Rubriques




Se connecter à

"Un mec en or", "il n'a peur de rien"", "un bosseur"... Qui est Christophe Galtier, le nouvel entraîneur de l'OGC Nice?

Sudiste sacré dans le Nord, Christophe Galtier devrait amener un souffle nouveau au Gym.

William Humberset Publié le 30/06/2021 à 14:40, mis à jour le 30/06/2021 à 14:40
Christophe Galtier. Photo F. Bt.

Le feuilleton est enfin terminé, Christophe Galtier est le nouvel entraîneur de l'OGC Nice. Un épilogue que l'ancien coach du Losc n'a jamais imaginé devoir attendre si longtemps après avoir confié dès janvier, puis de nouveau en avril, ses envies de départ à Olivier Létang.

Mais le président lillois a joué le temps et la surenchère jusqu'à ce 28 juin libérateur. "Christophe est un homme honnête, vachement droit. C'était impossible qu'il annonce vouloir quitter Lille sans avoir eu un accord de son président", souffle un proche du Marseillais.

‘‘Galette’’ n’a pas voulu "démentir" tout ce qui a été raconté à son sujet. Mais il ressentira forcément une pointe d’amertume au moment de retrouver Lille et Olivier Létang, dès la prochaine 2e journée de championnat. "Christophe tient toujours ses engagements et sa parole. Il écoute et joue cartes sur table, décrit Bernard Caïazzo, son président pendant 7 saisons à l'AS Saint-Etienne. Mais attention, il ne faut pas le trahir!"

"C’est un vrai gars du Sud, un sanguin, rigole Philippe Mazzuchetti, Niçois qui fut son coéquipier d'une saison à Nîmes (1994-1995). Il est franc, spontané. S'il faut dire merde, il dira merde. Il peut être très impulsif, mais il est surtout sans concession. On l’aime ou on ne l’aime pas. Moi, je vois un mec en or."

 

"un homme avec un grand h, qui n'a peur de rien"

Suspendu six mois en 2000 pour avoir été accusé d'agression sur Marcelo Gallardo, alors qu'il était adjoint de Bernard Casoni à l'OM, Galtier, "un homme entier", n'a pas toujours su réagir à moitié face à la provocation. 

"Si un joueur lui fait à l'envers, il déguste, avertit le président des Verts. Je me souviens d'un geste d'humeur de la part d'un joueur à sa sortie du terrain, il y a 5-6 ans. C'était très chaud dans le vestiaire, Christophe voulait en venir aux mains, ses adjoints ont dû le retenir. C'est un homme avec un grand H, un vrai. Ce n'est pas un rigolo qui parle. Il n’a peur de rien. Il aime tellement ses joueurs que j'avais excusé sa réaction. Il a une autorité de grand frère, c'était une réaction émotionnelle face à un manque de respect."

Le respect est une valeur fondamentale du clan Galtier. Dans le staff, le boulot comme la famille. Régine, sa femme qui vit à Cassis et dont il souhaitait se rapprocher, son fils Jordan, nommé coach-adjoint à l’AC Ajaccio, et John Valovic, son beau-fils qui gère ses intérêts, sont "des personnes de grande qualité" nous assure-t-on. « John dénote dans le monde actuel des agents peu scrupuleux et vénaux, » ajoute un homme influent du football français.

Enfant des Caillols, Galtier a effectué sa formation, ses premiers pas professionnels et ses débuts sur un banc avec l'Olympique de Marseille. Estampillé OM, l'ami d'enfance des Cantona a forgé son expérience au gré de ses rencontres.

 

Le défenseur de 19 ans "plein d’énergie, sérieux, bosseur, solide, généreux et joyeux" qu’a connu Jacky Bonnevay à ses débuts (1985-87) était devenu un chef de file dix ans après dans le Gard.

"C’était l'une de ces saisons galères que tu préfères oublier à la fin de ta carrière, plaisante Mazzu, ancien Aiglon formé au Gym (1985-1992). Mais tu gardes en mémoire l'esprit de certains mecs, Christophe fait partie de ceux-là. Pour son accent marseillais, sa gueule, son charisme. Il avait tout pour lui. C'était un super joueur de ballon qui savait mettre le bleu de chauffe quand c'était nécessaire. Il était capitaine en sélections de jeunes, tu sentais déjà l'âme d'un leader."

