“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco enfonce Nice dans une saison qui commence à ressembler à un cauchemar

Mis à jour le 04/02/2021 à 08:08 Publié le 04/02/2021 à 08:10
Ben Yedder, ici face à Todibo, a fait mal aux Niçois.
	(Ph. J.F. Ottonello)
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Monaco enfonce Nice dans une saison qui commence à ressembler à un cauchemar

Avec une sixième victoire de suite, l’AS Monaco creuse l’écart avec ses poursuivants au classement de Ligue 1. L'OGC Nice s’enfonce, lui, et a perdu Reine-Adélaïde sur une grave blessure au genou

On ne se quitte jamais bons amis d’un derby. Mais ce mercredi soir chaque équipe azuréenne est repartie comme elle était venue. Sous les yeux du Prince Albert II et du président Rybolovlev, l’AS Monaco continue sa course vers le podium, ragaillardie par un sixième succès de rang qui relègue son premier poursuivant rennais à 8 points. L'OGC Nice , lui, continue de regarder derrière avec un barragiste lorientais qui ne cesse de se rapprocher (7 longueurs). Le Gym qui ambitionnait l’Europe peut être un peu plus haut et fort que son voisin en début de saison a pu mesurer, au Louis-II, l’écart qui le sépare d’un sérieux prétendant à la Ligue des champions.

Consistant dans chaque entame de mi-temps, Nice a subi le tempo et le pressing monégasque sur tout le reste de la partie. Huit occasions franches, une barre transversale, deux buts, l’AS Monaco était bien la meilleure équipe sur le terrain. Guidée par un soyeux métronome (Diop), un serial-buteur fétichiste du Gym (Ben Yedder, 11 buts contre les Rouge et Noir) et un état d’esprit collectif conquérant qu’elle n’affiche pas seulement sur coups de pied arrêtés.

Nice y a cru quatre minutes

Schneiderlin au dessus de Sidibé. Mais Nice en dessous...

L’ASM claque la moitié de ses buts dans ce registre (deux hier, soit 22 sur 46) mais elle met une pression et un pressing d’enfer sur l’adversaire pour obtenir ces situations favorables. Diop dribblait trop bien trop vite pour les Niçois, l’activité de Caio Henrique a littéralement étouffé Claude-Maurice et Ndoye dans le couloir gauche du 4-3-3 inédit en Ligue 1 mis en place par Ursea. De nouveau transparent, le premier aurait même dû être expulsé sur deux fautes grossières.

Mais c’est le second qui s’est loupé dans la surface en voulant intervenir sur l’intenable Brésilien. Ben Yedder a transformé la sentence et Ursea a revu ses plans à la mi-temps en sortant les deux fautifs pour relancer Myziane et Reine-Adélaïde.

Le Gym est revenu au score suite à un exploit personnel de l’ex-Lyonnais et grâce à l’omniprésence de Lees-Melou, mais l’espoir a duré quatre minutes. Le temps pour Ben Yedder de remettre tout le monde d’accord sur un magistral coup franc. Plus agressifs sur le porteur, plus haut sur le terrain, les Aiglons ont collectionné les cartons (4 à 0) à force de cumuler du retard dans les courses à haute intensité. Sans Benitez, auteur de trois parades, le score aurait pu être très lourd pour un OGC Nice qui ne parvient plus à sortir la tête de l’eau.

Et puisqu’il est dit que sa saison du Gym serait infernale jusqu’au bout, un cri a retenti au bout de la nuit dans un stade silencieux et triste comme jamais pour ce genre de derby. Celui de Jeff Reine-Adélaïde, qui a vu son genou gauche tourner après avoir déjà subi une opération des ligaments croisés en décembre 2019 au droit. Pour le Gym, la saison commence à ressembler à un cauchemar.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.