“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco cité pour un contrat de marketing fictif...

Mis à jour le 06/11/2018 à 05:05 Publié le 06/11/2018 à 05:05

Monaco cité pour un contrat de marketing fictif...

Mediapart et ses partenaires du réseau EIC (European Investigative Collaborations) ont révélé hier via les documents Football Leaks que l'AS Monaco a envisagé de contourner les règles du fair-play financier à la suite d'un contrat de marketing fictif signé avec une agence de marketing censé lui rapporter 140 millions d'euros par an.

Mediapart et ses partenaires du réseau EIC (European Investigative Collaborations) ont révélé hier via les documents Football Leaks que l'AS Monaco a envisagé de contourner les règles du fair-play financier à la suite d'un contrat de marketing fictif signé avec une agence de marketing censé lui rapporter 140 millions d'euros par an.

Cette somme devait être fournie en secret par Dmitri Rybolovlev, principal actionnaire du club, via un montage offshore passant par Hong Kong et les îles Vierges britanniques et transformée fictivement en revenus de sponsoring. Une pratique illégale pour l'UEFA car il interdit aux actionnaires - même solvables - de subventionner un club à fonds perdus (ce qui est reproché au Qatar dans le cas du PSG, par exemple). Pour contourner le FPF, Mediapart évoque un montage fictif entre l'ASM et l'agence suisse de marketing sportif AIM, dirigé par Bernard de Roos, cette dernière devait assurer 140 millions de revenus...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct