Rubriques




Se connecter à

Tout ce qu'il faut savoir avant le match Reims - AS Monaco

L’ASM aborde ce dimanche 9 mai en Champagne la première de ses trois finales pour un accessit en Ligue des Champions. Pour garder son destin en main, elle ne devra laisser aucun point en route.

Leandra Iacono Publié le 09/05/2021 à 13:11, mis à jour le 09/05/2021 à 13:11
Lyon a repris samedi la troisième place du championnat. Les Monégasques n’ont pas le droit à l’erreur contre Reims. Photo Sébastien Botella

Niko Kovac et Wissam Ben Yedder ont œuvré vendredi en conférence de presse à évacuer toutes les questions relatives au revers contre Lyon dimanche et son après-match brûlant. Une façon peut-être d’éloigner le mistigri. La défaite? Derrière eux!

Les sanctions infligées par la commission de discipline de la LFP qui priveront respectivement Geubbels et Pellegri de trois et deux rencontres? Du passé! Quant aux petites phrases provocatrices glissées ici et là par le clan lyonnais? Cela ne les intéresse pas.

Évidemment, les Monégasques, quatrièmes ce matin avec un match de retard sur l’OL (vainqueur de Lorient 4-1 samedi), savent qu’ils gardent le pouvoir de priver les Gones du dernier ticket pour la Ligue des Champions s’ils gagnent leurs trois dernières rencontres, mais ils n’en font pas une question d’orgueil.

Ramener la quête européenne de l’ASM à un simple duel fratricide avec l’Olympique Lyonnais serait lui manquer de respect au vu de ce qu’elle a accompli cette saison.

 

À force de travail et de talent, elle s’est donné le droit de rêver plus haut que la Ligue Europa qu’elle s’est assurée, depuis plusieurs semaines déjà, de jouer l’automne prochain.

D’autant que jeudi, l’AS Monaco pourrait s’offrir sa première finale de Coupe de France depuis 2010 si elle fait le travail contre les joueurs semi-professionnels de Rumilly Vallières (N2).

Encore des absents en attaque

Mais ces considérations n’ont jamais paru aussi lointaines dans l’esprit de Niko Kovac, pour qui "avancer match après match", une phrase qui d’habitude fleure bon la langue de bois, a peut-être rarement été aussi sincère.

Alors que son équipe a potentiellement 5 matchs capitaux à disputer en l’espace de 15 jours, le Croate doit encore composer contre Reims avec un effectif amoindri par les absences, dans le secteur offensif notamment malgré les retours dans le groupe de Gelson et Golovin (Diop, Jovetic, Diatta sont en phase de reprise, Pellegri et Geubbels sont suspendus).

C’est donc sans sa profondeur de banc habituelle que l’ASM, dont le jeu fait d’intensité et de contre-pressing est très exigeant physiquement, va aborder la première de ses trois finales pour une place en C1.

 

"Trois points à prendre, pas neuf"

Après Reims, il y aura Rennes et enfin Lens. Trois équipes que Monaco n’était pas parvenu à battre lors de la phase aller (un nul, deux défaites). C’est dire la tâche qui attend le club princier.

"Oui, il va falloir se battre pour aller chercher ces trois matchs. Mais le plus important, c’est la prochaine rencontre. On doit continuer à jouer à une intensité maximale. Pour les suivantes, on pourra analyser quelle sera la situation et quels joueurs pourront revenir. Mon souhait est de rester concentré sur Reims, car il y a trois points à prendre, pas neuf", a assuré Kovac devant la presse.

Le natif de Berlin ne se met pas une pression démesurée avant d’aborder une semaine durant laquelle Monaco peut gagner beaucoup mais aussi perdre gros.

"J’ai toujours été quelqu’un d’optimiste. Pourquoi ne le serais-je pas alors qu’on a notre sort entre nos mains? On est heureux d’être là où on en est."

À l’image de son entraîneur, c’est tout un club qui vit la fin de saison avec sérénité, malgré les enjeux. Après tout, ce n’est que du bonus.

La phrase

"Monaco est tout simplement l’équipe qui a le plus progressé cette saison. Sur la dimension physique, athlétique mais aussi sur les phases arrêtées, l’ASM est redoutable. Elle use ses adversaires et vient souvent conclure en deuxième période. À l’aller, on avait réussi à trouver de la latitude mais en cette fin de saison, ils ne laissent plus rien passer."

De David Guion, entraîneur de Reims. L’aller s’était soldé sur un nul 2-2.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.