“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

« Un projet enrichissant »

Mis à jour le 14/01/2016 à 08:14 Publié le 14/01/2016 à 08:08
Claude Makelele

Claude Makelele (Photo Michaël Alesi)

« Un projet enrichissant »

Officialisé la semaine dernière, le nouveau directeur technique monégasque Claude Makelele s’est livré sur son arrivée en Principauté ainsi que sur son nouveau rôle

Officialisé la semaine dernière, le nouveau directeur technique monégasque Claude Makelele s’est livré sur son arrivée en Principauté ainsi que sur son nouveau rôle

On a retrouvé le nouveau directeur technique de l’ASMonaco, Claude Makelele, au Louis-II.Son nouveau « chez lui ».Arrivé en fin de semaine dernière en Principauté, l’ancien joueur du Real Madrid et de Chelsea s’est déjà mis au travail.Costard ceintré, poignée de main ferme, voix posée, regard franc et malicieux, l’ancienne sentinelle de l’équipe de France n’a rien perdu de son aura.Joueur de l’ombre mais indispensable quand il jouait au football, «Maké» entend garder ce fil rouge dans ses nouvelles fonctions.Rencontre avec le nouveau directeur technique monégasque.

Claude, votre arrivée a surpris tout le monde, comment s’est passée votre prise de contact avec Monaco ?
Après mon départ de Bastia, j’ai pris le temps de voyager, d’aller voir des matches à l’étranger et j’ai pu faire la rencontre du vice-président Vadim Vasilyev au détour d’un match.On a échangé autour du football puis il m’a parlé de son projet.On s’est revu plusieurs fois et j’ai fini par accepter son offre.C’est un projet enrichissant car vous avez tout à Monaco : des jeunes, des pros confirmés, une structure. C’est un environnement que j’avais déjà côtoyé au Paris-SG et ça m’a plu.

Quel va être votre rôle ?
Etre entre la direction et le groupe professionnel. Le vice-président, dans son projet, est amené à beaucoup voyager et il faut quelqu’un de la direction pour soutenir l’entraîneur au quotidien.J’ai mûrement réfléchi avant de m’engager mais ce rôle me correspond.

Votre passage à Bastia, en tant qu’entraîneur, ne vous a pas donné envie de retenter l’aventure sur un banc de touche ?
C’était enrichissant, honnêtement.Avec le recul, ça me permet de mesurer la difficulté du rôle de coach.C’est pour ça que j’ai accepté ce nouveau rôle, pour épauler Jardim.J’ai vécu cette situation et c’est très compliqué, il faut des gens sur qui s’appuyer.

Comment allez-vous cohabiter avec Leonardo Jardim ?
Le fonctionnement est simple. Je n’interviendrai pas sur les prérogatives du coach. Je vais travailler en soutien sur les problèmes du quotidien, pour que le club soit toujours respecté par les joueurs mais aussi apporter certains conseils pour aider les jeunes à progresser. De l’extérieur, on dit toujours qu’il n’y a pas assez de pression pour obliger les joueurs à donner le meilleur, donc mon rôle sera aussi d’apporter une pression positive à ce niveau, tout cela pour contribuer au bon travail de Leonardo Jardim.

Comment s’est passée votre première rencontre avec lui ?
Très bien. J’ai besoin de temps, je ne suis là que depuis trois jours, on va apprendre à se connaître.

Allez-vous vous rapprocher des joueurs ?
Je préfère parler de notion de groupe professionnel pour échanger quand il y aura un besoin.De par mon expérience, je vais apporter un soutien à l’entraîneur pour atteindre les objectifs : être en Ligue des Champions.On veut rester dans la continuité du projet.

Vous avez eu d’autres offres depuis votre départ de Bastia ?
Oui, plusieurs.C’est pour ça que j’ai pris le temps de la réflexion. Mais à force de discuter avec le vice-président, je me suis rendu compte que ce rôle me convenait à 100%. C’est dans ce rôle que je vais pouvoir aider le club. J’ai été convaincu par le projet et par le discours. C’est un club qui compte beaucoup de jeunes joueurs, on imagine que certains d’entre eux sont très demandeurs de vos conseils.C’est aussi l’un de mes rôles au sein de la formation, apporter mon expérience.Je suis là pour mettre du liant.Je suis également présent pour donner mon avis technique dès qu’on me le demandera.

Allez-vous avoir un rôle sur le recrutement ?
Chacun va rester dans son rôle.C’est le domaine de Luis Campos, qui a fait du très, très bon boulot. De mon côté, je peux apporter un avis si Vadim me sollicite mais c’est lui qui décide.
Vous allez retrouver des joueurs avec qui vous avez évolué.On pense notamment à Ricardo Carvalho ou Jérémy Toulalan.
On va avoir le temps de se parler (rires). Je remarque surtout qu’il y a une équipe exceptionnelle.
Le groupe est talentueux, c’est toujours très intéressant de bosser avec ce genre de groupe, ça va me permettre, moi aussi, de m’adapter à mon nouveau rôle.

Vous avez joué au Real Madrid, à Chelsea, fait partie du PSG QSI, que vous ont apporté ces projets pour votre nouveau rôle ?
De la maturité, de l’expérience, de la patience.C’est un métier difficile où il y a des rapports humains, des rapports de sincérité, sans parler de mes diplômes d’entraîneur qui m’ont donné du recul.Tout ça mis bout à bout, je me suis rendu compte que c’était le bon moment d’accepter ce nouveau rôle à Monaco.Je suis là pour être le garant d’une certaine continuité.

A quel moment avez-vous accepté ce challenge ?
J’étais intéressé très vite.J’ai bien mesuré les conséquences de mon arrivée mais je me suis surtout intéressé au parcours du club depuis le début de ce nouveau projet.Depuis la Ligue 2, l’évolution est exceptionnelle. À partir de là, on ne peut pas refuser un projet comme ça.

Vous allez devoir vous exposer médiatiquement à nouveau ?
Ça fait 25 ans que je suis dans le football, je suis habitué (rires).

Que représente l’ASMonaco à vos yeux ?
C’est un grand club français et européen.Le palmarès et la qualité des joueurs qui sont passés ici parlent d’eux-mêmes.Avec Paris, c’est le club de l’excellence.
Il y a une vraie communauté avec des supporters passionnés, il y a le Prince qui est derrière le club, qui a toujours adoré son institution, c’est un sportif qui plus est. Il donne son âme pour cette équipe.Monaco est un exemple dans le football européen. Je suis impatient de le rencontrer, ça serait un honneur de parler du club avec lui. Le projet tient vraiment la route.

Vous avez connu Lilian Thuram très jeune, c’est également un enfant du club, avez-vous abordé le sujet avec lui ?
Oui, bien entendu.Après avoir accepté ce challenge j’ai appelé pas mal d’anciens comme Lilian Thuram mais aussi Emmanuel Petit, Fabien Barthez ou Eric Abidal. Je leur ai demandé des conseils, comment marche la Principauté, c’est important d’avoir leur ressenti.Je suis ouvert, je suis là pour apprendre.

Vous avez été au cœur de grands clubs comme le Real Madrid, Chelsea, allez-vous servir d’interlocuteur privilégié avec ces clubs ?
L’amitié que l’on a eue dans le passé avec des gens crée toujours des passerelles. Dans tous les clubs où j’ai joué, je pense avoir laissé un bon souvenir. Si ça peut permettre de renouer des liens ou les renforcer, c’est un plus.

Vous avez passé vos diplômes d’entraîneur avec Zinedine Zidane, lui s’installe sur le banc du Real Madrid, vous, dans un rôle plus reculé.ça vous manque le banc ?
Non car je reste toujours dans le milieu.Mais je vais plus m’épanouir à ce poste, je me connais.

Où suivrez-vous les rencontres ?
Je passerai les matches en tribunes.

Verbatim

« Je vais sans doute avoir un rôle à jouer au sein des instances du football »

« Mon rôle, c’est de protéger les couleurs de l’AS Monaco »

« Le football est un sport universel, je connais les codes donc il n’y a aucun stress de mon côté »

« Quand on est sincère, tout se passe bien »

« Je vais profiter de mes premiers instants pour faire le tour de la maison »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct