Rubriques




Se connecter à

Victime de cris racistes à Prague, le joueur de l'AS Monaco Aurélien Tchouaméni prend la parole

Après les cris racistes dont il a été victime lors de la victoire de l’AS Monaco contre le Sparta Prague (0-2), mardi soir lors du 3e tour préliminaire aller de la Ligue des Champions, Aurélien Tchouaméni a posté un message vibrant sur les réseaux sociaux.

L.I. Publié le 04/08/2021 à 20:31, mis à jour le 04/08/2021 à 20:33
Aurélien Tchouaméni a été la cible de cris racistes après son but et à la fin du match. Photo Epa/MaxPPP

Mardi soir, Aurélien Tchouaméni a été visé par des cris et des insultes racistes de la part d'une partie des supporters tchèques alors qu'il célébrait son but, le premier de son équipe sur la pelouse du Sparta Prague, et ensuite au coup de sifflet final. 

Profondément touchés et attristés, le milieu de terrain monégasque et ses coéquipiers ont trouvé les ressources pour reprendre la rencontre, un temps interrompue, et ramener une victoire capitale pour la qualification en barrages de la Ligue des Champions. 

Au lendemain de ces incidents, le numéro 8 monégasque a posté sur les réseaux sociaux un message intégralement rédigé en anglais et intitulé "A notre tour d'être entendu". Il revient sur ce qu'il s'est passé et pointe l'UEFA qui, selon lui, ne prend pas de mesures assez fortes.

"Je suis fier de mes racines. Personne ne m'enlèvera ça"

En voici la traduction. 

 

"C'est dur de trouver les mots pour vous dire ce que je ressens à propos de ce qu'il s'est passé hier. Après une année de matchs à huis clos, j'étais plus qu'heureux de retrouver du public dans les stades. C'est le football que je connais et que j'aime. J'ai célébré mon but de la même façon que d'habitude quand des cris de singes m’ont été lancés. Nous avons répondu de la meilleure manière qui soit, sur le terrain. Je suis fier de mes coéquipiers, de notre coach, de notre staff et de la réaction que nous avons eue. Les messages haineux et les menaces de mort que j’ai reçus ne m’atteignent pas. Je ne laisserai pas la haine gagner.​

Ce qu'il s'est passé ne doit pas rester impuni. Il va y avoir du buzz pendant un ou deux jours, puis on va continuer jusqu’au prochain. Prendre position contre le racisme est facile, mettre des actions en place c’est autre chose. Hier, l'arbitre a respecté le protocole de l'UEFA mais j'ai deux questions : pourquoi peut-on arrêter le match pendant cinq minutes pour vérifier si un joueur est hors-jeu mais on ne peut pas faire la même chose pour des chants racistes dans un stade ? Pourquoi les joueurs victimes de racisme ne peuvent-ils pas être associés aux protocoles mis en place pour ce genre d’incidents ?

Le vidéaste du club était près du terrain et il a tout enregistré. Il n'y avait pas de place au doute. Nous l'avons entendu. C'est à notre tour d'être entendus. Le racisme n'a pas sa place dans le foot ou dans n'importe quel endroit. La diversité est la chose la plus précieuse de ce monde. C'est ce qui le rend beau. Je vous remercie pour tous les messages que j'ai reçus.

 

Je suis Aurélien Tchouameni et je suis fier de mes racines. Personne ne m'enlèvera ça."

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.