“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Vladimir Smicer "aurait pu signer à Monaco"

Mis à jour le 28/06/2017 à 08:12 Publié le 28/06/2017 à 05:03
Lens (1998-99)

Vladimir Smicer "aurait pu signer à Monaco"

Vladimir Smicer a marqué la Ligue 1 et la Premier League. Le Tchèque, champion de France en 1998 avec Lens, a profité de son passage à Nice, le week-end dernier, pour revenir sur sa carrière

La Côte d’Azur n’a jamais été son jardin.Vladimir Smicer a forgé sa légende dans le cœur des gens du Nord, à Lens.Un voyage au pays des Corons qui lui a notamment ouvert les portes de Liverpool et de la sacro-sainte Premier League. Présent à Nice le week-end dernier, pour prendre la 4e place d’un tournoi de hockey sur glace vétérans avec ses amis Ivan Hasek et Jan Köller, l’ex-milieu offensif de la grande République Tchèque, 44ans, ne pouvait pas rentrer à Prague, où il s’est reconverti dans l’hôtellerie, sans replonger dans son immense carrière.

Vladimir, c’est toujours sympa de revoir les copains…
Je suis surtout content de retrouver Jan (Köller). Nous sommes amis depuis notre passage en équipe nationale. Il vit à Monaco et moi à Prague. Je n’ai pas l’occasion de le voir aussi souvent qu’Ivan (Hasek) qui entraîne à Dubaï et que je vois tout le temps quand il rentre au pays.

Que faites-vous depuis votre retraite en 2009?
Je suis propriétaire d’hôtels à Prague. Et puis je suis aussi ambassadeur pour Liverpool de temps en temps, surtout en Asie.

Pour vous, la France c’est une histoire d’amour avec Lens…
J’y ai passé trois années exceptionnelles. J’ai signé à 23ans. C’est un...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct