Rubriques




Se connecter à

Monaco, c'est jackpot

L'ASM, en explosant l'OM (6-1), a rejoint le PSG en tête du championnat. Incroyable réussite d'un club même pas freiné par ses ventes de joueurs à coup de centaines de millions d'euros...

François Paturle Publié le 28/08/2017 à 05:21, mis à jour le 28/08/2017 à 05:21
Avec 7 buts en 4 journées (une performance plus vue depuis Djibril Cissé en 2001 avec l'AJ Auxerre),  Radamel Falcao plane sur la Ligue 1 et sur le classement des buteurs.
Avec 7 buts en 4 journées (une performance plus vue depuis Djibril Cissé en 2001 avec l'AJ Auxerre), Radamel Falcao plane sur la Ligue 1 et sur le classement des buteurs.

En affaire comme dans le jeu, tout réussit à l'AS Monaco. Vadim Vasilyev, arrivé au Louis-II 30 minutes avant le coup d'envoi après avoir réglé les derniers détails du prêt de Mbappé au PSG, est un vice-président champion en titre, leader avec 12 points en 4 journées et qui a vendu pour potentiellement plus de 320 millions de joueurs au mercato. Un constat assez faramineux qui ne présage pas forcément de l'avenir mais en dit long sur l'insolente réussite du club de la Principauté. La touffeur de l'été n'en finit plus et le parfum du titre continue d'irradier le Louis-II. Un stade en mode « régalade» qui a pu entonner ses « Olé » préférés en seconde période…

L'ASM de Leonardo Jardim n'a donc fait qu'une bouchée d'une équipe de l'OM au placement défensif catastrophique et dont personne n'a vraiment bien compris (y compris les joueurs eux-mêmes, sans doute) comment Rudi Garcia a voulu la faire jouer… Une sorte de 5-4-1 censé fermer les espaces et qui au contraire a offert des boulevards aux joueurs de la Principauté. Les Marseillais ont bu la tasse dans les grandes largeurs, à l'image de Luis Gustavo, Doria, Amavi et du défenseur slovaque Hubocan, totalement dépassé face aux dribbles au ras du sol de Rony Lopes…

Même la pelouse, qui a retrouvé son piteux état d'il y a quelques années (un champignon, paraît-il) n'a pas pu freiner la domination des hommes de Jardim. Par rapport à l'équipe du titre, Mendy, Silva, Bakayoko, Germain ne sont plus là et Mbappé a fait hier soir ses adieux aux Louis-II sans entrer en jeu.

 

Qu'importe, l'ASM domine toujours et continue d'impressionner. Adama Diakhaby, qui a débuté le foot dans un petit club en Corse et qui jouait encore en CFA2 à Rennes il y a deux ans, a profité de cette belle soirée d'été pour ouvrir son compteur-buts. Il a même touché le poteau, en début de match, et ses accélérations ont sans doute mis du baume au cœur des Ultras monégasques peinés par le départ de Mbappé.

Si Diakhaby a brillé, dans le 4-4-2 de Jardim, Radamel Falcao a inscrit un doublé (quelle reprise de la tête !) digne du Tigre infernal qu'il est redevenu… A quoi pensaient les défenseurs de l'OM sur l'ouverture du score de Glik, après 2 minutes ? Allez savoir. Ce que l'on ne savait pas, c'est que cette passivité serait la donne marseillaise de la soirée.

La fatigue de la Ligue Europa y est peut-être pour quelque chose, mais il y a encore du boulot du côté de la maison phocéenne si l'on veut prétendre à quelque chose de sérieux cette saison. La timide réaction olympienne après la pause a eu le mérite d'exister et d'offrir encore un visage décent à cette affiche de la 4e journée… Il fallait ça aussi peut-être pour calmer les ardeurs des Ultras marseillais excédés, lesquels ont eu la mauvaise idée de vouloir envahir le terrain juste avant la pause. Eux ont été repoussés par un service d'ordre mieux organisé que la défense phocéenne. Le Monaco de Jardim a trouvé la faille lors de ses 36 derniers matches de L1. Pour trouver mieux, il faut remonter au RC Paris entre novembre 1962 et janvier 1964. Nous n'étions pas nés, peut-être vous non plus. En tout cas, ce Monaco est bel et bien en train de marquer l'histoire du foot français.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.