“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

« Monaco m’a choisi »

Mis à jour le 15/01/2016 à 05:03 Publié le 15/01/2016 à 05:03
Le nouveau numéro 9 de l'ASM a le sourire.

Le nouveau numéro 9 de l'ASM a le sourire. Jean-François Otonello

« Monaco m’a choisi »

Vagner Love, qui a signé jusqu'en 2017, a tenu sa première conférence de presse, hier

Au milieu de sa présentation face à la presse à la boutique officielle du club, Vagner Love a regardé dans notre direction. Il était détendu. Un peu trop même. Le Brésilien s'est alors mis à envoyer clins d'œil et baisers à la pelle. On était troublé car personne ne s'était assis à nos côtés. On était quand même flatté. Et inquiet. Après tout, pourquoi pas. Finalement, on s'est aperçu que sa femme - enceinte - était juste derrière nous et qu'elle était l'heureuse destinataire de toutes ses attentions.

Le nouvel attaquant de l'AS Monaco n'a pas raté sa première sortie. Des bagues à tous les doigts, une gourmette énorme et un collier qui l'est encore plus, Vagner Love est venu pour briller.

Pourtant, l'homme annonce très vite la couleur, « c'est Monaco qui m'a choisi », lui qui a terminé l'année 2015 à la deuxième place du classement des buteurs du championnat brésilien avec 14 buts. « Vagner était notre premier choix dans les attaquants. Les premiers contacts avec lui remontent à novembre », détaille Vadim Vasilyev, vice-président du club et visiblement heureux de son nouvel attaquant.

« Je me suis assagi »

Ancienne gloire du CSKA Moscou, le Brésilien a toujours eu la réputation de prolonger ses matches au-delà du coup de sifflet final. Épicurien, fêtard, oiseau de nuit, le joueur a une réputation qui a traversé les frontières. Mais il a changé. C'est en tout cas ce qu'il assure en regardant sa femme avec des yeux pleins d'amour. « Je me suis assagi grâce à ma femme, lance-t-il le regard humide. Avant de venir à Monaco, j'en ai discuté avec elle car nous attendons un heureux évémenent. Elle a tout de suite été emballée par l'idée de venir ici. Je la traite comme une princesse et on est ravi de savoir que notre petite princesse va naître ici ». Au fond, Vagner Love est un sentimental. Alors que d'autres clubs auraient peut-être été apeurés par sa réputation, Monaco n'a jamais rebroussé chemin. « On a été rassuré par les échos que l'on a eus de lui, on a discuté avec ses anciens entraîneurs », étaye Vadim Vasilyev. En tout cas, les coiffeurs de l'AS Monaco ne vont pas faire recette avec celui qui avait rendu célèbres les tresses colorées. Cette fois, pas de drealocks aux couleurs de l'AS Monaco. « ça devient difficile avec l'âge de me faire des tresses, rigole-t-il. Je perds mes cheveux alors j'ai adopté une nouvelle coupe qui plaît beaucoup à ma femme. Mais une teinture rouge et blanche, pourquoi pas ».

Avant de prendre le chemin des terrains - ce pour quoi il a été recruté quand même - Vagner Love a déjà séduit l'assistance. Jovial, rieur, l'homme connaît la chanson et la musique médiatique. Mais il n'oublie pas qu'il a de beaux challenges face à lui en Principauté. « Je suis là pour amener le club en Ligue des Champions », détaille celui dont le CV affiche plus de 80 matches européens. Et dans un coin de sa tête, la sélection brésilienne. « Le fait d'être à Monaco augmente peut-être mes chances de revenir en équipe du Brésil » conclut celui qui a gagné deux titres à la Copa America il y a près de dix ans. Depuis six mois, l'AS Monaco se cherchait un buteur. Un homme capable de faire trembler les filets. Vagner Love a logiquement opté pour le numéro 9. Sur le papier, le casting est intéressant. Reste à voir si le film sera du même niveau.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct