante” a livré un duel viril mais correct avec Falcao. Parfois en retard dans ses interventions, il se fait quelque peu prendre dans son dos par le Colombien sur une opportunité asémiste très dangereuse (17'). Mais le capitaine ne sombre jamais.

SARR (4) : le pitchoun nissart n'a pas connu l'épilogue que méritait son excellente saison personnelle. Des approximations dans les relances et le placement lui ont valu une discussion musclée avec son coach à l'heure de jeu. Mais on ne retiendra que le meilleur cette année chez le plus Nissart des Aiglons, la troisième année aura bien été celle de la confirmation de son talent. A 20 ans...

LEES-MELOU (4) : les blessures ne l'ont pas épargné cette saison, il a semblé manqué de rythme sur ces dernières semaines, vendredi il a presque manqué de repères dans un milieu de terrain dominé par les hommes du Rocher. Beaucoup trop d'approximations dans ses passes.

TAMEZE (4) : il n'a pas réussi à monter le curseur dans l'engagement et la récupération tout au long des 90 minutes. Une prestation d'ensemble moyenne qui n'enlève rien à sa belle saison dans l'entrejeu. Un homme fort du système Vieira, qui a cédé sa place à Walter pour les dix dernières minutes vendredi.

DANILO (3) : le Brésilien avait laissé entrevoir de belles promesses il y a quelques semaines, mais la dernière ligne droite a été bien plus compliquée pour lui. Très peu en réussite dans ses choix, il a été remplacé par Makengo (68') pour mettre un terme à une soirée sans. On lui donne rendez-vous la saison prochaine pour enfin exploiter tout le potentiel qu'on ne peut que deviner par intermittence pour le moment.

SAINT-MAXIMIN (6) : il a joué simple, enfin. Et du coup, il a été bien plus juste que d'habitude aussi dans ses prises de décision. Pas un hasard s'il se retrouve à l'origine des plus belles situations niçoises, sur un ballon offert à Ganago, ou une ouverture parfaite pour Le Bihan. On aurait tellement aimé le voir plus souvent aussi clairvoyant. Parce que ses accélérations sont toujours dévastatrices, elles.

LE BIHAN (6) : il n'a pas manqué l'occasion de renouer avec le chemin des filets sur penalty. En force, il a évacué toute sa frustration avec efficacité (65'), deux ans après son dernier but en L1 (voir chiffre). Il a raté le doublé peu après, mais reçu la standing-ovation que méritait son abnégation à sa sortie au profit de Jallet (86') dans une soirée où son manque de vivacité sur les premiers appuis s'est encore ressenti. Logique après tant de temps loin des terrains. Mais prometteur aussi quand on sait combien un buteur de sa trempe peut apporter au Gym par ses déplacements et son QI football.

GANAGO (4) : il s'est trouvé un nouveau domaine d'expression sur les côtés et c'est plutôt prometteur. Le Camerounais n'a pas été en grande réussite ce vendredi soir, n'a pas toujours fait les bons choix, mais sa combativité n'a jamais failli. Pourvu que sa progression soit épargnée par les blessures la saison prochaine.

Fabregas a eu les cartouches

BENAGLIO (5) : il n’a pas eu beaucoup d’arrêts à se mettre sous la dent, et c’est même sur un ballon qu’il aurait dû capter facilement que Nice a ouvert le score grâce à la maladresse de Badiashile qui marquait contre son camp (1-0, 37’). Si le penalty de Le Bihan était imparable (65’, 2-0), le portier suisse s’est vengé en sortant magnifiquement dans les pieds du n°10 niçois (69’).

HENRICHS (5) : une nouvelle fois positionné derrière Sidibé dans le couloir droit, l’Allemand a livré une prestation correcte. Sa faute précieuse sur Saint-Maximin (12’) a évité à son équipe un contre meurtrier. Il trouvait parfaitement Fabregas au point de penalty qui aurait dû égaliser (57’). A eu un peu plus de mal à défendre dans son dos sur Ganago.

GLIK (6) : le défenseur polonais a livré un vrai derby. Il est intervenu sur le fil à plusieurs reprises devant sa cage (30’, 31’, 62’) et a toujours écarté le danger. Solide.

BADIASHILE (4) : il n’a pas fait un mauvais match, mais a mis l’OGC Nice dans un fauteuil en marquant contre son camp sur un centre qui n’était pas dangereux. Lui qui avait marqué pour la première fois avec Monaco lors du match aller permettant de sauver un point n’a pas connu la même réussite qu’à l’aller.

BALLO-TOURÉ (5) : il a livré un bon match face à Saint-Maximin, mais a eu du mal quand ce dernier était soutenu par l’intenable Atal. S’il n’a pas tout bien fait, son centre pour Sidibé seul au point de penalty aurait mérité d’aller au fond (19’).

SIDIBÉ (5) : placé dans le couloir droit au milieu devant Henrichs comme contre Amiens, l’international français a livré une très belle copie… à l’exception de cette faute grossière sur Saint-Maximin sanctionné d’un penalty (2-0, 65’). Dommage car avant ça, il avait su trouver Falcao dans la profondeur (17’, 34’) et aurait même pu marquer (19’).

GOLOVIN (4) : le milieu russe a été généreux comme souvent mais n’a pas su réaliser de grosse différence pour déséquilibrer la défense niçoise. Son corner déposé sur la tête de Fabregas aurait pu être décisif si l’Espagnol n’avait pas trouvé la barre (12’). Match moyen.

ADRIEN SILVA (4) : à l’aise quand l’équipe avait le ballon, le milieu prêté par Leicester a eu plus de mal à boucher les trous quand le rythme s’accélérait. Il a gratté de bons ballons en première période avant de lever le pied après la pause.

GELSON MARTINS (4) : déroutant dans la première demi-heure, il s’est montré au final brouillon. N’a jamais trouvé la solution face à Atal qui multipliait les montés et l’obligeait à défendre. Il a en plus trouvé sur sa route un grand Bénitez (17’). Remplacé par LOPES (72’) qui a tenté, sans conviction.

FABREGAS (4) : il a évolué très haut en soutien de Falcao et s’est procuré un paquet d’occasions qu’il n’a pas su concrétiser. De la tête, il trouvait la barre (12 ‘) puis Benitez par trois fois dans des positions extrêmement favorables dans la surface (31’, 57’, 58’). Un manque inhabituel de lucidité alors qu’il retrouvait une place de titulaire depuis plus d’un mois. Remplacé par AHOLOU (72’) qui a amené plus d’impact.

FALCAO (5) : il a gagné au point son duel face à Dante. Le Colombien a fait preuve d’une intelligence redoutable dans les déplacements et ses prises de balles. Il servait parfaitement Fabregas au point de penalty alors qu’on pensait qu’il avait manqué de spontanéité (17’). Seul au point de penalty sur un caviar de Sidibé il ne trouvait pas le cadre de la tête (34’). Le capitaine monégasque a livré une prestation convaincante pour ce qui devrait être probablement son dernier match sous le maillot de Monaco. Sans réussite, le Tigre a montré qu’il en avait encore sous les crampons en bouclant une saison extrêmement compliquée avec 15 buts au compteur. Remplacé par VINICIUS (86’). 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct