“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"On ne peut toujours pas parler du titre", estime Niko Kovac, le coach de l'AS Monaco

Mis à jour le 03/04/2021 à 18:13 Publié le 03/04/2021 à 18:13
Niko Kovac a le sourire, mais reste prudent.

Niko Kovac a le sourire, mais reste prudent. Photo Cyril Dodergny

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

"On ne peut toujours pas parler du titre", estime Niko Kovac, le coach de l'AS Monaco

Après la belle victoire de son équipe 4-0 face à Metz ce samedi, l'entraîneur du club de la principauté reste prudent.

Niko Kovac (entraîneur de Monaco)

" On ne peut toujours pas parler du titre ou de la Champions League (sourire). Il reste encore 7 matchs et 21 points à prendre. C'est bien, ça se resserre et c'était notre objectif, mais nous avons encore besoin de neuf points pour sécuriser notre quatrième place. Nous avons une dynamique mais tout peut changer très vite dans le football. Je le sais bien en tant qu'ancien joueur. On doit rester focus et concentrés. Si on continue dans cette voie, on pourra avoir plus. Il n'y a pas raison de penser que ce sera facile mardi (à nouveau en Coupe de France contre Metz) parce qu'on a gagné 4 à 0 aujourd'hui. Ce sera un nouveau match. A des moments, on n'a pas toujours été dans de bonnes dispositions aujourd'hui, après deux semaines de trêve. Nous devons garder l'agressivité, la qualité. Je suis heureux de voir que les joueurs ont eu la bonne mentalité. Il n'était pas facile de briser ce mur. Il fallait jouer avec passion et garder la balle, mais on a perdu trop de ballons facilement en première période en voulant jouer trop vite. Nous n'avions peut-pas aujourd'hui les joueurs capables de nous amener l'équilibre au milieu du terrain et c'est pour ça que nous avons inversé les deux défenseurs centraux en seconde période, Axel (Disasi) et Guillermo (Maripan). Guillermo n'était pas dans un grand jour avec le ballon et ces petites retouches ont permis de faire la différence.
Pourquoi j'ai titularisé Jovetic plutôt que Ben Yedder ? Ce n'était pas une décision facile à prendre pour un coach. Un joueur est heureux, l'autre non. Jovetic avait été bon à Saint-Etienne, il a marqué trois buts en trois matchs avec le Monténégro pendant la trêve et il est en feu. Il a obtenu le penalty, montré ses qualités et quand Wissam est entré, il a été top à son tour. Nous avons un banc efficace et c'est ce que je veux. Wissam est notre capitaine, je connais son apport dans le jeu et humainement. J'ai fait simplement ce choix par rapport à la forme de Jove sur les derniers matchs. Je sais que Wissam était déçu de ne pas débuter mais je lui ai dit de parler avec ses buts quand il est entré. Matazo ? Il a été formidable sur le deuxième but de Kevin. Il intercepte, dribble et fait la passe décisive. Je suis très heureux pour lui. Il joue peu et il n'était pas facile pour lui de disputer 90 minutes, mais sa performance a été très bonne."

Cesc Fabregas (milieu de Monaco)

" Dans le foot, tout est très équilibré. Si tu n'es pas concentré en début de match ou que tu te crois meilleurs que les autres, ça devient dur. Je viens de voir le résultat de Chelsea ce dimanche (en Premier League). Ils ont perdu 5-2 contre West Bromwich. Tu penses que l'équipe la mieux préparée doit s'imposer, mais ce n'est jamais simple après une trêve internationale. Le titre ? On pense pour le moment à l'objectif du club, à la quatrième place et une qualification européenne. Si dans les trois ou quatre derniers matchs on est toujours au contact des autres, on parlera alors peut-être d'autre chose. Je vais regarder le match entre Paris (1er) et Lille (2e) à 17h. Peut-être qu'un nul serait le meilleur résultat pour nous. Où je classerai un titre de champion de France avec Monaco dans ma carrière ? Très haut. L'équipe est jeune avec de nouveaux joueurs comme Aurélien (Tchouaméni), Fofana, Caio (Henrique), Axel (Disasi), de nouveaux coach et directeur sportif. Il y a eu beaucoup de changements. Ce n'est pas facile de faire ce qu'on fait, mais on verra bien où l'on finira."

Frédéric Antonetti (entraîneur de Metz)

"Il y a beaucoup de choses à dire sur ce match. D'abord que c'était une belle équipe de Monaco. On s'est mis au niveau pendant cinquante minutes, jusqu'à l'erreur d'appréciation entre Boye et Maïga qui entraîne le penalty. Mais s'il y a penalty là, il faut que je change de métier. L'arbitre en direct peut se tromper, mais la Var peut corriger et elle ne l'a pas fait... M. Hamel nous a arbitrés trois fois et ça a fait quatre penalties dont deux litigieux. Je ne crois pas qu'il ait une dent contre le FC Metz, je constate. En rigolant, avant le match, j'ai dit aux joueurs : ''Faites attention, c'est M. Hamel qui arbitre''. Parfois l'humour dit la vérité (rire). C'est mon avis, ça n'engage que moi, mais il y a quand même beaucoup de conséquences sur le match avec ce coup de pouce. Ensuite, on a lâché et pas su tenir. Je le regrette mais à 2-0 le match devient plus compliqué. Monaco a joué plus relâché. On a trois-quatre centres intéressants mais on manque de présence devant le but. On a fait de bonnes choses en première période, on a des occasions, mais Lecomte fait un arrêt de grande classe. On fait deux-trois erreurs ensuite et je suis déçu par rapport à l'investissement en première période. La course au titre ? Monaco a l'avantage de ne pas jouer l'Europe mais, pour moi, un Paris à son meilleur niveau reste le favori. L'ASM a un bon entraîneur, le brin de chance dont elle n'avait pas besoin contre nous. Est-ce qu'elle l'aura à chaque fois, est-ce qu'on lui sifflera à chaque match un penalty ? On verra."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.