Rubriques




Se connecter à

Une pelouse toute neuve au stade de Cap-d'Ail

Après plusieurs semaines de travaux, la pelouse synthétique du stade municipal a été inaugurée hier dès 14 h, en présence du maire et du vice-président de l'ASM, Vadim Vasilyev

Jérémie Bernigole Publié le 31/08/2017 à 05:32, mis à jour le 31/08/2017 à 05:32
Michael Alesi

Du football, de la bonne humeur et des sourires… Cap-d'Ail ne pouvait rêver meilleure inauguration pour la nouvelle pelouse synthétique de son stade municipal, après plusieurs semaines de travaux. Une cérémonie qui s'est déroulée en présence du maire Xavier Beck et de Vadim Vasilyev, vice-président de l'AS Monaco.

La fête sportive avait démarré sur les coups de 14 h avec un plateau des jeunes de l'Union sportive de Cap-d'Ail. Un match amical entre les U17 du club et ceux de l'AS Monaco débutait ensuite sous les yeux de plusieurs dizaines de personnes en tribunes. La cérémonie officielle s'est tenue avant trois autres matchs de quarante minutes, entre l'USCA U19, l'ASM U17 et le Cercle Bruges U19 (club satellite des champions de France).

Une belle inauguration…

 

À 17 heures, Xavier Beck rentre sur le terrain, accompagné par des membres du conseil municipal, de l'adjoint au sport en Principauté Jacques Pastor, du maire de Blausasc Michel Lottier ainsi que de Vadim Vasilyev. Ce dernier prend d'ailleurs le micro en premier pour adresser ses félicitations : « L'équipe U17 de notre académie joue de façon régulière dans ce beau stade et quand je me rappelle la pelouse d'avant… C'est juste incroyable maintenant ! »

Après avoir coupé le ruban, le maire de Cap-d'Ail s'adresse au public : « C'est un moment important de la vie sportive de notre commune. Ce stade permet aux scolaires comme aux joueurs de différents niveaux de se livrer à leur sport favori. C'est un investissement très lourd pour la commune, représentant 500 000 euros, avec une aide du Département de 100 000 euros, qui sera votée vendredi. Il y a des efforts faits en matière de football puisque nous en sommes à 1 100 000 euros de travaux depuis cinq ans, entre les vestiaires, la pelouse et le club house. » Avant de remettre un cadeau au dirigeant du club du Cercle Bruges, présent pour « un match historique », sous les applaudissements du public.

2001, 2009, 2017… La pelouse synthétique du stade municipal est généralement remplacée tous les huit ans. Normal pour une structure de près de 7 000 m2 qui est utilisée du lundi au dimanche, de 8 h à 22 h. « Nous nous étions engagés à toujours avoir une pelouse en très bon état et c'est vrai qu'elle était très fatiguée. Il était temps de procéder à son remplacement, avoue Xavier Beck. Derrière cette journée officielle, on ne sait combien de joueurs vont profiter de ces équipements durant des années ! »

... pour un terrain réussi

 

Et si le montant est aussi élevé, c'est parce qu'il y a eu des imprévus : « La pelouse est installée sur une dalle parking et nous nous sommes rendu compte d'un certain nombre d'infiltrations. Il était inenvisageable de passer outre. L'équipement étant en copropriété, la commune ne paye que 40 % mais, avec ces problèmes, la note a doublé. »

La pelouse, quant à elle, provient de FieldTurf Tarkett, un fabricant français, et est respectueuse de l'environnement : « Le remplissage est à base de liège, produit d'origine naturelle et faiblement odorant, et le gazon est en polyéthylène. Stabilité des appuis, amortissement des chocs… Ça va permettre aux joueurs d'être en sécurité », explique Robin Garnery, chargé d'affaires grand sud du fournisseur. Les joueurs qui se sont succédé sur le terrain jusqu'à 22 h, hier, peuvent en témoigner : la pelouse était au top.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.