“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Public en colère, d'autres entraîneurs approchés, ambiance pesante... Quel avenir pour Leonardo Jardim à l'AS Monaco?

Mis à jour le 19/12/2019 à 07:41 Publié le 19/12/2019 à 07:40
Leonardo Jardim est plus que jamais sur la sellette.

Leonardo Jardim est plus que jamais sur la sellette. Photo D. Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Public en colère, d'autres entraîneurs approchés, ambiance pesante... Quel avenir pour Leonardo Jardim à l'AS Monaco?

Le public du Louis-II a demandé la tête de l’entraîneur portugais et la direction monégasque semble aujourd’hui décidée à tourner la page.

Au coup de sifflet final après la triste élimination contre Lille (0-3) mardi en 8e de Coupe de la Ligue, Oleg Petrov ne s’est pas attardé, quittant le stade Louis-II très agacé par la prestation de l’équipe.

>> RELIRE. "Certains n’ont pas démontré réellement l’envie de jouer à l’AS Monaco": Jardim remonté après la défaite contre Lille

Le vice-président directeur général a entendu, comme les joueurs, les chants hostiles envers Leonardo Jardim.

La cassure entre le public et le coach portugais semble aujourd’hui impossible à réparer, et celle entre la direction et le technicien n’a jamais été aussi grande.

Si bien que les jours de Leonardo Jardim à la tête de l’équipe première sont comptés, moins d’un an après son retour pour sauver le club de la relégation, et quelques mois seulement après avoir été limogé et remplacé par Thierry Henry.

Une situation ubuesque, voire bancale, qui n’a jamais pu gagner en sérénité lors de l’intersaison, la faute à un mercato d’été balbutiant. Un retard à l’allumage de Petrov qui a particulièrement agacé Leonardo Jardim, qui souhaitait avoir une équipe complète et compétitive avant le début du championnat.

Résultat: 3 points après 6 journées. A partir de là, les deux hommes n’ont jamais semblé sur la même longueur d’onde.

>> RELIRE. "Jardim casse-toi": l’entraîneur de l'AS Monaco pointé du doigt après l'élimination contre Lille en Coupe de la ligue (0-3)

Des entraîneurs ont été approchés

Mais l’avenir de l’un, comme de l’autre, n’est entre les mains que d’une seule personne: Dmitri Rybolovlev. Le président va devoir trancher.

Selon nos informations, ces dernières semaines, d’autres entraîneurs auraient été sondés par les dirigeants du club et rien ne dit que Leonardo Jardim sera encore l’entraîneur de l’ASM en 2020.

Voire même après le match de Lille, samedi en championnat. Petrov devrait très probablement s’exprimer sur ce point à cette occasion lors de ce dernier match de la phase aller. Mais le flou persiste. Et pour cause, la volonté première serait de trouver une porte de sortie à l’entraîneur portugais sous contrat jusqu’en 2021.

Le nom de Jardim a ainsi été évoqué dans la presse anglaise qui le voyait prendre les rênes d’Everton. Mais le principal intéressé a balayé la possibilité de quitter le navire en cours d’exercice en conférence de presse avant le match nul à Angers. "Je ne l’ai fait qu’une seule fois en 23 ans. Je suis bien à Monaco. Mais après, comme a dit Ancelotti, on dépend tous des résultats."

 Des résultats plus flatteurs que les prestations. D’autant que la défaite contre Lille a confirmé une fracture également entre certains joueurs et le coach.

"Je n’ai pas vu les joueurs démontrer une folle envie, pas tout le monde en tout cas, regrettait-il après la rencontre. On a tous vu le match, certains n’ont pas démontré réellement l’envie de jouer à l’AS Monaco. Rater des choses à ce niveau professionnel et presque donner des buts à l’adversaire, ce n’est pas acceptable, insistait Jardim.

Avant de poursuivre: "Je comprends le public, il aime son club, il aime le beau jeu, on a eu des bons résultats récemment, il demande plus. Les supporters veulent gagner les matches, c’est normal. Mais le staff a aussi envie de gagner. Les joueurs aussi."

Sauf qu’au sein du groupe, les clans commencent à se multiplier et l’ambiance est loin d’être au beau fixe.

Ce mercredi, le Noël du club s’est déroulé au Sporting d’été dans une ambiance pesante.

A l’image de ce début de saison.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.