Rubriques




Se connecter à

Un mercato très agité à l'AS Monaco

Sans Coupe d'Europe ni de Coupe de la Ligue en 2016, Monaco veut dégraisser. En coulisses, ça s'agite dans tous les sens. Pour l'instant, surtout dans le sens des départs

M. Faure Publié le 07/01/2016 à 14:49, mis à jour le 07/01/2016 à 05:08
Jean-François Ottonello

Leonardo Jardim avait prévenu qu'il voulait réduire son groupe durant le mercato de janvier. Et les premières manœuvres commencent à prendre forme en coulisses. Etat des lieux.

Les départs définitifs

Le dossier numéro un s'appelle Stephan El Shaarawy. C'est un secret de polichinelle mais l'Italien ne rejouera plus sous les couleurs de l'ASM alors qu'il s'entraîne toujours à la Turbie. Prêté avec option d'achat obligatoire au bout de 25 matches, le Pharaon restera bloqué à 24. Tout sauf un hasard. Pour l'instant, Monaco et l'AC Milan, à qui il appartient toujours, essaient de trouver un point de chute à l'international transalpin qui souhaite jouer l'Euro 2016. Dans les colonnes d'Il Messaggero son agent Federico Pastorello admet que son poulain « intéresse beaucoup de clubs, il y a plusieurs négociations en cours. C'est impensable qu'un joueur de ce niveau ne joue pas régulièrement. » De son côté, son frère et agent, Manuel, « attend des nouvelles sous peu Il a bien commencé à Monaco, il a toujours été en forme, mais après il a manqué le feeling avec l'entraîneur. » Par ailleurs, dans un souci d'équilibrer ses finances, l'AS Monaco ne serait pas contre les départs de Lacina Traoré et Joao Moutinho, deux gros salaires, si des offres intéressantes se présentaient.

 

Ce qui n'est pas encore le cas actuellement malgré des marques d'intérêt de plusieurs clubs européens pour le Portugais.

Les départs provisoires

Pour comprendre le jeu des prêts, il faut préciser la règle. La LFP autorise à chaque club français sept prêts à des clubs de l'hexagone et autant que possible à l'étranger. Hier, l'ASM a officialisé le retour de prêt du jeune David Mills depuis le Paris FC. La raison ? Monaco avait déjà atteint ses quotas de sept prêts en France (Pi, Jean, Tisserand, Germain, Bahamboula, Ngakoutou et donc Mills) et ne pouvait plus en prêter un autre.

Or, le jeune Rony Lopes discute depuis plusieurs jours avec les dirigeants du LOSC, mais aussi ceux de Saint-Etienne, pour un prêt jusqu'en fin de saison. Et pour rendre le deal possible, il fallait faire revenir un prêté à la maison. Mills est «l'heureux élu», victime de la jurisprudence Dominique Pandor, qui avait vu son prêt au Paris FC annulé par le club de la Principauté en janvier 2015 pour permettre à Lucas Ocampos de partir en prêt à l'OM en tant que septième prêt. D'autres jeunes joueurs ont étalé leur envie de départ, c'est le cas du quatrième gardien - titulaire en U19 - Loïc Badiashile. Lors d'un entretien à chercheunclub.com, il a confié son envie d'ailleurs : « Mon objectif est de jouer mon premier match en pro pour lancer ma carrière. Mais je sais que ce n'est pas à Monaco que je vais commencer. Donc j'espère être prêté très prochainement pour avoir du temps de jeu et ainsi revenir plus fort. »

Des garçons plus aguerris sont également concernés par des prêts, on pense à la recrue la plus onéreuse de l'été Ivan Cavaleiro. Le Portugais, recruté pour 15 millions d'euros, a la cote en Premier League. Selon nos informations, le promu Bournemouth s'intéresse au profil de l'ancien joueur du Deportivo La Corogne et aimerait envisager un prêt jusqu'à la fin de la saison.

Les arrivées

 

Même si l'envie principale des dirigeants asémistes est de dégraisser l'effectif, la cellule de recrutement est toujours en veille. Depuis cet été, deux profils sont recherchés : un défenseur central capable de remplacer Abdennour et un attaquant de profondeur susceptible d'évoluer sur un côté.

Selon plusieurs médias brésiliens dont Superresportes, Monaco aurait coché les profils de Felipe (Corinthians), Marlon (Fluminense), Jackson (Internacional Porto Alegre) et Jemerson (Atletico Mineiro). C'est ce dernier qui aurait fait, a priori, la plus forte impression aux dirigeants de la Principauté. Mais le tarif de départ est élevé : 10 millions d'euros. Sans parler du montage financier compliqué puisque son club ne possède que 80% des droits économiques du joueur.

Pour l'attaquant, les pistes ne sont pas nombreuses et l'option Falcao, en prêt à Chelsea, n'a pas été définitivement tranchée. De nouveau blessé à la cuisse à l'entraînement - il n'a plus joué depuis novembre - le Colombien aimerait connaître les intentions de son nouvel entraîneur Guus Hiddink avant de prendre une décision. On le dit aussi très peu motivé à l'idée de revenir en Principauté où il est lié jusqu'en 2018. Dans les colonnes du magazine colombien Holà!, Radamel Falcao a fait le point sur sa situation, « Chelsea m'a montré de la foi et m'a ouvert la porte. Mais cela a été compliqué, car l'équipe n'a pas bien démarré, et aussi parce que je n'ai pas eu les opportunités que j'attendais. Je suis quand même très reconnaissant envers Chelsea. Je suis satisfait et je suis confiant quant à mes chances pour la deuxième partie de la saison. » Pas franchement une porte ouverte.

Un temps envisagé en solution de repli Loïc Rémy, lui aussi sur le banc à Chelsea, attend également des nouvelles de Guus Hiddink.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.