“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco sera au rendez-vous

Mis à jour le 13/12/2017 à 05:12 Publié le 13/12/2017 à 05:12
Kamil Glik fait partie des rares cadres alignés par Leonardo Jardim hier soir.

Kamil Glik fait partie des rares cadres alignés par Leonardo Jardim hier soir. Jean-François Ottonello

Monaco sera au rendez-vous

Rarement mise en danger par l'adversaire normand, la bande à Leonardo Jardim s'est qualifiée pour les quarts de finale grâce à des buts de Carrillo et Falcao (2-0)

Quand viendra le temps de se plonger dans les souvenirs de cette saison, il faudra s'arrêter un long moment sur Radamel Falcao. Hier, le Colombien a joué un petit quart d'heure. Suffisant pour planter un pion du rond central et valider le ticket de son équipe pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue (2-0). Le Tigre, auteur hier de son 18e but de la saison… en 19 matches, a donné de l'écho à l'ouverture du score de Carrillo en première mi-temps.

En faisant tourner et sans se mettre en danger contre des Caennais très tendres, Monaco se retrouve en quart de finale d'une compétition qui permet de s'offrir une finale en seulement trois matches. Finaliste l'an dernier, Monaco aimerait faire mieux histoire de continuer à garnir son armoire à trophées. Certes, la Coupe de la Ligue n'a ni le prestige de la Coupe de France, ni l'importance d'un titre de champion, mais elle permet de gagner un titre rapidement et d'oublier, un peu, la déception née d'un parcours complètement raté en Ligue des champions. L'an dernier, au même stade de la compétition, Rennes avait envoyé une équipe de remplaçants se faire étriller sur le Rocher (7-0), Caen a moins fait tourner mais n'a jamais réussi à faire vibrer les filets de Diego Benaglio. Trop maladroit dans le dernier geste : « On a toujours notre souci récurrent d'efficacité », analyse Patrice Garande, l'entraîneur de Caen, après le match.

Tout l'inverse de la bande à Jardim en somme. « Dès que vous perdez une balle dans une zone chaude, Monaco est redoutable. On est puni dans la foulée », applaudit le coach vaincu du soir, admiratif du sang-froid et de l'efficacité des Monégasques.

Les deux buts interviennent à la suite d'une erreur de relance caennaise. Le tout sous les yeux d'un Vadim Vasilyev étonnamment présent sur le banc de touche, une première en match officiel. Parce qu'il « en avait envie » nous a-t- on dit. Vrai ou faux, cela reste curieux dans un sport où le moindre geste est épié, disséqué, analysé, mais la quiétude du Rocher permet de le faire sans que cela ne bouleverse le paysage local. Et c'est tant mieux. On a alors vu le Russe prendre Leonardo Jardim dans ses bras sur le bijou de Falcao. Une manière de savourer l'instant présent dans une soirée tristounette en tribunes, aux trois quarts clairsemées.

D'ailleurs, il faudra attendre le quart d'heure de jeu et l'apparition d'une banderole « Coupe sans saveur, seulement pour nos couleurs » dans le coin des Ultras Monaco pour que la rencontre s'offre une légère bande son jusqu'ici rythmée au seul bruit du ballon. Mais l'essentiel était ailleurs. Coincé entre deux matches de Ligue 1, ce premier acte en coupe nationale n'avait d'intérêt que dans la qualification. C'est chose faite. En laissant au repos certains titulaires (Jemerson, Subasic, Sidibé, Moutinho, Lemar, Falcao), Jardim a voulu redonner du temps de jeu aux déçus de Porto. Dans un 4-2- 3-1 ressorti pour l'occasion, ils sont peu à avoir semé le trouble dans l'esprit du coach portugais avant le déplacement à Saint-Etienne, vendredi soir. Car même dans un match de Coupe de la Ligue sans intensité, Falcao reste unique. A bientôt 32 ans, le Colombien demeure une formidable raison de venir au Louis-II.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.