Mondial-2022: ce qu'il faut savoir avant l'entrée en lice des Bleus contre l'Australie ce mardi soir

Privés de Benzema, Pogba, Kanté et Kimpembe, rajeunis et sans repères, les Bleus remettent leur titre mondial en jeu contre l’Australie, point de départ d’un défi immense.

Article réservé aux abonnés
La rédaction Publié le 22/11/2022 à 18:45, mis à jour le 22/11/2022 à 17:36
Kylian Mbappé (ici, avec Marcus Thuram) est attendu pour porter la France vers la phase finale, au moins. Photo PQR/Le Parisien

Le match

Le tenant peut-il tenir ? Tout le monde se pose la question. L’équipe de France, championne du monde en 2018 en Russie, a perdu trop de joueurs (Kanté, Pogba, Kimpembe, Benzema) en route et trop de certitudes (une victoire lors de ses six derniers matchs) en chemin pour aborder la compétition le poitrail gonflé d’ambitions.

Depuis le Brésil (1985, 1962), aucun pays n’est parvenu à conserver son titre. Le défi des Bleus n’en est que plus grand. Certes, le Qatar n’est pas l’endroit idéal pour un sacre en mondovision, ni le lieu rêvé pour entrer un peu plus dans l’histoire du foot, mais il y a des choses qui ne se refusent pas. On en est loin. Comme il y a quatre ans, l’aventure commence face à l’Australie. Un signe. "En 2018, on a eu du mal à les battre", rappelle Lucas Hernandez. "Ils affrontent les champions du monde, ils vont être agressifs, présents dans les contacts et les duels, ce sera à nous de répondre présent", a résumé le défenseur.

Au stade Al Janoub d’Al Wakrah, écrin de 40.000 places sorti du désert au sud de Doha, les Bleus ont rendez-vous avec l’histoire: offrir une troisième étoile au football tricolore.

Autour de Didier Deschamps, sacré en tant que capitaine en 1998, puis comme sélectionneur en 2018, les vingt-cinq joueurs tentent d’ignorer l’encombrante pancarte qui pèse à chaque tournoi sur les champions en titre.

 

Certains comme le phénomène Kylian Mbappé, joyau du Mondial russe devenu star planétaire, semblent avoir les épaules assez larges pour assumer ce poids.

Le fardeau du tenant du titre a été fatal lors des trois derniers Mondiaux : ni l’Italie en 2010, ni l’Espagne en 2014, ni l’Allemagne en 2018 n’ont dépassé la phase de groupes, quatre ans après leur sacre.

Une charnière inédite

"Il y a une part d’inconnue", a reconnu lundi le capitaine et gardien Hugo Lloris (139 sélections), qui peut devenir le Français le plus capé de l’histoire durant le tournoi, devant Lilian Thuram (142). Mais "on continue de croire en nos chances, en notre groupe, en notre aventure".

A 54 ans, Deschamps devra trouver l’alliage parfait entre l’expérience des champions de Russie - Mbappé, Olivier Giroud et Antoine Griezmann en attaque, Raphaël Varane, Benjamin Pavard et Lucas Hernandez en défense - et la jeunesse d’Ibrahima Konaté (23 ans) ou Dayot Upamecano (24 ans), titulaires potentiels ce soir.

En fin de contrat après le tournoi et sans certitudes sur son avenir, Deschamps compte aussi sur la confirmation de talents trop intermittents, comme celui d’Ousmane Dembélé, pressenti dans le onze.

 

Les compos probables

Le chiffre

10. Sur les vingt-cinq sélectionnés par Didier Deschamps pour le Mondial au Qatar, seuls dix ont connu la gloire à Moscou, en 2018.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.