“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Victoire ou pas... Leonardo Jardim ne devrait plus être l’entraîneur de l'AS Monaco après le match contre Lille

Mis à jour le 20/12/2019 à 09:06 Publié le 20/12/2019 à 09:00
Leonardo Jardim n’a plus la confiance de sa direction.

Leonardo Jardim n’a plus la confiance de sa direction. Photo AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Victoire ou pas... Leonardo Jardim ne devrait plus être l’entraîneur de l'AS Monaco après le match contre Lille

Remercié l’an dernier puis rappelé en janvier, l’entraîneur Leonardo Jardim, champion de france 2017 avec l’ASM devrait diriger son dernier match ce samedi soir au Louis II à Monaco avant d’être remercié par sa direction.

Et si Leonardo Jardim avait tout simplement participé, ce jeudi, à la dernière conférence de presse d’avant-match à la tête de l’AS Monaco? Il ne faudra pas patienter longtemps pour en avoir le cœur net.

En ballottage extrêmement défavorable, le coach portugais ne devrait plus entraîner l’équipe première après la rencontre de demain contre Lille (20h45). Et ce, peu importe le résultat.

Aujourd’hui, les dirigeants du club princier se sont fait une raison et cherchent désormais le meilleur moyen pour exfiltrer le coach champion de France en 2017, puisqu’il ne faut pas compter sur Jardim pour jeter l’éponge. Ce n’est pas le genre de la maison et il n’a cessé de faire passer le message ces dernières semaines.

Sur le terrain, la prestation à Angers, la défaite en Coupe de la Ligue mardi (0-3) et plus globalement cette première partie de saison en demi-teinte n’ont pas convaincu Oleg Petrov, vice-président directeur général, de plaider sa cause auprès du grand patron Dmitri Rybolovlev qui garde le cut final. Mais aujourd’hui l’affaire semblerait entendue.

"On est derrière le coach, a assuré, ce jeudi, Tiémoué Bakayoko qui a connu les plus grands moments de sa carrière avec Jardim sous le maillot de l’ASM. On n’en fait pas assez. Évidemment qu’on en parle entre nous. On entend tout ce qu’il se dit sur le coach. On est tous avec lui et on va essayer de faire de meilleures choses en espérant que le public ne demande plus sa démission".

Sauf que le public n’est plus le fond du problème.

Aux yeux de la direction monégasque, l’équipe et le club doivent entrer dans une nouvelle ère.

"je reste calme, c’est ma personnalité"

Depuis le début de saison, l’entente entre Oleg Petrov et Leonardo Jardim n’est pas au beau fixe, et la froideur de leur relation pèse sur le club. Pour autant, fidèle à son habitude, Jardim a affronté la presse le menton bien haut hier ne laissant entrevoir aucun signe de panique ou de doute.

Son avenir? "Le plus important c’est de soutenir les joueurs qui vont jouer samedi, assurait-il. Le coach n’est pas le plus important. Le plus important ce sont les joueurs. Il faut un bon match car le public a besoin de bons matches.

Si je me sens en danger? Tous les entraîneurs se sentent en danger non? On a progressé depuis la 6e journée je pense, mais ce n’est pas à moi à dire si le bilan est plus positif ou négatif.

Je ne panique pas. Je reste calme, c’est ma personnalité. Depuis 6 ans au club, je n’ai jamais été le genre à arriver avec une bouteille de champagne après le titre ou la demi-finale de Ligue des champions, ou apparaître complètement abattu après les défaites. Je ne fais pas plus de bruit, c’est ma personnalité".

"je prèfère être la cible plutôt que ce soit mes joueurs"

Sur le soutien des dirigeants, là aussi, Jardim a fait front comme si de rien n’était. "Sincèrement, après 20 ans de travail, je n’ai pas besoin qu’on me tape sur le dos toutes les semaines en me disant qu’on aime ce que je fais.

Le patron m’a demandé de revenir, on a sauvé le club et aujourd’hui on reconstruit l’équipe. Après, la vie d’un entraîneur c’est d’être en première ligne. Je préfère que les critiques viennent sur moi plutôt que sur les joueurs. Qu’ils fassent leur travail et qu’ils démontrent leurs qualités.

Je préfère être la cible plutôt que ce soit mes joueurs. Hier c’était la fête de Noël du club et on a discuté avec Oleg Petrov, on a parlé de foot, mais pas du tout de ma situation personnelle, encore une fois ce n’est pas important."

Et pourtant en réalité, il n’y a rien de plus important aujourd’hui que l’avenir de Leonardo Jardim.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.