Tout savoir avant le match entre Monaco et Lyon de ce dimanche soir

Incapables de gagner au Louis-II depuis le début de la saison (deux revers, deux nuls toutes compétitions confondues), les Monégasques espèrent se lancer, ce soir face aux Gones.

Christopher Roux Publié le 11/09/2022 à 16:30, mis à jour le 11/09/2022 à 11:25
Golovin et l'ASM n'ont plus concédé trois défaites d'affilée en Ligue 1 à domicile depuis 2018. Photo S. Botella

Au sens propre comme au figuré, les Monégasques ont un souci avec les décollages en ce moment. A Belgrade, vendredi, au lendemain de leur succès face à l’Etoile Rouge en Ligue Europa (0-1), c’est leur vol retour qui a été retardé. Ils sont arrivés à l’aéroport de Nice à 17h au lieu de 13h. Au Louis-II, cette saison, l’envol est tout aussi chaotique. L’ASM plafonne à basse altitude, incapable d’empocher une victoire.

"Commencer par jouer à 11 tout le match"

Accrochée par Eindhoven lors du 3e tour préliminaire aller de la Ligue des champions (1-1), elle a été tenue en échec par Rennes (1-1), puis battue par Lens (1-4) et Troyes (2-4) en Ligue 1. Un bilan fâcheux pour un candidat au podium. Dixièmes du championnat avant cette 7e journée, les Monégasques entendent lancer la machine à domicile face à l’OL, ce soir. Ce succès de prestige ferait autant de bien que les deux dernières victoires conquises à Nice et en Serbie.

Interrogé sur les difficultés de son équipe à s’imposer sur ses terres, Philippe Clement a remis sur la table l’arbitrage, alors que l’ASM a bouclé ses trois dernières sorties à domicile avec un joueur expulsé. "J’aimerais arrêter de parler de cette histoire mais c’est la principale raison qui explique ces résultats, a réagi l’entraîneur monégasque. Les joueurs ne sont pas plus motivés à l’extérieur que chez nous, mais on doit commencer par jouer à onze tout le match."

"Il faut s’investir beaucoup pour gagner en Ligue 1. C’est très dur. A nous de changer ça", a ajouté Breel Embolo, alors que les siens ont cinq points de retard sur Lyon, un concurrent direct au podium. Un écart qu’il ne faut pas laisser s’envoler. « Je trouve qu’on a progressé mentalement depuis le début de la saison, veut croire l’attaquant de 25 ans. On a pris des coups, notamment après notre élimination en Ligue des champions, mais on s’est toujours relevés. Je crois qu’on a fait un pas en avant."

Ben Yedder-Embolo, un lien à tisser

Dans une équipe qui manque de schémas offensifs fluides et doit « marquer vite pour se donner de la confiance » selon le Suisse, son association avec Ben Yedder est une lueur d’espoir.

 

Contre Rennes, Lens et Troyes, leur connexion a été saccagée par un carton rouge. Victimes des vents contraires, ils n’ont pas encore échangé la moindre passe décisive. Sur le papier, ils peuvent former le duo à même de desserrer le frein à main d’un collectif décevant sur attaques placées. "Ils ont une complémentarité. Il n’y a aucun doute là-dessus", a positivé Clement au sujet de ses leaders offensifs. Embolo développe. "Avec mon 1,85 m, mon rôle est d’aller dans les duels et lui peut être davantage finisseur."

Leurs trois titularisations communes en L1 ont accouché d’un nul et deux défaites "On n’ira pas voir le coach pour lui demander de nous associer", plaisantait Embolo, hier, avant de préciser qu’il travaillait avec son capitaine pour savoir comment se trouver. "On est deux types d’attaquants mais on peut fonctionner ensemble. Ça va le faire", dit-il. La recrue venue de Gladbach a déjà scoré trois fois. Et elle pourrait permettre à "WBY" de remettre le contact, alors que l’international français n’a inscrit qu’un but sur ses sept premiers matchs.

"Je ne me fais pas de souci pour lui, l’a encouragé Embolo. Je sais quel joueur il est. Il a des qualités incroyables. Il n'a pas besoin de mes conseils parce que j'ai plutôt besoin des siens. On sait qu'il se définit beaucoup par ses buts et j'attends impatiemment son premier en L1. Dès qu'il va se lancer, il va nous apporter un extra." Les futurs retours de blessures de Boadu et Volland, encore forfait ce soir, pourront accélérer leurs automatismes. "Pour l’instant, je peux les faire jouer en même temps mais pas tous les trois jours et pendant 90 minutes", a expliqué Clement, pilote d’un avion qui cherche sa vitesse de croisière.

Compos probables

La phrase

"Je veux marquer le plus possible et je ne me fixe pas de limite. Même si aider l’équipe est le plus important. J’aurais peut-être pu mettre un ou deux buts de plus en ce début de saison. Le meilleur exercice de ma carrière à Bâle avec 17 buts (2014-15)? C’est vrai que ça date un peu."

Breel Embolo, ambitieux

Le chiffre

6. L’ASM a remporté 6 de ses 17 derniers matchs de L1 face à l’OL, soit depuis sa remontée dans l’élite en 2013 (9 défaites, 2 nuls).

L’ASM en difficulté sur phases arrêtées

Sur coups de pied arrêtés, Monaco est l’une des équipes de L1 les plus vulnérables depuis le début de la saison. Le club de la Principauté a encaissé cinq buts (sur onze) sur phases statiques (3 penalties, 1 corner et 1 coup franc indirect). Avant la 7e journée, seuls Angers et Reims (7) font pire. L’ASM se retrouve à égalité avec Clermont et Brest (5).

"On peut s’améliorer et on travaille pour, mais c’est un peu exagéré de dire qu’on a de grands problèmes sur ces situations", a commenté Philippe Clement, en étayant son propos. "On a joué six matchs de championnat dont trois en ayant fini à dix. Ces circonstances changent beaucoup de choses. Tu es moins dominant et tu te retrouves à défendre sur beaucoup plus de phases arrêtées. On doit s’organiser à dix et cela devient plus facile pour l’adversaire. C’est ce qui fait que nos stats sont moins bonnes. Je suis certain qu’elles seront meilleures après vingt journées."

Même si son équipe souffre en défense de zone, le coach n’a pas l’intention de l’abandonner. "Les universités ont fait beaucoup de recherches et il a été prouvé que c’est plus difficile de marquer contre une défense en zone. On peut discuter avec le groupe, faire un mix avec le marquage individuel, mais il y a toujours un attaquant de libre dans la défense en individuel. Avec les joueurs que nous avons, je considère que la zone est la meilleure manière de défendre." 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.