“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Oui, Monaco

Mis à jour le 30/11/2017 à 05:10 Publié le 30/11/2017 à 05:10

Oui, Monaco

En s'inclinant à Nantes dans les dernières secondes du match (0-1), les Monégasques confirment leurs difficultés du moment avec une deuxième défaite de rang. Ils rétrogradent à la 4e place...

En ce moment, Monaco ne fait plus peur à personne si ce n'est à ses propres supporters.

Et à Leonardo Jardim quelque part, qui constate impuissant l'érosion par le jeu de son collectif. Après s'être inclinée logiquement contre Leipzig, logiquement contre Paris, c'est là encore, très logiquement, que l'ASM s'est vautrée dans les grandes largeurs à Nantes (1-0). Une défaite dans les ultimes secondes face à des Canaris plus entreprenants. « Ce n'était pas un bon match, on a manqué beaucoup de passes et il y a eu du déchet techniquement, a concédé le coach portugais. La qualité de jeu n'était pas là. On a manqué beaucoup trop de gestes techniques ».

Avec ce succès, les hommes de Ranieri reviennent à trois points de Monaco qui a vu l'OM lui passer devant. Quatrième de L1 ce matin, à 12 points du PSG, il ne faut pas espérer mieux de l'ASM en ce moment. Avant le but victorieux de Lima, Diego Carlos avait envoyé sa tête sur la barre de Subasic et Monaco n'avait rien pu proposer de son côté. Si « le match était très équilibré » comme l'a répété Jardim, Monaco a toujours été plus proche de perdre que de l'emporter. Hier, les rouge et blanc ont tiré 9 fois et obtenu 5 corners. Nantes a fait deux fois mieux. Constat implacable. « On a eu du mal à trouver des espaces, c'était compliqué », analysait de son côté Falcao dont l'isolement à la pointe de l'attaque devient de plus en plus inquiétant. « Il manquait ce petit quelque chose pour faire la différence, c'est rageant », rajoutait de son côté Ghezzal, un peu plus optimiste, et disons pas très réaliste.

Sans vraiment trouver les mots de leur mal, les Monégasques ont quitté La Beaujoire tête basse. « Après un match comme ça, il n'y a pas besoin de parler dans le vestiaire à chaud, avouait Jardim. Les joueurs savent très bien ce qui n'a pas marché. Nous aurons le temps demain (aujourd'hui, ndlr) de revenir sur cette défaite et préparer déjà le prochain ».

L'équipe traverse une période difficile, et c'est peu dire. Seule la défaite de Lyon sur sa pelouse contre Lille donne un peu de baume au cœur dans la course au titre de l'autre championnat.

Celui à 19 clubs.

Celui de la deuxième place.

Reste à trouver des leviers pour la suite. Pour ça, il faut s'appuyer sur ce qui fonctionne. Hier, Leonardo Jardim a aimé la prestation de Kevin N'Doram au milieu. Pour ses premières minutes en L1 cette saison, le fils du sorcier de La Beaujoire Japhet N'Doram a été convaincant au milieu du champ de ruines. Il faudra sûrement s'appuyer sur des joueurs pressés d'en découdre pour sortir de cette spirale négative. « Honnêtement, ça fait trois défaites, et c'est une sensation étrange, ce n'est pas arrivé souvent », confiait Subasic. Ce n'était même plus arrivé depuis le 13 décembre 2009. « Solidarité », c'était le mot de ralliement d'une équipe en manque de repères. « Il faut qu'on reste soudé », insistait à tour de rôle le gardien croate, Falcao et Ghezzal. Et cette question : le problème viendrait-il de l'état d'esprit pointé du doigt par les dirigeants lors de la défaite à Leipzig ? Leonardo Jardim a été clair sur le sujet : « J'aime beaucoup entendre parler de l'état d'esprit en France. J'ai un peu l'impression que cela suffirait pour faire gagner le championnat à une équipe très moyenne. Mais ça ne fait pas tout l'état d'esprit. Ce qui compte, c'est la qualité, et surtout, le travail. C'est le travail qui nous met sur le bon chemin ». Et ça commence dès ce matin à La Turbie.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.