“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

On en sait plus sur le futur centre de formation de l'AS Monaco à 50 millions d'euros

Mis à jour le 03/08/2018 à 08:35 Publié le 03/08/2017 à 10:20
Les joueurs de l'AS Monaco.

Les joueurs de l'AS Monaco. Photo Jean-François Ottonello

On en sait plus sur le futur centre de formation de l'AS Monaco à 50 millions d'euros

Longtemps en sommeil, la métamorphose du centre d’entraînement de La Turbie serait imminente. Un projet à 50 millions d’euros, dont le maire attend beaucoup et dévoile des détails inédits.

"Ils sont dans les starting-blocks et souhaiteraient commencer en début d’année prochaine. Ce n’est pas seulement un projet à 50 millions d’euros, pour La Turbie c’est un loyer à la hausse, des emplois à la clé. On a juste encore quelques points à régler parce qu’on a un stand de tirs là-bas, qu’il faut déplacer, et le terrain est un peu complexe. Il faut permettre la cohabitation entre tirs et centre d’entraînement professionnel." Le maire de La Turbie, Jean-Jacques Raffaele, entrevoit enfin le bout de l’impasse dans le projet de métamorphose du centre d’entraînement de l’AS Monaco.

Un chantier pharaonique longtemps en sommeil. "C’est un projet qui date de 2013, avant la campagne électorale. On a modifié le PLU, qui était déjà réservé aux activités sportives, pour pourvoir implanter leur bâtiment. On avait rencontré beaucoup de personnes avec l’ASM et les Domaines, jusqu’au permis de construire et les fameux problèmes…" Des blocages politiques, entre autres, qui avaient débouché sur un "deal" entre État et ASM: au premier d’attaquer la rénovation du Louis-II avant que le second ne mette les premiers coups de pioche à La Turbie.

Et voilà qu’à la fin de l’été, sans effet d’annonces, l’État s’exécutait par la réfection de la piscine du stade Louis-II. Première étape d’une totale refonte du site estimée à 240 millions d’euros.

Un bâtiment de 8.000 m²

Au terme d’un marché estival des transferts plus que fructueux, Vadim Vasilyev, directeur général de l’ASM et bras droit de Dmitry Rybolovlev, soufflait alors sur des cartons bien poussiéreux en chute de la conférence de presse de présentation des recrues. Annonçant un investissement de 50 millions d’euros et des travaux, dès début 2018 à La Turbie, pour ériger "un des centres de performance les plus modernes d’Europe". Et puis plus rien.

Sollicité, le club n’a pas souhaité affiner les contours de ce chantier qui le fera passer dans une autre dimension. Aujourd’hui, seules quelques maquettes, réalisées en 2012, sont visibles sur le site internet de l’agence d’architecture A + Architecture, basée à Montpellier. Ces dernières promettent d’en finir avec l’actuel "patchwork de bâtiments" et son "architecture décousue", pour bâtir un "projet harmonieusement adapté au paysage en s’accolant au flanc de colline et en prolongeant ses différentes strates, à travers son architecture moderne et dynamique à l’image du club de l’AS Monaco, de la principauté et de la région qui l’entoure".

Un défi qui, selon Jean-Jacques Raffaele, durera "au minimum un an et demi, deux ans" et qu’il était urgent de commencer, puisque le permis de construire arrive à terme en mars 2018. Maire qui en détaille les caractéristiques: "Le centre occupera un peu plus d’espace. De l’ordre d’un tiers au niveau de l’emprise du terrain. Ils font un stade et demi-supplémentaire et un seul bâtiment d’à peu près 8.000m², sur 4 ou 5 niveaux, et qu’on ne verra pas. Ça a été vu avec les architectes des Bâtiments de France et il est très bien inscrit dans l’âme de la carrière. C’est très discret, on ne verra qu’une façade quand on montera la route de Cap-d’Ail."

Un investissement structurel qui devrait asseoir l’empire Rybolovlev et répondre à l’inauguration, jeudi 5 octobre, du centre d’entraînement des voisins niçois. Un sublime écrin de 6.485m² dont l’édification a été prise en charge entièrement par le club et coûté 15,5 millions d’euros. Christian Estrosi avançant un investissement de la Ville dans le foncier à hauteur de 12,5 millions d’euros. Soit 28 millions d’euros. La moitié du projet monégasque, auquel la Principauté n’est évidemment pas étrangère.

>> LIRE AUSSI. VIDÉO. Découvrez le nouveau centre d’entraînement et de formation de l'OGC Nice

Un bail à renégocier

"On traite avec l’ASM mais aussi les Domaines et l’État monégasque, puisque les baux sont signés avec les Domaines. On est actuellement en estimation pour le bail", précise le maire qui, ensuite, prendra du recul. "On ne s’occupera de rien. On délivre le permis et une équipe va suivre les travaux avec eux mais ce sont eux qui vont se casser la tête. C’est un beau chantier et surtout une plus-value énorme pour La Turbie dont on parle déjà à l’internationale grâce à l’AS Monaco."

Quant au phasage des travaux, il s’annonce gratiner. "La difficulté de ce chantier, c’est qu’ils doivent continuer à s’entraîner alors que ce n’est pas très grand. Les joueurs doivent avoir une base pour se changer alors qu’ils vont raser tous les bâtiments. C’est un drôle de chantier mais à la hauteur de ce que Monaco est capable de faire dans son pays." Une sacrée aubaine pour La Turbie. "Ce sera un plus pour nous car il y aura un certain nombre d’emplois non qualifiés à pourvoir et on a des chômeurs à La Turbie."

Et après? Peut-on imaginer un merchandising, un tourisme autour du lieu? La création d’une boutique ASM? "On n’a pas encore réfléchi à ça. On remet la machine en route et on va revoir les accords. Ils n’ont pas que le centre d’entraînement des pros, il y a aussi une convention sur le stade où les U17 jouent. Mais l’idée générale c’est d‘en retirer autre chose."

Et d’en finir avec le huis clos permanent. "Aujourd’hui, le centre est fermé. Les Turbiasques ne peuvent pas rentrer. On a demandé à ce que les enfants des écoles puissent se rendre dans le centre d’entraînement ou descendre voir les joueurs pros lors de journées portes ouvertes. On l’a demandé et écrit. Il ne faut pas oublier que ce sont eux qui donnent envie de faire du sport."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct