Rubriques




Se connecter à

Mercato à l'AS Monaco: Lemar et Fabinho restent

Courtisés respectivement par Liverpool et le PSG, l’international français et le Brésilien resteront une saison de plus à Monaco

Fabien Pigalle Publié le 01/09/2017 à 07:52, mis à jour le 01/09/2017 à 07:53
ThomasLemar aurait pu s’envoler pour Liverpool. Photo J-F. Ottonello

Le vice-président Vadim Vasilyev a réussi à tenir sa promesse en conservant Thomas Lemar et Fabinho lors de ce mercato.

Comme il l’avait annoncé mi-juillet lors de la présentation des recrues. Ce jour-là, face caméra, il avait aussi laissé planer le doute sur l’avenir de Kylian Mbappé qui a fini par s’engager avec lePSG hier soir (prêt avec option d’achat obligatoire de 180Me bonus compris).

L’AS Monaco, qui a réalisé un mercato XXL en vendant pour près de 400 millions d’euros, a résisté aux assauts de plusieurs clubs qui souhaitaient s’attacher les services des deux milieux de terrain.

Mardi, le club de Liverpool avait transmis sur le Rocher une première offre de 62 millions d’euros pourLemar, étincelant avec les Bleus hier et auteur d’un doublé contre les Pays-Bas.

 

Liverpool a tout tenté

Comme pour Arsenal quelques jours plus tôt, Monaco fermait la porte. En voyant ses ex-coéquipiers Bernardo Silva, Benjamin Mendy et Tiemoué Bakayoko rejoindre l’Angleterre, Lemar était tenté de traverser lui aussi la Manche.

Mercredi, les Reds revenaient à la charge avec une offre de 62 millions, mais cette fois assortie d’un prêt (Divock Origi, l’ex-Lillois). Une tentative une nouvelle fois avortée.Dans l’esprit des dirigeants monégasques, et après avoir conclu un deal à 180 millions d’euros avec le PSG pour Mbappé, il était inconcevable de laisser partir Lemar pour si “peu”.

A quelques heures du coup d’envoi de France - Pays-Bas, les deux parties étaient dans l’attente d’une offre faisant basculer la balance.
Arsenal décidait dans le même temps de revenir à la charge. Mais contrairement à ce qui était annoncé par des médias anglais, les Gunners n’ont jamais posé 100 millions d’euros sur la table.

Liverpool, non plus, et face au timing serré, tout le monde s’est résolu à refermer le dossier.

 

Et même si le marché espagnol reste ouvert encore jusqu’à ce soir minuit, Thomas Lemar portera bien le maillot de Monaco cette saison.

Fabinho rêvait de Paris

Pour Fabinho, qui a joué une heure en amical hier contre Nîmes, la donne était un brin différente. Le Brésilien était pisté par lePSG qui souhaitait absolument s’attacher les services d’un milieu de terrain.

Fabinho, lui, voyait en Paris le point de chute idéal pour jouer la coupe du monde avec le Brésil.Une sélection qui le fuit depuis trop longtemps à son goût.

Mais après avoir cédé Mbappé au club de la capitale, les dirigeants monégasques ne se voyaient pas renforcer à nouveau un rival.A moins d’une offre très très imposante.

 

Cependant, face à la complexité de boucler le dossier Mbappé, scruté par l’UEFA et le fair-play financier, l’état-major parisien s’est résolu à abandonner la piste Fabinho hier en fin de matinée.

Au final, le mercato de l’ASM a été conforme à la politique du club en matière de transferts.Les champions de France ont vendu pour près de 400 millions d’euros (un record). Du coup, pour ce dernier jour du mercato, le temps jouait en faveur du club de la Principauté qui n’avait nul besoin de vendre.

En prolongeant plusieurs cadres (Glik, Falcao, Sidibé), l’agitation de cette période de transferts n’a pas perturbé le rendement de l’équipe sur le terrain qui reste sur quatre victoires en quatre journées de championnat.

Avec les arrivées de Jovetic et Keita Baldé, Monaco a même consolidé son groupe.L’ASM a su une nouvelle fois dicter le tempo.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.