Rubriques




Se connecter à

US Cap-d'Ail: la vieille dame se porte bien !

À l'occasion de l'inauguration de l'exposition de photos qui a rassemblé mercredi de nombreux nostalgiques du club de Cap-d'Ail, qui fête son centenaire, élus et administrés ont témoigné leur attachement à cette institution sportive de la commune.

PIERRE DU TERRAIL Publié le 14/03/2016 à 05:05, mis à jour le 14/03/2016 à 05:05
L'inauguration de l'exposition de photos, en présence des enfants du club, a donné le coup d'envoi des festivités du centenaire de l'Usca. PdT

À l’occasion de l’inauguration de l’exposition de photos qui a rassemblé mercredi de nombreux nostalgiques du club de Cap-d’Ail, qui fête son centenaire, quelques enfants de l’école de football ainsi que des élus de communes voisines, l’occasion était toute trouvée de recueillir les impressions du maire, Xavier Beck, et du président de l’Usca, Joël Delalande, sur leur attachement à cette institution sportive de la commune.

Que représente l’Usca pour vous?
Xavier Beck: L’Usca est le plus ancien club sportif de la commune et l’un des plus anciens du département. Lorsqu’il a été constitué en 1916, il avait alors le statut d’un club omnisports. Sept de ses fondateurs sont morts au champ d’honneur pendant la Première Guerre mondiale et je ne peux dissocier son nom d’un de ses plus grands dirigeants, Paul Baronetto, qui a permis à l’Usca d’être ce qu’elle est aujourd’hui.
Joël Delalande: L’Usca, c’est 30 années de ma vie sportive, une aventure humaine et émotionnelle intense où j’ai commencé comme joueur puis entraîneur-joueur et, aujourd’hui, j’ai l’honneur d’en être le président. Toutes ces années ont créé des liens forts.

 

Quel est votre souvenir le plus marquant?
X.B.: Un tournoi du «Blé qui lève», créé par Henri Vassallo, et les larmes des jeunes joueurs de Cap-d’Ail pour ne pas s’être qualifiés pour la finale, lors des tirs au but.
J.D.: Il y en a deux. Le premier, c’est la montée en PHA en 2002 avec une équipe qui avait une mentalité extraordinaire et qui nous avait permis d’aller au 5e tour de la Coupe de France. Ils ont été éliminés au penalty par Fréjus qui évoluait en National. Le deuxième, c’est l’inauguration du club house en présence de Didier Deschamps et Claude Puel. Le club house a changé la vie de l’Usca.

Comment envisagez-vous l’avenir de l’Usca?
X.B.: Sereinement. Le club est aujourd’hui bien structuré, avec un président qui le connaît par cœur pour avoir été longtemps son entraîneur général, et je ne doute pas que le soutien que la municipalité lui apporte aujourd’hui lui soit toujours renouvelé par nos successeurs.
J.D.: L’avenir se construit tous les jours. Cela fait déjà deux saisons que nous dépassons les 500 licenciés. L’objectif est l’accession de nos équipes de jeunes en catégorie excellence. Cela passe par une politique cohérente axée sur le travail et la qualité de nos éducateurs. Un mot d’ordre, garder le cap.

Les liens sont forts entre la commune et le club. Quels en sont selon vous les avantages pour les Cap-d’Aillois?
X.B.: Je crois sincèrement aux vertus du sport, et du sport collectif en particulier, pour l’éducation des enfants. Chacun connaît la passion que suscite le football et il est important que les parents puissent confier leurs enfants à des éducateurs qualifiés, ce qui est le cas avec l’Usca. La commune et le club sont liés par une convention d’objectifs qui garantit la qualité de l’encadrement et qui prévoit une cotisation à un tarif préférentiel pour les Cap-d’Aillois, ce qui est fort légitime puisque la commune verse une importante subvention au club.
J.D.: Sans conteste, les liens sont solides. Nous avons la chance d’avoir un maire et un adjoint aux sports qui aiment particulièrement le football. De même, Janine Tardeil, élue de la commune, est notre présidente d’honneur. Aujourd’hui, l’Usca occupe une place importante à Cap-d’Ail. Cent ans d’existence, c’est forcément une belle histoire entre la commune, ses élus, ses administrés et ses commerçants. L’Usca se veut être pour les habitants un club convivial, qui pense à l’épanouissement et au progrès de ses licenciés, dans le respect de l’éthique sportive. Une volonté notamment affichée dans notre convention d’objectifs, qui leur permet de bénéficier d’un tarif très préférentiel.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.