Supporter de l'AS Monaco depuis 25 ans, il a (enfin) assisté à un match au stade Louis-II

Lors de la seconde journée de championnat entre l’AS Monaco et le Stade Rennais (1-1), Clément Piednoel a découvert l’antre du stade Louis-II, lui qui est supporter des Rouge et Blanc depuis 25 ans.

Kévin Sanchez Publié le 20/08/2022 à 13:03, mis à jour le 20/08/2022 à 13:03
Avant sa première au Louis-II, Clément en a profité pour faire un détour par le centre d’entraînement afin de découvrir les infrastructures du club. DR

Séparé par plus de 1 000 km de son club de cœur, Clément Piednoel, supporter depuis 25 ans de l’AS Monaco, s’est rendu au stade Louis-II pour la première fois le week-end dernier.

Une attente presque interminable pour ce fan des Rouge et Blanc dont la passion pour le club prend racine durant l’enfance avec son frère, supporter d’une autre équipe de Ligue 1. « À l’époque, l’ASM avait une belle équipe. Nous étions les rivaux de Marseille, le club de cœur de mon frère. J’ai choisi Monaco pour entretenir la rivalité avec lui », raconte Clément.

Originaire de Bosguet, un petit village de Normandie, ce père de famille de 33 ans a profité de ses vacances dans le sud de la France pour assister à la rencontre entre Monaco et le Stade Rennais samedi dernier, qui s’est soldée par un match nul (1-1). « J’étais déjà allé les voir dans d’autres stades comme à Lille, Caen, Paris, Rennes et Lens mais pas au Louis-II ».

Une véritable découverte à domicile pour lui, accompagné de son épouse Émeline. Mais sans sa fille âgée de 3 ans et qui au dernier moment a préféré délaisser ses parents pour « aller à la piscine » plutôt que de les suivre en Principauté. Chacun ses priorités !

« J’avais des papillons dans le ventre »

Avant de se rendre au stade en milieu d’après-midi, Clément et sa compagne s’étaient accordé une visite dans le quartier de Monaco-Ville. « La perspective depuis les hauteurs de la ville est vraiment très belle », confie le supporter. Mais pas le temps de s’éterniser. En redescendant du Rocher, le jeune homme prend la direction de la boutique officielle avant de se rendre au stade. Vêtu de son débardeur aux couleurs du club, Clément s’apprête - enfin - à pénétrer dans l’antre monégasque. « C’était un peu un rêve d’enfant. Ça a une certaine importance en tant que supporter d’avoir au moins vu le stade et le centre d’entraînement [que Clément a visité le matin du match, N.D.L.R.]. J’étais comme un gamin avant de venir. J’avais des papillons dans le ventre. »

 

Et pour une première expérience, les attentes du Normand ont été comblées. « Niveau ambiance, j’étais collé au Kop de Rennes mais on arrivait quand même à entendre les supporters monégasques. Malgré la faible affluence dans le stade, l’ambiance était bonne. Après j’ai été étonné que le stade reste ouvert aussi longtemps après le match. C’était une super expérience. »

Si le résultat final lui a laissé quelques regrets, ce moment restera comme un de ses souvenirs de supporter qu’il gardera en mémoire. Tout comme, dans une autre mesure, « l’épopée de 2004 en Ligue des Champions avec la finale perdue contre Porto qui m’a laissé un goût plus qu’amer ».

Les prochaines rencontres, il les verra depuis sa Normandie qui compte un bon nombre de fans des Rouge et Blanc. « Le club est bien suivi dans la région. Je pense qu’il fait partie des clubs les plus appréciés ici. » En attendant, c’est avec ses amis qu’il soutiendra à distance ses joueurs favoris avant de revenir en présentiel dans quelque temps, comme il se l’est promis.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.