“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Quels seront les trois futurs adversaires de l'AS Monaco?

Mis à jour le 25/08/2016 à 05:06 Publié le 25/08/2016 à 05:06
Stade Louis-II

Stade Louis-II Photo archives Michaël Alesi

Quels seront les trois futurs adversaires de l'AS Monaco?

C’est à partir de 18h, au Grimaldi Forum, que Monaco va connaître ses trois adversaires de la phase de groupes.Placée dans le chapeau 4, l’ASM peut hériter d’un groupe terrible

Chapeau 1 : par ici, les costauds

C'est le chapeau des champions, celui qui pèse 25 titres (11 pour le Real Madrid, 5 pour le Bayern Munich et le Barça, 2 pour la Juventus et Benfica). Dans les lauréats possibles, quatre épouvantails, une équipe coriace, une inconnue et un voyage dans le froid.

Soyons clair, le trio Barcelone -Real Madrid - Bayern Munich fait très, très peur. Neymar, Messi, Suarez, Cristiano Ronaldo, Bale, Modric, Lewandowski, Müller, Boateng, tous les meilleurs joueurs du monde évoluent dans ces trois clubs prestigieux. Ce sont aussi trois déplacements très excitants à jouer qui permettent de se jauger.

La Juventus semble faire moins peur que les trois premiers cités, surtout depuis le départ de Paul Pogba, mais le champion d'Italie sort d'un mercato estival XXL : Daniel Alves, Gonzalo Higuain, Mehdi Benatia, Miralem Pjanic. Surtout, le club turinois reste une formidable machine à faire déjouer, Monaco s'en souvient très bien puisque la Vieille Dame a sorti l'ASM en quart de finale en 2015 (1-0, 0-0).

Claudio Ranieri de retour au Louis-II ?

Derrière ces quatre-là, la route peut être dégagée si Monaco hérite du Benfica Lisbonne qui n'a plus le lustre d'antan (deux titres en 1961 et 1962) et qui a perdu son meilleur joueur cet été (Gaitan, parti à l'Atlético Madrid).

Déjà dans le même groupe en 2014/2015 (0-0 au Louis-II et défaite à la Luz, 1-0), Benfica va mieux avec toujours une politique de recrutement basée sur les jeunes (Zivkovic et Danilo Barbosa sont arrivés cet été). Benfica, ce n'est pas forcément un cadeau mais c'est bien mieux que le quatuor cité précédemment.

Avec son titre surprise de champion d'Angleterre, Leicester se retrouve dans le chapeau 1. Les Foxes n'ont aucune expérience de la C1 et doivent confirmer leur miracle de l'an dernier. Sur le papier, c'est un vrai bon tirage. D'autant qu'il permettrait au Louis-II de revoir la trogne du sémillant Claudio Ranieri, entraîneur de l'ASM entre 2012 et 2014 ainsi que ''Papy'' Mendy. Enfin, reste le voyage exotique, face au CSKA Moscou. L'équipe a perdu son meilleur joueur, Musa, parti à... Leicester, et compose surtout avec les cadres vieillissants de l'équipe nationale russe (Akinfeev, Ignashevich, les frères Berezutski). En revanche, Monaco croiserait sur sa route un certain Lacina Traoré, prêté par le club monégasque cet été.

Chapeau 2 : quitte ou double

Sur le papier, le chapeau 2 est presque aussi effrayant que le premier. Surtout qu'il n'y a quasiment pas de «bon tirage». Allez, on serait tenté de dire Bayer Leverkusen et Porto, qui semblent en dessous des six autres mais c'est pour chipoter. En tout cas, le Manchester City de Josep Guardiola et l'Atlético Madrid de Diego Simeone (finaliste en 2014 et 2016) ont des gueules de potentiels vainqueurs et des stars offensives (Agüero, Griezmann). Derrière, Arsenal et le Borussia Dortmund peuvent, dans un bon jour, faire sauter n'importe quelle équipe européenne. D'autant que les Gunners ont sans doute un compte à régler avec l'ASM depuis le 8ede finale de 2015 (1-3, 2-0). Dortmund, de son côté, a un projet ''monégasque'' avec son recrutement de jeunes pépites : Dembélé, Merino, Mor et les arrivées des champions du monde allemands Götze et Schürrle. Triple vainqueur de la Ligue Europa, Séville a beaucoup changé durant l'été. Son entraîneur, Emery, a rejoint le PSG et c'est Sampaoli, l'ancien sélectionneur du Chili, qui a pris la suite avec un recrutement qui fait saliver : Vietto, Ganso, Kranevitter, Ben Yedder, Vazquez. Enfin, reste le Napoli, qui s'est amusé de l'AS Monaco en amical il y a peu (5-0) et dont le bruit du San Paolo fait trembler toute l'Italie. Même sans Higuain, le club de Campanie a fière allure : Hamsik, Mertens, Milik, Insigne, Callejon.

Chapeau 3 : pour corser le tout

Pas certain que Monaco ait envie de retrouver Tottenham après le cauchemar de la Ligue Europa de décembre 2015 (défaite 1-4). L'équipe de Lloris retrouve la Ligue des Champions et veut y faire bonne figure malgré un recrutement minimaliste (Wanyama et Janssen). A éviter, le PSV Eindhoven de Philip Cocu, qui avait poussé l'Atlético Madrid aux tirs au but en 8e de finale l'an dernier et qui possède des jeunes prometteurs (Willems, Maher) mais aussi l'ancien Monégasque Isimat-Mirin. Leonardo Jardim ne serait pas contre de retrouver son ancien club du Sporting Lisbonne, lui qui l'avait laissé en bonne posture avant son arrivée sur le Rocher. Le Dynamo Kiev serait surtout ennuyeux pour le déplacement lointain mais très abordable sur le papier, de même que le champion de Belgique, Club Bruges, où évolue le gardien français Ludovic Butelle. Attention aux Suisses du FC Bâle, habitués des joutes européennes et soutenu par un public fidèle et bruyant. Quant au Borussia Mönchengladbach, le collectif est huilé et le duo Thorgan Hazard (petit frère d'Eden) - Raffael fait des merveilles.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct