Visite guidée dans le nouveau Centre de performance de l'AS Monaco, inauguré lundi à La Turbie

Le nouveau Centre de performance de l’AS Monaco à La Turbie a été inauguré ce lundi, en l’absence de Dmitri Rybolovlev souffrant. Un condensé de technologies au service d’ambitions.

Thomas MICHEL Publié le 06/09/2022 à 15:21, mis à jour le 06/09/2022 à 14:06
Le prince Albert-II entouré dEkaterina Rybolovleva-Sartori et de Juan Sartori, le mari d'Ekaterina et vice-président de l'AS Monaco. Tous trois ont inauguré, ce lundi, le nouveau Centre de performance à La Turbie. Photo Jean-François Ottonello

En s’écartant quelques instants du banc des invités pour remonter le temps et le tapis vert, Jean-Luc Ettori et Luc Sonor devaient hier se dire que seuls leurs souvenirs avaient résisté à la fatalité du football moderne.

Aux nostalgiques, la fille du président de l’AS Monaco Dmitri Rybolovlev (absent à la suite d’un "souci de santé"), Ekaterina Rybolovleva-Sartori, a assuré que l’ambition ne saurait gommer le respect des "anciens". "Monaco est un club avec une histoire riche et belle que nous respectons et continuons d’écrire ensemble, avec notre passion pour le football et la volonté de gagner."

Un désir intact à l’aube du centenaire d’un club dont la carrière de La Turbie est devenue le camp de base voilà 40 ans. "Votre commune fait partie intégrante du club", a ainsi rappelé le prince Albert II au maire Jean-Jacques Raffaele. Évoquant les discussions autour de ce projet dès 2013, les premiers travaux en 2018 et la livraison en 2021, l’édile a insisté sur la communauté de destins et le bon voisinage avec la Principauté. "Votre pays apporte un oxygène économique à nul autre pareil à nos communes, mais nous avons un atout par rapport à Monaco: l’espace."

Complexe, puisqu’érigé sur un site exceptionnel mais restreint, le nouveau Centre de performance a nourri des félicitations appuyées à l’égard du cabinet d’architectes ArchMonaco et son architecte, Frédéric Genin. Un outil unique.

 

Le vestiaire

Directeur de la performance de l’ASM depuis 2020, l’ancien rugbyman anglais, James Bunce, s’est mué en Stéphane Plaza Photo Jean-François Ottonello.

C’est le cœur du bâtiment. La pièce centrale d’un complexe ultramoderne dédié à l’épanouissement sportif et personnel des joueurs de l’AS Monaco. Directeur de la performance de l’ASM depuis 2020, l’ancien rugbyman anglais, James Bunce, s’est mué en Stéphane Plaza, ce lundi, pour offrir aux journalistes et invités un tour du propriétaire.

Au cœur de la visite, le vestiaire (réunissant tous les maillots de l’histoire de l’AS Monaco) qui, depuis sa position centrale, distribue tous les autres espaces.

Tous pensés pour optimiser trois piliers indispensables au bien-être d’un footballeur professionnel en 2022: une bonne alimentation, un bon entraînement, et un sommeil récupérateur. Suivez le guide.

La cantine

Au niveau 1 du Centre de performance, entièrement dédié aux joueurs, la cantine jouxte le vestiaire. Photo Jean-François Ottonello.

Au niveau 1 du Centre de performance, entièrement dédié aux joueurs, la cantine jouxte le vestiaire. Et pour cause, la présence y est de rigueur deux repas par jour!

"Le petit-déjeuner et le déjeuner généralement, préparés par un chef", précise James Bunce. Une alimentation saine qui mise beaucoup sur les "connexions locales", les circuits courts.

Outre le carré potager cultivé par la "main verte" de Monaco, Jessica Sbaraglia - en complément de fruits et légumes achetés -, l’AS Monaco s’approvisionne par exemple en pain dans le village.

 

Chaque joueur ayant un suivi individualisé par un nutritionniste. "La nourriture pour un joueur, c’est comme l’essence pour une Ferrari", résume le gourmet anglais.

Les espaces santé

Une salle de sport impressionnante. Photo Jean-François Ottonello.

