“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco, rien ne va plus

Mis à jour le 29/09/2018 à 05:17 Publié le 29/09/2018 à 05:17
Le vice-président de l'ASM, Vadim Vasilyev annonçait hier qu'il soutenait « à 100% » son entraîneur.

Le vice-président de l'ASM, Vadim Vasilyev annonçait hier qu'il soutenait « à 100% » son entraîneur. AFP

Monaco, rien ne va plus

Battus (2-0) hier soir à Saint-Etienne, les joueurs de la Principauté enregistrent déjà leur quatrième défaite de la saison en Ligue 1. L'ASM est 18ème au classement avec seulement six points.

À la dérive, Monaco a concédé sa sixième défaite de la saison toutes compétitions confondues, hier à Saint-Étienne (2-0) en match avancé de la 8e journée de Ligue 1 et reste collé à la place de barragiste (18e) avant d'affronter Dortmund mercredi en Ligue des Champions.

Les Monégasques, battus pour la seconde fois cette semaine après une défaite à domicile face à Angers (1-0), mardi, n'ont qu'un point d'avance sur Nantes (19e) qui joue à Lyon, aujourd'hui.

Face à la difficulté de la tâche qui attend les Nantais, en crise aussi bien sportivement qu'en coulisses, ils peuvent espérer que les positions ne seront pas inversées une fois que les Jaune et Vert auront joué.

C'est d'ailleurs face aux Canaris, en déplacement, qu'ils ont remporté leur unique victoire (3-1) cette saison.

Depuis ils ont perdu six fois dont une contre l'Atletico Madrid en Ligue des Champions (2-1), pour trois résultats nuls.

En conséquence, Monaco ne se présentera pas à Dortmund dans les meilleures conditions de sérénité d'autant que Leonardo Jardim peine à trouver la formule idéale pour lancer enfin son équipe.

Sept changements

Après la nouvelle contre-performance face à Angers, l'entraîneur portugais avait effectué sept changements dans son onze de départ.

Seuls Benaglio, Glick, Sidibé et Falcao avaient trouvé grâce à ses yeux pour affronter des Verts à la trajectoire totalement opposée et qui ont pris provisoirement la deuxième place du classement.

Même en adoptant un plan de jeu très prudent avec notamment cinq défenseurs et un milieu à trois unités pour laisser Moussa Sylla et Falcao seuls en pointe, l'ASM n'a pas trop existé.

Certes, Antonio Barreca a bien sollicité Stéphane Ruffier (16e) qui s'est ensuite interposé sur une tentative de Falcao (35e).

De son côté, Loïc Perrin a repoussé un tir de Sylla après avoir été déposé par ce dernier, la faute à un manque de vitesse.

Après la mi-temps, Falcao manquait une occasion incroyable d'égaliser après un débordement de Sidibé (49e) avant que Ruffier ne réalise une belle parade sur une tentative d'Adama Traoré (53e).

Mais c'est quand même Saint-Étienne qui a eu l'initiative et qui a mérité de prendre l'avantage juste avant la mi-temps par Wahbi Khazri qui trompait Diego Benaglio d'un tir en pivot après avoir été alerté par Ole Selnaes (41e).

Auparavant, Khazri aurait pu profiter d'une mésentente entre Benaglio et Sidibé (12e) avant que l'international français ne contre in-extremis Loïs Diony devant la ligne de but à la réception d'un centre de Khazri (18e).

Dans tous les bons coups des Verts, l'international tunisien portait le score à 2-0 d'un tir tendu (54e) pour son 40e but en Ligue 1, son quatrième cette saison.

Et dans les dix dernières minutes, Diony comme Cabella, qui avait déjà touché la barre (27e) ont eu la balle de 3-0 au bout du pied alors que Benaglio a certainement évité une déroute à son équipe.

En décembre 2017, les Monégasques avaient gagné 4-0 au stade Geoffroy-Guichard face à des Verts à la dérive. Les positions au classement et les attitudes sur le terrain sont totalement opposées actuellement.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct