“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Un début de saison en bas du classement... puis une remontée spectaculaire. Comment l'AS Monaco s'est redressée

Mis à jour le 11/12/2019 à 08:04 Publié le 11/12/2019 à 05:11
Leonardo Jardim

Leonardo Jardim Photo C.D.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un début de saison en bas du classement... puis une remontée spectaculaire. Comment l'AS Monaco s'est redressée

Englué dans le fond du classement en début de saison, Monaco vient de prendre 22 points en 11 journées - seuls le PSG et l’OM font mieux - pour pointer, ce mercredi matin, à 4 points du podium

Le classement de Ligue 1 est un indicateur de performance comme un autre mais c’est le seul qui distribue des accessits en fin de saison.

Actuellement onzième, l’AS Monaco n’est qu’à 4 points de Lille, troisième. Sans oublier que l’ASM compte un match en moins, contre le PSG, certes.

Pour le moment, les Parisiens (39 points) et l’OM (34 points) semblent intouchables dans la course à la Ligue des champions, le challenge avoué du club monégasque (24 points). Mais l’ASM revient de loin. Au soir de la 5e journée, Monaco affichait deux petits points. Onze journées plus tard, Monaco a remporté sept matches, pour un nul et trois défaites.

Mieux, l’attaque s’est envoyée sur la même période (18 buts) alors que la défense s’est stabilisée (11 buts encaissés).

La défense à trois a tout changé

Illustration
Illustration Photo AFP

Plusieurs raisons à cela. Le mercato est enfin terminé et Monaco a pu intégrer au fur et à mesure des titulaires : Ben Yedder, Slimani, Bakayoko et Adrien Silva notamment.

Un quatuor qui a permis de stabiliser l’équipe et de participer à l’élan offensif (17 buts pour le duo Ben Yedder/Slimani).

Ensuite, Leonardo Jardim a complètement basculé vers une défense à trois au matin... de la 6e journée à l’exception de la réception d’Amiens où le 4-2-3-1 a été ressorti pour la première fois depuis le déplacement manqué à Metz, le 17 août (0-3).

Gil Dias et Gelson Martins ont également contribué au renouveau monégasque, le passage des deux Portugais dans des rôles de pistons à partir de la 6e journée a coïncidé avec le changement tactique de l’ASM.

Évidemment, Jemerson, Guillermo Maripan, Kamil Glik et Benoît Badiashile ne sont pas (re) devenus des défenseurs centraux dominants du jour au lendemain, la preuve, Monaco concède toujours autant de tirs par match (14 tirs concédés entre la 1ere et la 5e journée, 12,2 depuis la 6e journée) et Benjamin Lecomte effectue grosso modo le même nombre d’arrêts par rencontre (6,2 contre 6).

La défense monégasque est toujours hésitante quand l’adversité met un peu de vitesse par exemple mais la doublette Adrien Silva - Tiemoué Bakayoko a le mérite de mieux protéger Benjamin Lecomte et le collectif est plus cohérent.

Le groupe n’a jamais lâché

Cela dit, difficile de faire plus freestyle que le début de saison où les compositions d’équipe ne ressemblaient pas à grand-chose, sans parler du mental qui s’effritait à chaque premier but encaissé.

D’ailleurs, après un début de saison vraiment raté, surtout pour une équipe qui a investi près de 140 millions d’euros sur le mercato - personne n’a plus dépensé en France rappelons-le et douzième club européen le plus dépensier de l’été - Leonardo Jardim a été, à plusieurs reprises, dans une situation inconfortable.

La réception de Nice (6e journée) et l’enchaînement des deux derniers matches auraient pu donner des envies d’autre chose aux dirigeants monégasques en cas de gros ratés.

Sauf que le Portugais a ramené trois victoires et son groupe ne l’a visiblement jamais lâché, persuadé que la mayonnaise allait finir par prendre. L’an dernier, son discours ne passait plus et il s’était mis à dos une partie de son effectif très rapidement. Depuis, le discours n’a pas vraiment changé, la méthode non plus d’ailleurs, mais le groupe, lui, a été complètement bouleversé. Dans le onze type, seuls Golovin et Glik étaient présents en début de saison dernière.

Autant dire que l’effectif a été entièrement remodelé lors des deux derniers mercatos. Des garçons comme Ballo-Touré et Fabregas, pourtant arrivés en janvier, ont déjà glissé sur le banc des remplaçants. Alors oui, les matches de l’ASM ne sont pas toujours emballants - euphémisme - à commencer par la première période contre Amiens mais après avoir pris un tel retard à l’allumage, la priorité est ailleurs: prendre des points.

Et c’est dans ce pragmatisme ambiant que Leonardo Jardim est le meilleur. Car, et même si ça ne fait pas forcément plaisir à tous les suiveurs de l’ASM, c’est bien le Portugais qui est ressorti renforcé des récentes victoires de l’ASM.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.