“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Monaco s'offre une finale de rêve en battant Nancy

Mis à jour le 26/01/2017 à 05:11 Publié le 26/01/2017 à 05:11
Duel acharné entre Touré et Muratori.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco s'offre une finale de rêve en battant Nancy

En venant à bout de Nancy au terme d'un match très moyen (1-0), l'ASM s'est qualifiée pour la finale face au Paris-SG, le 1er avril. Elle se jouera au Parc OL

Ce sera une affiche de Ligue des champions. En l'emportant hier soir face à Nancy (1-0, Falcao), Monaco s'est qualifié pour sa première finale de Coupe de la Ligue depuis 2003 et rencontrera le triple tenant du titre parisien au Parc OL, le 1er avril.

Deux adversaires de qualité dans une enceinte propice aux grandes soirées. Difficile de rêver meilleure affiche, d'autant que les Monégasques auront à cœur de prendre leur revanche sur le PSG. En 2010, pour ce qui était jusqu'ici la dernière apparition en finale d'une coupe nationale, l'ASM avait échoué face aux Parisiens en Coupe de France (0-1 a.p). C'était il y a sept ans. C'était hier et pourtant tout a changé.

Depuis, Monaco est passé sous pavillon russe et Paris s'est lié au Qatar. En 2010, Yannick Sagbo faisait face à Sammy Traoré. En avril prochain, Falcao échangera son fanion de début de match avec Thiago Silva. On en salive d'avance.

Pourtant, cette place en finale n'a pas été une simple formalité alors que tout s'y prêtait. En novembre dernier, Nancy en avait pris six au Louis-II sans en rendre un seul. On voyait mal comment l'équipe de Pablo Correa allait pouvoir gêner ce Monaco qui vient d'en passer quatre à Lorient et autant à l'OM. Au final, il aura fallu une bourde monumentale du gardien Ndy Assembé avant la pause pour permettre à Falcao, en renard, de marquer l'unique but du match.

Premier trophée majeur depuis 2003 ?

Si la finale opposera deux équipes du Top 16 européen, le match d'hier était indigne des grandes soirées de football. On a vu beaucoup de déchets - des deux côtés - et des fautes à répétition. Finalement, le but du Colombien résume parfaitement la première période : pas très esthétique.

Peu importe la manière, au fond, l'important était de se hisser en finale, surtout après le double échec au même stade de la compétition de 2014 (Coupe de France contre Guingamp) et 2015 (Coupe de la Ligue contre Bastia). Cette fois, Monaco n'a pas manqué l'avant-dernière marche et s'offre l'opportunité de remporter un trophée majeur, ce qui ne lui est plus arrivé depuis la Coupe de la Ligue 2003, si on fait exception du titre de champion de Ligue 2 de 2013.

En 2003, c'était la consécration nationale de la génération Rothen, Giuly, Evra et Prso, la bande qui se hissera en finale de Ligue des champions un an plus tard en faisant frissonner la France entière.

Hier, rien de bien enivrant au cœur d'un match très fermé. Monaco aurait pu se mettre à l'abri plus rapidement (Falcao 36', Mbappé 40', Lemar 42' et 45', Sidibé 50' ou encore Germain 80') mais à force de pécher dans le dernier geste, c'est Nancy qui aurait pu arracher la séance des tirs au but par Robic (81').

En seconde période, la bande à Jardim s'est relâchée, laissant l'ASNL s'offrir des opportunités souvent mal négociées (Kouré 53', Dalé 54', Cetout 59', Robic 81').

Malgré plus de 60% de possession, Monaco n'a jamais réussi à placer l'accélération quand il fallait. Peut-être que les têtes étaient déjà au choc du Parc des Princes, dimanche soir, face au PSG. Sans doute.

La pression d'une finale, aussi. « Même Valère Germain, qui est là depuis longtemps, n'a jamais joué de finale, c'est une nouveauté pour beaucoup de mes joueurs », étaye Jardim. L'histoire retiendra que c'est une bourde du portier lorrain - qui jouait pour le coup avec un jeu de maillot monégasque - qui a fait basculer cette demi-finale du bon côté.

Un joli coup du destin.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.