“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

On a retrouvé Gael Givet, ex-finaliste de la Ligue des Champions, qui joue aujourd'hui pour l'équipe 3 de l'AS Monaco

Mis à jour le 24/05/2017 à 12:01 Publié le 24/05/2017 à 05:14
Les années passent, le maillot reste. Celui de l'AS Monaco.

Les années passent, le maillot reste. Celui de l'AS Monaco. Photos DR et M.G.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

On a retrouvé Gael Givet, ex-finaliste de la Ligue des Champions, qui joue aujourd'hui pour l'équipe 3 de l'AS Monaco

À 35 ans, Gaël Givet savoure sa dernière saison sur le terrain. Il est défenseur au sein de l'équipe amateur de l'AS Monaco. Son prochain défi : devenir coach. Retour sur son parcours...

Je suis pratiquement sûr d'arrêter à la fin de cette saison. C'est une belle et longue page qui se tourne, mais je ne suis pas nostalgique. J'ai bien profité, j'ai fait ce que j'avais à faire. » À 35 ans, Gaël Givet a tout connu du football.

Des duels avec les grands attaquants, une finale de Ligue des Champions, le brassard de capitaine, la désillusion d'une Coupe du Monde perdue face à l'Italie en 2006 ou encore… la DHR.

Lorsqu'il regarde derrière lui, l'Arlésien peut être fier.

C'est en 2001 qu'il entame sa carrière sous les couleurs de l'AS Monaco, son club formateur. En Principauté, Givet grandit aux côtés de Patrice Evra, Ludovic Giuly ou Sébastien Squillaci. Les Monégasques, pleins de fougue, atteignent la sacro-sainte finale de Ligue des Champions en 2004 face à Porto.

« Même si ça ne s'est pas très bien passé (défaite 3-0) c'est certainement le match le plus marquant de ma vie. C'est le rêve de beaucoup de joueurs et j'ai eu la chance de le réaliser » confie le défenseur qui se souvient d'un moment insolite : « Juste avant de jouer la finale de Ligue des Champions, on était dans le bus, aux abords du stade, et on s'est déchaîné sur la musique I will survive. On chantait, on dansait. Les gens pensaient qu'on était un bus de supporters. On avait besoin de décompresser, mais avant une rencontre si importante, ce n'était pas forcément conseillé. »

Malgré la défaite, les grands d'Europe ont tremblé devant les Rouge et Blanc guidés par Deschamps et entraînés par le duo Giuly-Morientes. « Ces deux joueurs étaient vraiment incroyables. Dans ma carrière, ce sont eux qui m'ont le plus impressionné. En dehors du terrain aussi, ils étaient formidables. Morientes, il venait du Real Madrid et pourtant, il était très simple. Il nous a donné une vraie leçon d'humilité. » Si Givet encense ses anciens coéquipiers de club, il n'oublie pas ceux de la sélection : « Zidane, c'était le boss. C'était fou de le côtoyer en équipe de France. Mais il y a aussi eu Trezeguet, Henry, Thuram... »

En 2007, le défenseur quitte le Rocher pour l'Olympique de Marseille. Là encore, l'Arlésien tutoie l'Europe. « Je me souviens de matches contre Besiktas, en Turquie, où le stade était survolté. Ces ambiances, je ne les oublierai jamais. »

La saison suivante, le coach phocéen, Eric Gerets, l'écarte des terrains. Givet est poussé vers la sortie et prend le chemin de l'Angleterre, où il découvre la Premier League.

« J'ai vraiment été impressionné par Arsenal. Je jouais avec Blackburn Rovers, à chaque fois qu'on allait à l'Emirates Stadium on en prenait 7. Quand il y avait Fabregas, Van Persie, Walcott, ça allait à 2000/h. » Sous ses nouvelles couleurs, l'ancien international français affronte les attaquants « les plus malins » à l'image du Mancunien Dimitar Berbatov, « l'un de ceux qui m'ont donné le plus de fil à retordre. »

Quand il repense à l'Angleterre, Gaël Givet raconte : « Avec un peu de recul, je me dis que j'ai vraiment eu de la chance. J'ai eu la possibilité de rentrer sur la pelouse de Liverpool sous le ''You'll never walk alone''. Ca donne des frissons, même si c'est pour l'adversaire. » La mémoire du défenseur regorge de souvenirs : « Une fois, avec Blackburn, on allait jouer à Manchester et le coach nous a mis une vidéo de gladiateurs dans les vestiaires pour nous donner de la force… sauf qu'on a perdu 8-1. Avec le recul, on a pu en rigoler. »

Aujourd'hui, l'ex-Bleu a revêtu le maillot de l'équipe amateur monégasque. Difficile pour l'ego ? « C'est un mot que je ne connais pas. Quand je suis sur un terrain, que ce soit pour un match de Ligue des Champions ou de DHR, je me donne à fond » répond le joueur, du tac au tac.

« Lorsque je suis arrivé chez les amateurs à Monaco, il y avait une petite barrière avec les autres joueurs, mais ils ont tout de suite vu que je n'étais pas là pour me la raconter. Maintenant, on est tous potes. Je conseille mes coéquipiers mais j'essaye de le faire avec délicatesse, je ne veux pas que cela soit mal interprété. On a un super groupe, tout le monde essaye d'aller le plus haut possible. Ça a été une année enrichissante pour moi. » conclut Gaël Givet, prêt à raccrocher les crampons pour revêtir l'habit de coach.

« Je me suis lancé cette année dans les diplômes d'entraîneur, l'an prochain ce sera encore plus chargé, je n'aurai pas le temps pour les matches. Maintenant je suis motivé par la nouvelle vie qui m'attend. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.