“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Trois questions pour comprendre le revirement de l'AS Monaco sur le cas Vainqueur

Mis à jour le 12/01/2019 à 13:34 Publié le 12/01/2019 à 13:16
D’abord recalé à la visite médicale en raison d’une blessure au mollet et son incapacité à être opérationnel immédiatement, William Vainqueur a finalement rejoint l’ASM pour un prêt de 5 mois.

D’abord recalé à la visite médicale en raison d’une blessure au mollet et son incapacité à être opérationnel immédiatement, William Vainqueur a finalement rejoint l’ASM pour un prêt de 5 mois. AS Monaco

Trois questions pour comprendre le revirement de l'AS Monaco sur le cas Vainqueur

D’abord recalé à la visite médicale en raison d’une blessure au mollet et son incapacité à être opérationnel immédiatement, William Vainqueur a finalement rejoint l’ASM pour un prêt de 5 mois. Pourquoi ? Parce que la volonté du joueur, notamment après le premier refus, a séduit le board monégasque dans une période sportive compliquée. Explications.

William Vainqueur a-t-il réussi sa visite médicale ?

Non. Enfin, disons que l’ancien milieu de l’OM et d’Antalyaspor a accepté de pousser au-delà de ses limites lors des tests physiques pratiqués, notamment, par Bob Tahri, malgré une douleur au mollet. Résultat, Vainqueur a besoin de temps avant de pouvoir être apte à un match de football en raison d’une légère blessure au mollet, un endroit particulièrement difficile à soigner chez les footballeurs. Or, Monaco avait besoin d’un joueur disponible immédiatement (comprendre pour Marseille, par exemple). Dans un premier temps, Monaco a décidé de ne pas valider la piste William Vainqueur.

Pourquoi la donne a changé ?

Il y a d’abord la ligne directrice du club. "On était séduit par son profil, sa personnalité. Avec lui, on savait où on allait. Et il plaisait au staff sportif et à la direction", glisse-t-on en interne.

"Trouver un autre profil de ce genre aurait pris du temps, donc l’idée d’avoir un joueur immédiatement nous échappait dans les deux cas, autant attendre un peu pour William Vainqueur au final".

La bascule se fait dans la manière dont Vainqueur réagit au refus initial de l’ASM. "Mon premier sentiment était la déception quand j’ai su que je n’étais pas prêt à jouer immédiatement pour l’AS Monaco. Mais j’avais vraiment la volonté de porter les couleurs monégasques donc j’ai proposé spontanément au club de faire tous les efforts pour pouvoir évoluer à Monaco".

Depuis 24 heures, l’ancien milieu de l’OM s’est montré proactif et déterminé, allant même jusqu’à soumettre l’idée aux dirigeants monégasque de ne pas être rémunéré tant qu’il ne rejouerait pas. Ce que nous a confirmé Vadim Vasilyev, le vice-président du club, qui a reçu Vainqueur hier matin en tête à tête. «

"Le fait de faire un test physique très dur avec Bob Tahri en étant blessé ainsi que de proposer, de sa propre initiative, de faire un effort financier considérable m’a convaincu que j’étais en face d’un vrai guerrier qui souhaitait nous rejoindre. A l’heure actuelle, nous avons besoin de nous appuyer sur des footballeurs mais peut-être encore plus sur des hommes. Dans ma carrière de dirigeant, c’est la première fois qu’un joueur me propose une telle solution", conclut Vasilyev.

Le modèle économique de Monaco n’allait pas s’écrouler avec le salaire de Vainqueur, loin de là, c’est surtout la démarche qui a séduit la direction du club. L’idée que dans cette période compliquée, c’est ce genre de personnalité qu’il fallait pour redresser la barre. "On s’est dit qu’on faisait peut-être une erreur en ne lui donnant pas sa chance", poursuit un proche du dossier.

Quand sera-t-il opérationnel?

Au club, on ne préfère pas avancer de date par prudence. "Il va manquer quelques matches", souffle-t-on simplement. Il est possible d’envisager les débuts du joueur à la fin du mois ou début février si tout se passe bien. D’ici là, Fabregas, Tielemans, Aholou qui est proche de la reprise, assureront l’intérim tout en sachant que la concurrence sera plus serrée au milieu de terrain dorénavant.


La suite du direct