“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Saint-Etienne - AS Monaco: les notes des joueurs monégasques

Mis à jour le 28/09/2018 à 22:47 Publié le 28/09/2018 à 22:46
Radamel Falcao lors du match contre l'ASSE, ce vendredi 28 septembre.

Radamel Falcao lors du match contre l'ASSE, ce vendredi 28 septembre. Photo AFP

Saint-Etienne - AS Monaco: les notes des joueurs monégasques

Auteur de deux ratés invraisemblables devant le but de Ruffier, le colombien Falcao a symbolisé l’impuissance monégasque dans le Chaudron.

>> RELIRE. Saint-Etienne enfonce un peu plus l'AS Monaco (2-0)

Benaglio (3)

Sauvé par sa barre sur une frappe de Cabella où il semblait légèrement avancé (27’), le Suisse doit s’incliner une première fois sur le tir croisé de Khazri (40’) et ne semble pas franchement exemplaire sur le deuxième but du Tunisien (53’). Globalement fébrile même s’il sauve les siens d’un score plus lourd en fin de match.

Raggi (4)

L'Italien est moins exposé dans une défense à trois qu’au poste de latéral droit. Il a fait le boulot, défendant comme il sait le faire. A l’ancienne. Malgré tout, il s'est retrouvé dans le dur quand Saint-Etienne accélérait.

Glik (3)

Le Polonais semble fatigué. Il couvre Khazri sur l’ouverture du score, ce qui terni quand même grandement sa prestation, et a eu toutes les peines du monde à contenir Diony ou Cabella. Il termine sur les rotules, au sens propre, comme au figuré, à la suite d'un dribble de Cabella.

N’Doram (2)

Axe gauche de la défense à trois, il a commencé son match en commettant de nombreuses fautes. Souvent en retard dans les duels, il perd bêtement un ballon chaud sur une relance facile qui aurait pu coûter très cher (81’). Pas dans le coup.

Sidibé (5)

Milieu droit, il sauve les siens d’un retour miraculeux devant Diony qui avait le but vide face à lui (18’), pas très heureux dans ses choix de passe mais intéressant offensivement en revanche puisqu’il donne deux très bons ballons à Falcao dans la surface stéphanoise (35’, 49’) et échoue sur Ruffier à bout portant (52’). Le meilleur monégasque. Le seul à surnager, surtout.

Pelé (3)

La surprise du chef puisqu’il n’avait plus joué depuis le 4 août en Chine. De la présence athlétique aux duels et dans les phases défensives pendant la première demi-heure même s’il est moins à l’aise quand il fallait relancer. En seconde période, il a perdu le fil du jeu et surtout le ballon qui amène le deuxième but stéphanois. Remplacé par Henrichs en fin de match.

Traoré (3)

Il a ce petit quelque chose en plus mais on aimerait le voir plus souvent car c’est le seul capable de casser des lignes sur une passe. Comme souvent il a vite disparu du match malgré quelques éclairs. Il bute sur Ruffier alors que sa frappe du gauche prenait le chemin des filets (54’). Sans doute furieux de sa prestation, il se prend une soufflante par Raggi au moment de son remplacement par Golovin à l’heure de jeu, le Russe a amené un peu de vitesse et de folie.

Diop (5)

Au cœur du jeu, il a oscillé entre des prises de balles autoritaires et une forme de timidité dans les dribbles. A sa décharge, ce n’est pas à lui, du haut de ses 18 ans, d’être le dépositaire du jeu monégasque. Une frappe qui lèche le poteau (53’). Il ne s’est pas caché, lui.

Barreca (4)

Aligné comme piston gauche, l’Italien s’est fait plaisir offensivement comme sur cette frappe repoussée par Ruffier (16’) mais derrière sa tonicité visuelle, il est souvent pris défensivement et gagne peu de duels. Remplacé par Chadli, quelconque.

Falcao (3)

On l’a rarement vu aussi poissard et/ou maladroit. Il a deux occasions franches face au but, bilan : une hors du cadre, l’autre sur le poteau. En première période, il bute sur Ruffier après un bon service en retrait de Sidibé alors que Sylla était, sans doute, mieux placé (35’). Pas en réussite du tout, ce qui est extrêmement rare chez lui. Quand ça ne veut pas...

Sylla (4)

Il efface bien Ruffier avant de voir Perrin repousser sa frappe devant la ligne (29’). Sa vitesse a fait mal à la charnière stéphanoise, plutôt lourde, en première période avant de courir dans le vide après la pause, peu servi.


La suite du direct