“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco met la pression

Mis à jour le 17/02/2018 à 05:12 Publié le 17/02/2018 à 05:12
Les Monégasques n'ont jamais été inquiétés, hier soir. Et conservent solidement leur place de dauphin du PSG.

Les Monégasques n'ont jamais été inquiétés, hier soir. Et conservent solidement leur place de dauphin du PSG. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco met la pression

football ligue 1 (26e journée, face à dijon)Quatre points d'avance sur l'OM qui reçoit Bordeaux ce soir: Monaco, vainqueur sans souci de Dijon (4-0) hier en match avancé, est assuré de passer la 26e journée à la deuxième place

En jouant avant ses adversaires et en l'emportant au terme d'un match maîtrisé, le champion de France en titre, qui reste tout de même à neuf points du PSG, met la pression sur ses adversaires.

D'abord sur Marseille et Lyon qui, respectivement à quatre et huit points, n'ont pas d'autre alternative que de l'emporter aujourd'hui. Et puis, mine de rien, Leonardo Jardim et les siens mettent également un petit coup de pression sur le PSG, empêtré dans les conséquences internes de sa défaite européenne à Madrid.

Avec neuf points d'avance sur Monaco, Paris ferait bien de battre Strasbourg samedi après-midi. Surtout que Monaco doit encore se rendre au Parc cette saison. Mais ce sera mi-avril...

En attendant, Monaco a fait le métier contre Dijon. Mercredi soir, au sortir de la défaite à Madrid, le Parisien Adrien Rabiot avait, sous le coup de la déception, lâché qu'il était « facile d'en mettre huit à Dijon ». Tout ça pour mettre en cause la qualité du match des Parisiens.

Malgré la victoire, Monaco peut confirmer que ce n'est pas si simple. Victime d'une pointe musculaire à l'échauffement, Stevan Jovetic, double buteur à Angers la semaine dernière et qui devait débuter à la pointe de l'attaque, laissait sa place à Keita Balde, de retour de suspension.

Le Sénégalais formé à la Masia mettait moins d'un quart d'heure à briller. Alors que Dijon s'était jusqu'alors créé les meilleures opportunités, notamment par Kwon (5e), Balde reprenait sans contrôle un contre en retrait parfait de Sidibé, auteur d'un bon débordement (1-0, 14e). Toujours joueurs, les Dijonnais réagissaient de suite. La tentative de Sliti était cependant légèrement trop croisée (15e). C'était la seule véritable possibilité des Bourguignons en première période.

Avec le retour d'un Lemar, moyen avant la pause et décisif après, les Rouge et Blanc géraient leur avance. Au retour des vestiaires, Monaco avait grand mal à retrouver sa maîtrise. Subasic effectuait une belle parade sur une tête de Yambéré (56e). Tavares, lui, ne cadrait pas la sienne (63e).

Et puis, à l'expérience, les Monégasques sont revenus. Jusqu'à ce que Lemar, pourtant loin de son meilleur niveau mais trop vif pour Yambéré, n'obtienne un penalty justifié, que Fabinho transformait. Plat du pied, contre-pied (2-0, 69e).

En toute fin de match, Jardim permettait au jeune Pietro Pellegri de devenir le plus jeune Monégasque à débuter en L1. Mieux que Kylian Mbappé.

Et surtout, Monaco exécutait son adversaire par deux frappes du gauche. Celle de Lopes concluait un contre de Ghezzal (3-0, 88e). Celle de Glik terminait en pleine lucarne (4-0, 90+2e).


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.