Rubriques




Se connecter à

Monaco a été grand

En s'imposant 3-2 sur la pelouse de Dortmund, dans un contexte très particulier, les Monégasques ont pris une option sur la qualification avant le retour au Louis-II (19 avril)

Fabien Pigalle, à Dortmund Publié le 13/04/2017 à 05:19, mis à jour le 13/04/2017 à 05:19
Dirar, Glik, Mbappé, Lemar, Falcao, Moutinho et Fabinho savourent devant leurs fans à 3-1 : l'AS Monaco a fait fort, hier soir, à Dortmund.
Dirar, Glik, Mbappé, Lemar, Falcao, Moutinho et Fabinho savourent devant leurs fans à 3-1 : l'AS Monaco a fait fort, hier soir, à Dortmund. AFP

Le football est au-dessus de tout. C'est ce qu'ont décidé les deux équipes, Dortmund et Monaco mardi. C'est ce qu'a rappelé l'UEFA en reportant la rencontre initialement prévue mardi 20 h 45, à hier 18 h 45. Et ce, malgré l'attaque terroriste qui avait donc frappé le bus du Borussia Dortmund et envoyé à l'hôpital le défenseur espagnol Marc Bartra. Le tout, en l'espace de 24 heures.

Sous un ciel triste, qui forcément ne pouvait contenir ses larmes, Monaco s'est imposé 3-2 grâce à un doublé de Mbappé qui était hors jeu sur le premier (20') et bien aidé par la bourde de Piszczek sur le troisième (79'). Entre-temps, Bender avait marqué contre son camp (35'). Et encore, Fabinho avait manqué un penalty, une première en quatorze tentatives, au quart d'heure de jeu. Vous l'aurez compris, Dortmund a complètement manqué son entame de match. à la mi-temps, les Jaune et Noir étaient menés 2-0 et n'avaient pas cadré un tir. On se demandait si le BVB allait être meurtri ou galvanisé. Il a été les deux, en alternance.

Mbappé libère l'ASM

 

Au final, on est resté sur une note magnifique en bouche. Une deuxième période riche en émotions, comme si ce rendez-vous en manquait déjà. Tuchel, l'entraîneur allemand, a certainement dû trouver les mots pour réveiller son groupe dans le vestiaire. En passant en 4-2-3-1 et en abandonnant sa défense à trois, il a permis au BVB d'étouffer lentement des Monégasques qui n'arrivaient plus à sortir les ballons proprement.

L'entrée de Pulisic à la mi-temps côté Dortmund a donné un énorme coup de chaud à Raggi. Le défenseur italien s'en était jusque-là proprement sorti.

Il avait notamment provoqué le csc de Bender pour le 2-0 en ajustant un centre parfait du gauche que Falcao ne demandait qu'à reprendre. Mais Dortmund, porté par tout un stade, a infligé un retour de vestiaire terrible aux Monégasques. Le match s'emballait. Dembélé, sur un superbe mouvement, ramenait tout le monde à 2-1, puis Kagawa à 3-2 après le 3-1 d'Mbappé. C'est ensuite au mental que l'ASM a verrouillé le résultat. Non sans trembler. Pour trouver une précédente défaite en Coupe d'Europe du BVB, il faut remonter à décembre 2015. En championnat, il est invaincu depuis deux ans, série en cours.

Si on doit se réjouir de la performance des Monégasques qui indirectement ont également été touchés par ce qu'il s'était passé la veille, mais à une échelle très largement inférieure, on ne peut s'empêcher de se demander si cette rencontre devait avoir lieu.

 

Un quart de finale de Ligue des champions ne mérite pas un premier quart d'heure en mode zombie, où malgré le soutien des tribunes, le rythme et donc le cœur n'y étaient pas vraiment. Un quart de finale à 18 h 45, c'est un peu comme aller au cinéma à la séance de 15 h… et le Mur jaune l'a fait savoir à la pause à l'UEFA.

Mais au coup de sifflet final, les deux équipes ont été acclamées. Elles se sont échangées les maillots dans le rond central et tout le monde a communié.

Si le foot n'efface pas ce qu'il s'est passé, il faut avouer qu'hier, il a un petit peu soulagé les peines.

La fête, c'est au Louis-II qu'il faudra la faire, la semaine prochaine.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.