“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco donne

Mis à jour le 22/01/2018 à 05:17 Publié le 22/01/2018 à 05:17
Jorge ouvre le score, mais se blesse sur l'action.
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Monaco donne

Dans la course à la 2e place, les Monégasques reviennent à 1 point de l'OM, après leur succès 3-1 contre Metz, mais restent derrière l'OL, vainqueur du PSG

Monaco l'a emporté, et c'est bien là l'essentiel. Mais soyons honnêtes, il n'y avait pas grand-chose de sexy hier. Jorge et Ghezzal ont marqué deux beaux buts (45+2' et 66'), mais la prestation générale n'avait rien de très réjouissant face au dernier de L1. Des Messins qui étaient certes dans une bonne forme (3 victoires, 2 nuls), mais incapables de faire trembler Subasic. Et pourtant, le gardien croate a été obligé d'aller chercher le ballon au fond de ses filets (Niane 72', 2-1), alors que les Lorrains évoluaient à 10 depuis l'exclusion de Kawashima (50'). Heureusement, Lopes venait définitivement mettre tout le monde à l'abri à dix minutes de la fin (3-1). Une rencontre qui aurait pu, sur un coup du sort, mal tourner. Les Grenats ont peut-être livré une prestation solide, qui ne reflétait pas leur classement, mais pas de quoi faire trembler les Moutinho, Falcao, Fabinho ou Lemar. Il y a donc deux façons d'analyser la prestation monégasque hier. Vous savez, l'histoire du fameux verre rempli à moitié…

On pourrait être inquiet pour les Monégasques qui se déplaceront à Marseille dimanche, et recevront Lyon la semaine suivante en L1, compte tenu de la teneur de la rencontre et des sortis sur blessure de Jorge (tibia) et Diakhaby (adducteur). Le rythme imprimé à cette rencontre n'était pas digne d'un champion de France. « On a vu un très petit match » reconnaissait d'ailleurs l'entraîneur du FC Metz, Frédéric Hantz.

Leonardo Jardim, lui, est plutôt du genre à se réjouir.

A voir les choses du bon côté. Monaco a réussi à forcer la décision face à une équipe venue surtout pour ne pas perdre. « On a respecté l'adversaire et je n'ai pas le souvenir d'un arrêt de Subasic, insistait le coach portugais. On a bien combiné, fait circuler le ballon et maîtrisé la partie. C'est une victoire très très méritée ».

Face à Lyon en Coupe de France, mercredi, ou à Marseille, dimanche, il faudra faire plus. « Chaque match a son histoire, rassurait Jardim. On prépare la rencontre en fonction de l'adversaire. Il n'y a pas une façon de jouer contre les "petits" et une autre contre les "gros". Ça ne fonctionne pas comme ça ».

Point positif, Monaco arrive à l'emporter sans Falcao. Hier, le Colombien a été des plus maladroits (2', 10', 45+2', 89'). En début de saison, il aurait quitté le stade le ballon du match sous le bras après avoir été l'auteur d'un triplé. Mais esseulé offensivement dans un 4-2-3-1 qui n'est finalement pas bien taillé pour lui, El Tigre, qui n'avait pas disputé les trois premiers matches de 2018, n'a pas encore trouvé son second souffle. Pas bien grave : Lemar, Sidibé, Fabinho et Moutinho ont été au rendez-vous. Au milieu, le Brésilien et le Portugais ont pris le jeu à leur compte et leurs passes entre les lignes ont fait grincer la défense du FCM. Reste à deviner quel visage présentera Monaco durant les 15 prochains jours jalonnés de rencontres capitales. Jemerson ne sera probablement pas remis à 100 %, et il y a peu de chances de voir Jorge et Diakhaby. Pas de quoi faire trembler Jardim : « On trouvera les meilleures solutions. Comme toujours ».

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.