“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Marseille fait le spectacle ! Victoire et soulagement à Monaco

Mis à jour le 19/05/2019 à 10:09 Publié le 19/05/2019 à 10:08
Toulouse à terre et l’OM debout. Mais pour rien...

Toulouse à terre et l’OM debout. Mais pour rien... AFP

Marseille fait le spectacle ! Victoire et soulagement à Monaco

Un doublé de Thauvin et du spectacle...

Un doublé de Thauvin et du spectacle... L’Olympique de Marseille a renoué avec la victoire en s’imposant hier à Toulouse (5-2), lors de la 37e journée de L1. Un peu tard dans une saison déjà pliée.

Avec cette victoire, l’OM met donc un terme à une mauvaise série : son dernier succès remontait au 20 avril à Guingamp (3-1) contre la lanterne rouge.

Depuis, il s’était successivement incliné devant Nantes (1-2), avait fait nul à Strasbourg (1-1) et avait pris une claque devant son public face à Lyon (3-0). Loin d’un parcours d’un candidat à l’Europe, dont il sera exclu. Marseillle reste 6e et peut juste encore faire plaisir la semaine prochaine à son public contre Montpellier qui n’aura rien non plus à gagner.

Pour Toulouse, ce nouveau revers à domicile n’a finalement aucune conséquence. Caen ayant perdu à Lyon, les hommes d’Alain Casanova ont décroché ce qu’il voulait, à savoir le maintien.

Dès le départ, les équipes ont voulu prendre du plaisir. Et, dans ce scénario inhabituel au Stadium, le premier récompensé a été le Téfécé.

A l’origine, une chevauchée de Durmaz qui a perdu son duel contre Mandanda. Mais l’action n’était pas terminée car le ballon est revenu à Gradel, lequel a centré au point de penalty où Leya Iseka a surgi pour ouvrir le score (25e).

Dans la foulée, le Belge et ancien Marseillais aurait pu doubler la marque. Seulement sa frappe a percuté la transversale (27e).

Au contraire, l’OM a égalisé. Un tir contré de Luis Gustavo a échoué sur Sanson, lequel a repris de volée, le ballon étant légèrement dévié par Shoji (28e).

L’OM a repris sa pression après la pause. Une remise de la tête d’Ocampos a permis à Sakai de tromper Goicoechea et d’inscrire ainsi son premier but en L1 (50e).

Dans ce match un peu fou, Max-Alain Gradel, régulièrement le sauveur du TFC, a été à la hauteur de sa réputation. Après une touche, le capitaine ivoirien s’est retourné et a frappé du droit pour inscrire son 11e but de la saison et 50e en L1 (2-2, 62e).

Mais l’OM a repris la maîtrise du jeu. Sakai sur le côté droit a centré sur Njie, notamment plus rapide que Shoji, pour inscrire le troisième but (76e).

Enfin, Thauvin a signé un doublé avec à chaque fois Njie (90e, 90+2) comme comparse et passeur décisif, permettant à l’OM de signer finalement un très beau succès.

Mais pour rien...

Monaco s'est enlevé une énorme épine du pied grâce à sa victoire arrachée contre Amiens (2-0) et possède désormais trois points d'avance ainsi qu'une meilleure différence de buts (-17 à -24) sur Caen, barragiste.

Il a fallu attendre la 82e minute et le contre victorieux de Golovin assurant le succès monégasque pour voir enfin les visages du Prince Albert et du président du club, le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, encore ensemble dans la loge princière en signe d'union générale, heureux et soulagés.

Jusqu'alors, les Monégasques, souvent fébriles, s'étaient fait peur malgré un état d'esprit remarquable et un but d'avance grâce à Falcao (26e). Mais pour Jardim, c'est désormais du passé.

Avec trois points d'avance sur Caen et sept buts d'avance au goal-average, Monaco n'aura pas forcément l'obligation d'une victoire chez l'ennemi intime niçois vendredi et s'évite ainsi une semaine cauchemardesque.

En revanche, Amiens (35 points) peut vivre ce type de semaine. L'équipe de Pelissier jouera son avenir en L1 contre Guingamp. Un nul peut sauver le club de la Somme. Une victoire assurerait une troisième saison dans l'Élite.

De la résistance jusqu’au bout

Pour construire cette victoire, Jardim avait travaillé toute la semaine un 4-4-2 avec Vinicius en soutien de Falcao. Et Sidibé, exécrable latéral droit depuis des semaines, en position de milieu.

Dans ce schéma établi pour aller provoquer l'équipe amiénoise dans son camp, les Monégasques ont bien débuté. Un très bon Gurtner s'est imposé devant Vinicius (2e) et sur un coup franc vicieux de Golovin (16e). Puis, sur le premier corner de l'ASM, une faute de main du même gardien picard a changé le sort de la rencontre. L'arbitre M. Turpin a estimé que Falcao -qui, contrairement aux deux entraîneurs, à l'arbitre et à son homologue amiénois Monconduit, ne portait pas le brassard contre l'homophobie- n'avait pas fait faute en s'appuyant sur Adenon. Et de la tête, le Colombien a inscrit son 15e but de la saison en L1 (1-0, 26e).

Nerveux mais accrocheurs, les Monégasques se sont ainsi donné un peu d'air effectuant plutôt un bon match mais restant fébriles.

En revanche, Amiens pouvait avoir quelques regrets car à 0-0, sur un centre de Konate, Guirassy a gâché une belle occasion (18e). Puis en fin de première période, après un sauvetage de Benaglio sur une bonne frappe des 20 m de l'Iranien Ghoddhos, Konaté voyait sa volée finir hors du cadre (42e). Pire, Falcao a même failli marquer de la tête contre son camp (45e) alors que les hommes de Christophe Pélissier poussaient.

Mais en seconde période, Monaco a résisté, défendu et contré. Jusqu'au but salvateur du Russe Golovin, en contre. Un but qui évite à Monaco la 19e place. Et lui offre presque un maintien...

Falcao et les Monégasques, à la faveur de leur succès sur Amiens (2-0), sont quasiment assurés de rester en Ligue 1.
Falcao et les Monégasques, à la faveur de leur succès sur Amiens (2-0), sont quasiment assurés de rester en Ligue 1. Jean-François Ottonello

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct