“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco : une

Mis à jour le 11/02/2018 à 05:10 Publié le 11/02/2018 à 05:10
Douceur angevine pour 
les Monégasques hier soir.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco : une

Deux buts dans chaque mi-temps, une maîtrise totale, Monaco s'est amusé d'Angers (4-0) et reprend la deuxième place à l'Olympique de Marseille

Temps frais, un petit crachin en continu, de l'andouille au buffet de la tribune de presse, le groupe anglais Queen en bande-son pour l'entrée des joueurs... Cette plongée dans l'enfer du stade Raymond-Kopa d'Angers n'avait rien d'une promenade de santé sur le papier pour l'ASM. Mais, pourtant, ce fut le cas, et avec une certaine maîtrise : 4-0 (doublé de Jovetic, Raggi et Butelle contre son camp). Briller lors des grandes affiches contre l'OM ou l'OL, l'ASM sait faire. C'est dans la confidentialité des matches du samedi à 20 heures que Monaco va devoir construire et aller chercher cette deuxième place derrière la locomotive parisienne. C'est chose faite puisque ce matin, le club du Rocher est le nouveau dauphin du PSG, un point devant l'OM. L'emporter de la sorte loin de ses bases, ce n'est pas anodin. Ça ne l'est jamais. Après Dijon, Saint-Etienne, Lille, c'est déjà la quatrième fois que Monaco plante au moins quatre buts à l'extérieur en Ligue 1. Et sur le match d'hier, difficile de minimiser la performance monégasque tant la mainmise a été totale. C'est sans doute la meilleure sortie de l'ASM et la plus cohérente en 2018. C'est simple, tout y était. « ça allait parfois trop vite pour nous » reconnaît Stéphane Moulin, le coach d'Angers.

Un match que Monaco s'est rendu facile en étant discipliné et efficace. Sur le deuxième but par exemple, l'action part d'un corner angevin. En une passe, Fabinho gagne 50 mètres et le duo Diakhaby-Jovetic fait le reste. Quand c'est parfaitement exécuté, le football demeure simple. Leonardo Jardim dont la marotte est le jeu de transition a dû savourer certaines séquences avec délectation. Adama Diakhaby a parfaitement répondu aux demandes de son entraîneur sur certaines phases de jeu. Mais c'est le cas de tous les Monégasques à Angers. Globalement, le coach monégasque peut être ravi de la sortie de son équipe. Hier, on a vu l'une des premières périodes les plus abouties de l'ASM depuis un moment. En seconde mi-temps, en oscillant entre une gestion de bon père de famille et un jeu de contre-attaque diablement efficace, le champion de France s'est retrouvé dans un fauteuil à la fois doux et confortable. Ne manquaient que le verre de Whisky et la cheminée pour être au paradis. Même sans Subasic, Baldé et Falcao, l'ASM a retrouvé une forme de sérénité. Que ce soit dans le jeu mais aussi dans la manière d'exploiter la moindre faille adverse. Clinique. Imparable. Impitoyable. « Ils nous ont exécutés. Froidement », lâcha, admiratif, Stéphane Moulin.

Alors que l'OL et l'OM vont perdre des forces dans les semaines à venir dans les joutes européennes ainsi qu'en Coupe de France, Monaco va pouvoir se concentrer sur la Ligue 1 uniquement. Pour cette première sortie dans une semaine à un seul match après un mois de janvier dantesque (8 matches en 25 jours), l'ASM est apparue en forme. Un samedi soir angevin qui aurait pu prendre une tournure historique avec la rentrée de Pietro Pellegri qui, à 16 ans et 330 jours, serait devenu le plus jeune Monégasque à jouer en Ligue 1 depuis 40 ans mais une blessure de Sidibé va contraindre Jardim a opté finalement pour Touré. Un détail dans une soirée parfaite de bout en bout.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.