Salle de sport, sauna, hammam, équipements médicaux dernier cri… Le nouveau centre de performance permet un monotoring complet et permanent des joueurs de Ligue 1 comme de l’Academy. Au premier niveau du bâtiment, le "parcours de santé" est impressionnant.

Tout un dispositif basé sur l'eau est mis à disposition des joueurs. Photo Jean-François Ottonello.

Outre un espace sauna et hammam utilisé avec parcimonie pour ne pas déshydrater ou surchauffer les organismes en période de compétitions, l’espace balnéo offre une piscine, le fameux bac de glaces (à 10°) prisé des sportifs après les entraînements intensifs et matchs, un jacuzzi, et un tout nouveau dispositif d’immersion permettant une réathlétisation sous l’eau.

Des caméras sous le niveau de l’eau permettant de suivre et adapter le mouvement.

Un tapis de course anti-gravité Photo Jean-François Ottonello.

Un tapis de course anti-gravité optimise aussi le retour à la compétition après des blessures sur le bas du corps. Un curseur modifiant le niveau de gravité et donc de résistance.

Des batteries de tests médicaux peuvent être réalisées par les médecins sur place. Photo Jean-François Ottonello.

Une remise en forme par paliers grâce à des espaces fitness et physiothérapie où le cerveau est aussi mis à contribution selon James Bunce, d’où notamment la présence de télévisions.  "Le mental aussi est important et nous travaillons sur le développement cognitif." Mens sana in corpore sano.

Des batteries de tests médicaux peuvent être réalisées par les médecins sur place, au besoin au CHPG pour des examens plus poussés.

 

La "dream box"

Des capsules pour dormir qui rappellent certains hôtels japonais Photo Jean-François Ottonello.

Résident monégasque, le président russe de l’AS Monaco, Dmitri Rybolovlev, a repris le club fin 2011 et ne s’est pas endormi sur ses lauriers en décidant, dès 2013, d’investir 55 millions d’euros dans la construction d’un nouveau centre de performance. Un centre où l’on incite les joueurs à… dormir.

"Nous avons parlé avec les joueurs, explique James Bunce. Et ils voulaient un espace pour faire la sieste. C’est la meilleure forme de récupération avec l’hydratation et nous avons proposé deux types de sieste. Une sieste courte de trente minutes pour une recharge rapide, et une sieste royale - ma préférée [rires] de 1h30."

Grâce à une entreprise parisienne rodée dans l’aménagement d’espaces pour des entreprises comme Google et Microsoft, l’AS Monaco possède aujourd’hui des "Dream boxes". De drôles de capsules non sans rappeler certains hôtels japonais.

Des boîtes à rêve "très confortables" dans lesquelles des Ipad permettent d’enclencher différents types de "méditation" via l’éclairage ou la musique. Une fois la sieste terminée, le joueur n’a qu’à appuyer sur un bouton pour lancer le processus de renouvellement de l’air avant la prochaine visite.

"Nous avons vraiment de la chance d’être le seul club en Europe à avoir ce type de boîte à rêve. Elles existent dans d’autres endroits mais pas avec autant de fonctionnalités", assure James Bunce. Précisant que le sommeil peut être analysé. Sans préciser à quel titre la bande à Ben Yedder et Disasi rêve cette saison...

Le mot du prince

"Nous sommes réunis pour ouvrir une nouvelle page de l’histoire de Monaco", a estimé le prince Albert II à la tribune. "Un signal fort" pour le club, les joueurs et les amoureux du sport.

"Je vous souhaite de continuer à viser les sommets et suis convaincu que vous allez nous offrir à tous beaucoup d’émotions dans vos performances", a poursuivi le souverain, seul à souligner les vertus du bâtiment. "Je suis particulièrement satisfait que l’ensemble de ce projet a été pensé afin de s’inscrire dans une démarche éco-responsable."

 

Rouge et blanc

Les terrains de La Turbie sont surplombés de caméras pour parfaire le jeu des joueurs. Photo Jean-François Ottonello.

Homologués par l’UEFA, les trois terrains de La Turbie sont désormais surplombés de caméras pour étudier la progression individuelle des joueurs et l’évolution tactique de l’équipe.

Le tout au pied d’une tribune de 280 places aux sièges… rouges et blancs.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.