“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Nice : un joli Des joueurs exceptionnels

Mis à jour le 18/08/2019 à 10:13 Publié le 18/08/2019 à 10:12
Patrick Vieira salue le courage de ses hommes.

Nice : un joli Des joueurs exceptionnels

Avec six points sur six, le Gym s'offre un départ canon malgré un effectif qui compte ses blessés et attend ses renforts. Les choix de Patrick Vieira ont été payants

Six points récoltés sur six possibles, cinq longueurs d'avance sur l'OM, qui aurait prédit un tel destin pour ce Gym-là avant le Nice-Marseille de la fin du mois ? Les plus optimistes auraient perdu de l'assurance à la vue de l'impressionnante liste des blessés et de l'attaque inédite alignée hier soir à Nîmes. « C'est vous les journalistes qui êtes étonnés, a riposté Pierre Lees-Melou. Nous ça fait deux mois qu'on travaille ensemble, on connaît nos qualités, nos forces et nos faiblesses. On vit très bien, on a fait deux stages d'une semaine ensemble, on se connaît forcément par cœur. On en avait même marre d'être toujours ensemble (rires). ça chambre, ça rigole, même à l'entraînement, c'est ce qui nous fait gagner ce soir. » Une semaine après avoir fait preuve de mental et d'abnégation pour arracher la victoire à la dernière minute face à Amiens (2-1), les Aiglons ont affiché un énorme courage et une belle solidarité pour repartir des Costières sur le même score à dix contre onze pendant quarante minutes. L'expulsion de Coly aurait pu tout gâcher, au final elle sublime la cohésion collective après les satisfactions individuelles.

Vieira a terminé la rencontre à cinq derrière et n'a pas hésité à lancer Thuram et Cissé en Ligue 1 pour remporter un match qu'il avait débuté avec Lusamba en pointe. Des choix payants au vu du scénario et à l'image du repositionnement de Ganago sur l'aile. Le Camerounais a porté les offensives sur ses épaules, ou plutôt sur ses puissantes cannes pour mettre au supplice la défense nîmoise dans le premier quart d'heure, provoquant le penalty et la faute qui amène le coup franc sur lequel il a inscrit son premier but de la saison. Dominateur, le Gym avait même les occasions pour alourdir la marque. « On a bien préparé tactiquement notre semaine, ça s'est vu, a ajouté PLM. On a essayé de repartir de derrière avec nos milieux placés assez haut pour casser les lignes et leur poser des problèmes. Il y a eu des faits de jeu, on est un peu tombé dans leur jeu par la suite...»

La tension est en effet devenue électrique quand Ripart a ramené Nîmes et un public bouillant dans le match, sur penalty, après un premier but refusé pour un hors-jeu (33').

Sous les yeux de François Hollande et Julie Gayet, l'arbitre était chahuté à chaque décision contraire. Et a fini par exclure Briançon et Martinez au bout du temps additionnel. Mais toujours pas de quoi surprendre Vieira, averti pour contestation après la réduction du score. « C'est assez chaud, le public est vraiment présent ici, il vit sa passion à fond. On savait à quoi s'attendre c'était le cas l'an dernier, on en a discuté cette semaine. Il y a eu de l'engagement mais l'arbitre a fait son match. »

Si la main de Briançon était discutable, celle de Dante en toute fin de match était non sanctionnable à coup sûr selon le Brésilien. Les Aiglons avaient bien préparé leur match mais aussi rencontré les arbitres cette semaine. Alors quand Blaquart chambrait Dante en zone mixte à propos de sa soi-disant main, le capitaine est sorti de ses gonds. « Le ballon touche ma main mais c'est dommage de toujours vouloir chercher l'arbitre. On a eu un meeting avec lui cette semaine, et il nous a bien expliqué qu'une main involontaire dans la surface avec les bras vers le bas, ce n'est pas penalty les gars ! C'est beau ce qu'on faisait à dix, c'est dommage qu'un professeur du foot vienne réclamer la main. »

Pas de quoi faire perdre le sourire non plus au défenseur sud-américain. Même si le classement est anecdotique après deux journées, voir le Gym deuxième ce matin est un joli gage d'avenir avec les renforts attendus pour la semaine prochaine. « C'est trop tôt pour regarder le classement, mais c'est mieux d'être deuxième que dix-neuvième ! Je suis impatient de jouer le prochain match, un gros derby... »

On a hâte d'y être aussi.

0-1, 9’: à la sortie d'un une-deux avec Tameze, Ganago crochète dans la surface, la main de Briançon au sol est sanctionnée au passage. Cyprien transforme le penalty dans la lucarne gauche d'un Bernardoni pris à contre-pied.

0-2, 16’: Ganago obtient une nouvelle faute aux abords de la surface. Cyprien centre fort, Ganago coupe la trajectoire pour dévier le ballon au fond des filets.

1-2, 45’: avec l'aide de la VAR, l'arbitre sanctionne un tacle de Cyprien sur Miguel d'un penalty. Ripart transforme la sentence en prenant Clementia à contre-pied.

Patrick Vieira

(entraîneur de nice)

« A partir de l’expulsion, il fallait être solidaire. Les joueurs ont été exceptionnels. En première période, on a produit beaucoup de jeu, on a eu des situations dangereuses. On a montré de bonnes choses à onze contre onze, on a eu du mal à créer du surnombre par la suite. Les vertus, c’est la force de ce groupe qui vit très bien. “Gana” enchaîne les entraînements et ça lui permet de faire des performances comme ce soir, je suis très content pour lui. Six points, ce n’est pas inespéré du tout. Ce groupe travaille bien. Il faut être très bon sur les joueurs qui vont venir, il y a de la qualité, de la jeunesse, il faut construire quelque chose en prenant tout ça en compte. »

Dante (capitaine de nice)

« Ce qui compte c’est notre état d’esprit, cette solidarité qu’on commence à recréer. C’est un match que l’on doit prendre en référence. On connaît la situation du club, de notre effectif, on gagne des matchs mais je pense qu’on est un peu court au niveau de l’effectif pour les 36 matchs qui restent. Les voir courir, se battre pour gagner des matchs. C’était beau à voir. »

Bernard Blaquart

(Entraîneur de Nîmes)

« On a raté notre entame de match, mais on tombe aussi sur une bonne formation de Nice. C’est l’arbitre qui fait le score. On nous siffle un penalty sur une main d’Anthony Briançon au sol, mais on ne siffle pas un penalty sur la main de Dante. Pourquoi, sur ce coup-là, ne va-t-il pas voir les images ? »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct