“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Monaco toujours malade

Mis à jour le 26/08/2019 à 10:16 Publié le 26/08/2019 à 10:16
Le chemin de croix continue pour les Monégasques. La saison s’annonce une nouvelle fois bien longue...

Le chemin de croix continue pour les Monégasques. La saison s’annonce une nouvelle fois bien longue... AFP

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco toujours malade

Réduit à dix pour la troisième fois en trois journées, Monaco, qui menait 2-0 à la pause, a concédé un match nul frustrant contre Nîmes (2-2). C’est grave, docteur?

Les journées se suivent et se ressemblent pour Leonardo Jardim et les siens. Après Cesc Fabregas et Ruben Aguilar, c’est Jemerson qui a cette fois été exclu, laissant ses coéquipiers à dix à la 55e minute d’un match jusque-là maîtrisé par le club de la Principauté, avec un avantage de deux buts à la pause. Le tournant du match.

Et un constat : Monaco est toujours malade, à la vue de son incapacité à gérer le match en infériorité numérique. L’intégration prochaine du rugueux défenseur central chilien Guillermo Maripan, dernière recrue en date, apparaît comme une nécessité pour un club qui vise le haut du classement mais vient de prendre son premier point en trois rencontres.

Deux autres recrues avaient pourtant donné le sourire aux Monégasques : Islam Slimani, symbole du joueur combatif, est devenu à la 40e minute le premier buteur rouge et blanc de la saison, après les deux déconvenues à zéro but (3-0 contre Lyon et Metz). Suivi par Wissam Ben Yedder, qui a doublé la mise après une frappe de Gelson repoussée par Bernardoni (2-0, 45+1).

Une fin de période qui est venue cacher une première demi-heure sans intérêt footballistique, qui a surtout permis de voir que Nîmes jouera « les yeux dans les yeux » avec son adversaire. Et de noter des faits regrettables en tribunes, l’arbitre ayant menacé d’arrêter la rencontre après des chants hostiles à la Ligue professionnelle de football.

Dans le second acte, le carton rouge de Jemerson, largement mérité, a donc mis à mal la montée en puissance du quatuor offensif Gelson-Onyekuru-Slimani-Ben Yedder, qui répondait bien aux supporters qui réclamaient sur leurs banderoles « des guerriers, pas des résignés », avant la rencontre.

Monaco ne sait plus se faciliter un match. Placé latéral droit en l’absence d’Aguilar, suspendu, et de Henrichs, blessé, Jemerson a été en difficulté. À 40 mètres de ses buts, il a taclé de façon inconsidérée Philippoteaux. Après l’avoir averti, M. Delerue l’exclut avec l’aide de la VAR (54e).

Nîmes, qui s’était déjà créé une nette occasion en première période par une frappe sur la barre de Philippoteaux (31e), a alors profité de la perte totale de sérénité monégasque. D’abord décisif devant Alakouch (68e), Lecomte s’est incliné sur un bel enchaînement contrôle de la poitrine - reprise de la recrue des Crocos Philippoteaux (2-1, 70e). Puis encore une fois sur une reprise à bout portant, cette fois de Denkey qui venait de remplacer Deaux (2-2, 82e).

Malgré les offensives nîmoises, la défense monégasque, aux abois, a tenu son premier point de la saison. Mais le chantier est titanesque pour Jardim...

Après sa piètre prestation messine, Glik devait se rattraper, notamment dans son rôle de leader. Toujours en difficulté quand ça part dans son dos, il a passé son match à remercier la maladresse des Nîmois dans le dernier geste... jusqu’au but de Philippoteaux où il apprécie mal le centre. À son crédit, un retour précieux devant Ripart (85e) mais c’est trop peu. Surtout quand on porte le brassard.

Le capitaine, au moins, a joué jusqu’au bout. Ce qui n’est pas le cas de Jemerson. Il avait déjà joué deux fois au poste de latéral droit en Ligue 1 : à Lille (1-4 en avril 2016) et à Lyon (1-6 en mai 2016). Cette fois l’opposition était moins consistante mais comme il se passe toujours quelque chose avec lui, le Brésilien se fait expulser - après recours à l’assistance vidéo - pour un geste non maîtrisé à 40 mètres de ses buts alors que son équipe menait 2 à 0. Derrière, Monaco a sombré.

Pourtant, les recrues offensives se sont mises en évidence. L’entente entre Ben Yedder et Slimani a ainsi permis à Monaco d’être menaçant. L’international français ouvre d’ailleurs son compteur but avant la pause en renard des surfaces. Une montée en puissance intéressante. L’Algérien, lui, a été un véritable point d’appui offensif. Il a pesé - au sens propre comme au figuré - sur la défense nîmoise. Il a déjà conquis le public du Louis-II.

C’est déjà ça !

La défense de l’ASM a subi après l’expulsion de Jemerson.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.