Rubriques




Se connecter à

Monaco, pas

Dans la douleur mais avec beaucoup de solidarité, Monaco a ramené un point de son déplacement à Toulouse. De quoi espérer avant Madrid, mardi

Publié le 16/09/2018 à 05:07, mis à jour le 16/09/2018 à 05:07
Sidibé à la lutte 
avec Gradel.
Sidibé à la lutte avec Gradel.

Il y a quelques semaines, Monaco aurait perdu dans les dernières secondes cette rencontre de Ligue 1. Comme elle l'avait fait à Bordeaux, puis à domicile contre Marseille.

Au final, ce point ramené de Toulouse a un meilleur goût en bouche que celui de l'an passé. Parce qu'il pousse à l'optimisme.

Léger optimisme, soyons clairs. Mais quand même.

 

Car il faut replacer cette prestation dans le contexte monégasque actuel.

Au débat sur le recrutement juvénile et intensif de cette saison, le énième, est venu se rajouter l'absence des joueurs cadres sur blessures. Et ça, pour le coup, c'est quand même la faute à pas de chance. Déjà dans le dur avec une seule victoire cette saison, Monaco s'était compliqué la tâche avant même le coup d'envoi suite au forfait de dernière minute de Radamel Falcao, rattrapé par une gastro vendredi soir.

Malade, le Colombien est resté à l'hôtel.

A trois jours de la venue de l'Atlético Madrid, les Monégasques auraient préféré une meilleure nouvelle, même si Leonardo Jardim s'est montré optimiste quant aux chances qu'il a de jouer en Ligue des champions dès cette semaine. Pour dire à quel point l'effectif est en tension, le coach portugais a demandé au jeune Wilson Isidor de rejoindre expressément le groupe hier après-midi à Toulouse (voir ci-contre). Avant ça, c'était Rony Lopes, meilleur monégasque la saison passée qui s'était "pété" en sélection. Sur le banc des absents : Pellegri, Jovetic, Lopes, Falcao, Golovin, Subasic, et on en oublie. « Mais je ne me plains pas s'il manque des joueurs connus, confie le technicien portugais. Cela donne la possibilité à d'autres de jouer ». « Vous savez, quand j'ai appris le forfait de Falcao, je me suis demandé si ce n'était pas une mauvaise chose, a avoué Alain Casanova. Car les joueurs peuvent prendre le remplaçant un peu plus à la légère et se faire surprendre ». ça se tient.

Mais quand même, hier, le défi était de marquer et de peser offensivement.

Jardim avait pointé du doigt la faiblesse offensive de son équipe dans la zone de vérité cette semaine. Monaco a finalement forcé le verrou grâce à une lourde frappe de Tielemans à l'heure de jeu. Jusque-là, les Monégasques avaient alterné entre le "moyen plus" et le "mauvais".

 

Toulouse, en forme, a affiché très tôt ses intentions en mettant à contribution Benaglio et sa défense. Mais ; et c'est peut-être la nouveauté du soir, Monaco s'est montré solidaire dans les efforts. Laborieux, mais solidaire. Bien guidé par le travail d'Aholou et Aït-Bennasser, la générosité de Diop et Sylla. Si bien que les vice-champions de France ont mieux terminé la première période et commencé la seconde que leur adversaire du soir.

Au rayon des satisfactions, le milieu de terrain qui a apporté de la justesse à une équipe qui en manquait.

Le reste passera au révélateur de la Ligue des champions dès mardi.

Alors prêt ?

« Ce n'est pas une question d'être prêt ou pas, évidemment que j'aurais préféré jouer ce match dans deux mois mais ce n'est pas possible », plaisantait Jardim qui a quitté le stade avec ce trait d'humour.

Soulagé d'avoir vu son équipe répondre présent sur le terrain et évité la sortie de route.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.