“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

PSG : tirage à haut risque

Mis à jour le 14/12/2015 à 05:12 Publié le 14/12/2015 à 05:12
Le Barça du trio Suarez, Neymar, Messi, le Bayern de Müller-Robben, l'Atlético de Griezmann ou le Chelsea de Mourinho : voilà certainement, dans l'ordre, le pire tirage pour le Paris-SG.

Le Barça du trio Suarez, Neymar, Messi, le Bayern de Müller-Robben, l'Atlético de Griezmann ou le Chelsea de Mourinho : voilà certainement, dans l'ordre, le pire tirage pour le Paris-SG. EPA/MaxPPP

Je découvre la nouvelle offre abonnés

PSG : tirage à haut risque

Le dernier représentant français, qui espère atteindre au moins les demi-finales, ne s'est pas facilité la tâche en terminant 2e de son groupe : en huitièmes, il pourrait hériter d'un cador

Encore un tirage au sort ! Mais, contrairement à l'équipe de France, qui sait depuis samedi que son groupe A sera sans doute le plus facile lors de l'Euro-2016 à domicile, le Paris SG, lui, risque de voir un sacré client lui barrer la route dès les huitièmes de finale.

En 2013 et 2014, le club de la capitale avait bénéficié d'un tirage accessible pour passer en quarts, grâce à une première place en phase de groupes : les Espagnols de Valence, d'abord (2-1, 1-1), puis le Bayer Leverkusen, qu'il avait battu 4-0 à l'aller (victoire 2-1 au retour).

Et la saison dernière, alors qu'il avait terminé 2e de son groupe derrière Barcelone, il avait hérité d'un cador européen, Chelsea, et souffert mille morts pour se qualifier, en prolongations et sans avoir gagné (1-1, 2-2).

Bis Repetita ? Ça tombe bien, le club anglais est dans le premier chapeau, celui des adversaires potentiels du Paris SG.

Cette saison, l'équipe de José Mourinho, championne d'Angleterre en titre, est à la rue en compétition domestique, avec déjà 8 défaites en 15 matches avant d'affronter le leader du classement, Leicester, ce soir. Mais l'entraîneur portugais a prévenu : « gagner la Ligue des champions sera peut-être la seule chance » pour Chelsea « d'y revenir l'an prochain ».

Reste que Chelsea pourrait presque être le tirage le plus accessible pour le PSG.

La surprise Zenit

Il ne peut pas affronter à nouveau le Real Madrid, qui lui a infligé sa seule défaite de la saison toutes compétitions confondues.

Mais il reste de quoi se faire quelques sueurs froides : la surprise de la phase de groupes, le Zenit Saint-Petersbourg, Wolfsburg, Manchester City, le dangereux Atlético Madrid et surtout deux monstres, le tenant du titre Barcelone et le Bayern Munich.

Le Barça est une vieille connaissance pour le PSG : le champion catalan a éliminé le PSG à deux reprises en quarts de finale, en 2013 puis 2015, la première fois péniblement (2-2, 1-1), la seconde fois de façon impériale (3-1, 2-0). Et cette année encore, le champion d'Espagne semble injouable, l'AS Rome (6-1) et le Real Madrid (4-0) peuvent en témoigner.

Quant au Bayern Munich, il a certes connu sa première défaite de la saison en championnat le week-end précédent, contre Mönchengladbach (3-1), laissant le PSG seule équipe invaincue en compétition nationale dans les cinq grands championnats. Mais l'équipe de Pep Guardiola reste une référence en terme de maîtrise collective et de puissance offensive.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.