Rubriques




Se connecter à

Mbappé file à Paris

Le PSG et Monaco ont trouvé un accord hier soir pour le prêt du buteur monégaque avec option d'achat non obligatoire de 180 Me (bonus compris)

Christopher Roux Publié le 28/08/2017 à 05:26, mis à jour le 28/08/2017 à 08:41

Le Louis-II a vécu, à plus d'un titre, une soirée historique hier. Et pas seulement parce que l'ASM a signé une quatrième victoire de rang lors des quatre journées initiales de L1 pour la première fois depuis 1991-92.

Ce 26 août 2017 restera surtout la dernière apparition de Kylian Mbappé au Louis-II sous les couleurs de l'ASM. Car le natif de Bondy a enfin quitté son costume d'acteur principal de la série la plus brûlante et indécise de l'été.

Puisqu'après avoir imaginé poursuivre sa route en Principauté une saison de plus, le gamin de 18 ans a fini par claquer la porte, à force de voir l'ASM se déplumer (Mendy, Bakayoko, Silva, Germain) et de se faire draguer par le gratin des clubs européens.

 

Car dirigeants parisiens et monégasques ont enfin réussi à se mettre d'accord, hier soir, autour d'un prêt avec option d'achat non obligatoire de 145 millions d'euros assortie de 35 Me de bonus. Une opération qui place Mbappé au rang de deuxième joueur le plus cher de l'histoire.

Le désormais ex-génie du Louis-II talonne son futur coéquipier Neymar (parti du Barça pour 222Me) et devance Ousmane Dembélé (150 Me de Dortmund à Barcelone).

Pourquoi un prêt ?

L'option n'était pas la première à se dégager lors des premières négociations. Paris avait d'abord imaginé un double transfert sec Mbappé-Fabinho en y incorporant Lucas. Sauf que l'attaquant brésilien a refusé de jouer les monnaies d'échange.

 

Sans lui, le PSG se voyait donc dans l'impossibilité de ficeler un achat sans se mettre en difficulté avec le fair-play financier, qui interdit aux clubs de dépenser plus qu'ils ne gagnent sous peine de sanctions. Surtout après le recrutement pharaonique de Neymar. De plus, sans pouvoir céder l'un de ses quatre joueurs extra-communautaires, le club de la capitale était coincé dans le recrutement d'un Fabinho, buteur hier et qui devrait donc poursuivre en Principauté.

Avant de passer sa visite médicale sans doute aujourd'hui ou demain à Clairefontaine, où il participera au rassemblement de l'équipe de France, Mbappé a pointé le bout du nez une dernière fois au Louis-II hier. Un retour dans le groupe mais pas sur le pré.

Leonardo Jardim n'a pas voulu prendre le risque de voir le joyau se blesser bêtement dans une partie maîtrisée de bout en bout. Même si le coach lusitanien n'a pas voulu confirmer le départ de sa pépite en conférence de presse hier (voir phrase).

De ce clap de fin restera donc deux images. D'abord les rires du gamin de Bondy venu reconnaître le terrain à 19h48. Pas seulement détendu par les blagues des Sidibé, Lemar et autre Ghezzal. Non, le néo-Parisien a surtout affiché les traits d'un homme soulagé. Sa frimousse de môme avait chassé la tension présente depuis des semaines.

Ensuite, l'histoire retiendra les sifflets du Louis-II lorsque le speaker a énuméré les noms des remplaçants de l'ASM. De ces fans qui reprochent à leur star son appât du gain (il pourrait toucher 18M € par an dans la capitale) et son manque d'investissement présumé nés ces temps-ci.

 

Après le festival des siens, il a quitté la pelouse en dernier à l'issue du tour d'honneur collectif et échangé quelques mots avec Thauvin, profitant longuement de l'instant. Comme pour photographier une ultime fois et ne pas oublier chaque coin de l'enceinte qui l'a vu éclore. Une sortie sans coup d'éclat et triste pour un garçon qui a tant illuminé les yeux des amoureux de l'ASM la saison dernière. Par son talent, Mbappé méritait mieux qu'une fin sans coup d'éclat et dans l'anonymat d'un banc de touche.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.