“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

"Une grosse importance": première très observée pour Robert Moreno avec l’AS Monaco en Coupe de France

Mis à jour le 04/01/2020 à 14:19 Publié le 04/01/2020 à 14:20
Roberto Moreno: la pression des débuts pour le coach catalan.

Roberto Moreno: la pression des débuts pour le coach catalan. Photo Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Une grosse importance": première très observée pour Robert Moreno avec l’AS Monaco en Coupe de France

Robert Moreno, le successeur de Jardim à l’ASM, aborde la réalité du terrain ce samedi après-midi pour le 32e de finale de Coupe de France entre son AS Monaco et le Stade de Reis (coup d'envoi à 15h, au stade Louis II). Il a participé à son premier point presse d’avant-match ce vendredi.

Le coach catalan s’est exprimé en français, satisfait de sa première semaine de travail avec l’équipe. « J’ai vu de bonnes attitudes, les joueurs sont réceptifs », dit-il.

Que voulez-vous changer en priorité ?
Je veux introduire mon système de jeu, des automatismes, je veux une équipe où tout le monde attaque et tout le monde défend. On ne va pas tout changer en une semaine, je donne beaucoup d’informations et ce n’est pas facile de faire tout ce que je veux en une semaine. Il y a un processus à enclencher, l’équipe doit grandir.

Quelle importance donnez-vous à ce premier tour de Coupe de France ?
Une grosse importance. J’ai besoin de voir les joueurs en compétition. Nous avons deux compétitions à jouer, la Coupe de France et le championnat. Il est évident que nous allons disputer les deux à fond.

Souvent, les clubs de L1 font tourner pour la Coupe en faisant jouer les remplaçants. On imagine que pour vous, le contexte est différent ?
Complètement. Je veux mettre les meilleurs pour gagner le match. Je raisonnerai toujours ainsi. Il faut donner de l’importance à la compétence. Chacun doit gagner sa place.

"Glik capitaine"

Monaco est une équipe qui prend beaucoup de buts...
Il faut améliorer la défense, c’est une affaire collective. Nous sommes la 2e équipe de Ligue 1 qui a encaissé le plus de buts. C’est aussi une question d’équilibre. Si vous avez la balle, l’autre équipe ne l’a pas.

Vous avez demandé des renforts défensifs ?
Il faut toujours contrôler le mercato, mais je trouve incorrect de dire, je veux prendre un joueur à telle ou telle position. Il faut avoir du respect. Nous avons 28 joueurs. Si je pense que l’un d’eux n’a pas sa place avec nous, j’irai parler avec lui en premier, et ensuite je vous en ferai part.

Glik va-t-il rester le capitaine de l’ASM ?
Oui, tout naturellement. Si une décision était prise pour nommer un nouveau capitaine, ce serait l’été prochain, en début de saison.

Vous avez la réputation d’aimer avoir le contrôle du ballon ?
Le football est très complexe. Moi je veux avoir le ballon, mais si je ne l’ai pas, je dois savoir bien défendre. Avoir le contrôle n’est pas une question de vie ou de mort. Je ne suis pas fixé sur le système. L’idée c’est toujours de mettre en place le style qui va le mieux aux joueurs dont on dispose. Le 4-4-2 ? Oui, mais on peut aussi passer en, 4-3-3, tout dépend du contexte, de l’adversaire. Il est certain que je ne suis pas un adepte d’une défense à 3 dans l’axe, pour une question d’organisation. Je vais donner toutes les informations aux joueurs. Un joueur pense toujours individuellement. Le rôle de l’entraîneur, c’est de regrouper tout le monde avec une idée commune.

Cette équipe de Reims ?
Je trouve que le Stade de Reims justement est un exemple, c’est une équipe où tous les joueurs travaillent ensemble. On peut voir l’empreinte de l’entraîneur David Guion. J’admire ce qu’il fait.

Pour ce premier match, vous allez jouer gros à titre personnel, pour votre image, que ce soit en France ou en Espagne ?
Oui, un premier match, c’est un moment spécial. Avec mon staff, bien entendu, nous voulons débuter par une victoire. Cela serait bon pour nous, bon pour l’équipe. En France, en Espagne, ma famille, mes amis, espèrent voir un beau match… C’est une responsabilité que j’ai voulue. C’est un match de foot. Je suis content d’avoir la santé, que ma famille aille bien. Je suis un privilégié, je travaille pour ma passion. Si je réussis, ce sera très bien, sinon je rentrerai à la maison. La chose la plus importante est donner tout ce que l’on peut pour remplir sa mission.

Vos amis vont vous observer, mais aussi vos ennemis peut-être ?
Tu n’as des ennemis que si tu estimes en avoir… Il faut regarder devant et avec le temps, tout devient relatif.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.