Membre de la dernière équipe de France Espoirs championne d'Europe (1988) aux côtés de Laurent Blanc, Alain Roche, Franck Sauzée et Eric Cantona, le joueur Galtier n'a jamais raflé de titre en club malgré deux finales de coupe de France perdues avec l’OM. Une anomalie qu’il rectifie en tant qu’adjoint d’Alain Perrin, à Sochaux, avec une finale remportée face à... Marseille, en 2007.

Le premier sacre d’une association qui sera fructueuse à l’OL (champion de L1 en 2008) pour un technicien qui s’était déjà nourri du savoir-faire de Gérard Gili au Sporting Club de Bastia (2002-04).

"Je me souviens de quelqu’un de très cool, proche des joueurs. Assez chambreur aussi, rembobine Chaouki Ben Saada, qui sortait à peine du centre de formation corse à l’époque. Il préparait les séances, s’occupait de la mise en place des entraînements avec José Pasqualetti, mais il restait en retrait dans les discours. Il avait un œil reculé."

 

"enfin un coach qui construit des équipes à son image"

"Il a suivi un parcours linéaire en tant qu’adjoint. Ça me donne l’impression qu’il s’est donné les moyens d’atteindre le haut niveau. Il a appris au contact de gens brillants et modérés comme Gili et Perrin, admire Jacky Bonnevay, adjoint de Claude Puel à Saint-Etienne. Jusqu’à ce qu’Alain lui donne l’opportunité de tenter sa chance et prendre son envol avec les Verts."

"Il n’a jamais cherché à prendre le poste de numéro 1, il était sur le point de partir quand nous avons mis fin à notre collaboration avec Perrin, raconte Bernard Caïazzo. C’est Alain qui l’a convaincu de se lancer. Christophe progressait chaque année en tant qu’adjoint. Parce qu'il est intelligent, il capte, applique et améliore même. Sa soif d'apprendre et de progresser était énorme, mais il restait très humble."

S’en suivront huit saisons réussies, dont une Coupe de la Ligue (2013) qui met fin à 32 ans de disette et offre un retour sur la scène européenne au peuple vert, six ans après la dernière campagne.

"Christophe sait s’entourer, partager ses compétences. Avec Thierry Oleksiak, un gars extraordinaire aussi, ils ont ajouté le travail à la créativité. Leur départ a été une première cassure psychologique avec le football pour moi, concède leur patron dans le Forez. C’est un peu comme si quelqu’un de votre famille quitte le pays. Plus rien ne sera comme avant."

"Fidèle", "loyal" envers ses dirigeants, ‘‘Galette’’ l’est aussi en amitié. Julien Fournier "n’a jamais perdu le fil" avec son coéquipier de padel. Jean-Pierre Rivère a rapidement adoubé le Marseillais et le trio partageait de longues conversations sur la pelouse avant chaque match qui les opposait.

 

Alors qu’il luttait pour le maintien pour sa première saison à Lille, Galtier avait confié ses inquiétudes quant à la fragilité de son groupe à quelques minutes d’affronter l’équipe de Lucien Favre. Chose qu’il ne fera jamais en public assure Caïazzo.

"Il défend toujours l'institution, ne se plaint jamais. Il aurait pu, quand il arrive à Lille en décembre (2017), Lopez était critiqué. Mais il est resté droit, n’a jamais cherché d'excuse. Pour être deuxième l’année suivante, puis champion trois ans après. C’est très fort."

D’autant que l’exploit au nez et à la barbe du PSG a été réalisé sans Luis Campos ni Gérard Lopez, les principaux artisans du projet lillois. "Il a su protéger ses joueurs malgré les bouleversements traversés par le club, note Philippe Mazzuchetti. Je revois le joueur qu’il était, un meneur d’hommes à la Deschamps. Qui t’envoyait une dose d’adrénaline et te foutait les poils par ses discours! Ses équipes lui ressemblent. Enfin un coach qui construit des équipes à son image! Je m’ennuyais devant les matchs du Gym, je trouvais ça plat. Là, je sais que les joueurs vont avoir envie de mourir sur le terrain pour lui!"

Couronné à Lille, "Galette" est déjà adoubé à Nice.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.