Rubriques




Se connecter à

Ligue Europa: tout ce qu'il faut savoir avant le match Monaco-Braga

Monaco est face à son destin, ce jeudi soir au Louis-II, où il devra remonter deux buts de retard et renverser Braga. Sans révolte, dans une semaine cruciale, la fin de saison s’annonce sans saveur.

Christopher Roux Publié le 17/03/2022 à 08:51, mis à jour le 17/03/2022 à 08:57
S’ils sont éliminés par Braga ce jeudi soir, puis battus par Paris dimanche au Louis-II en Ligue 1 (13h), Tchouameni et ses partenaires n’auront plus grand-chose à jouer cette saison. Photo Jean-François Ottonello

Le match

Tout perdre ou raviver la flamme. A l’aube de ce huitième retour, Monaco n’a plus le choix. Battue à l’aller au Portugal (2-0), décrochée à neuf points du podium en L1, l’ASM flirte avec l’abîme et une fin de saison sans relief. Calamiteux dimanche à Strasbourg (1-0), les Monégasques ont été mis face à leurs responsabilités par Philippe Clement et Paul Mitchell, un coach et un directeur sportif en colère, qui ont rué dans les brancards cette semaine. Les discours ont été forts et il ne reste plus qu’à savoir si ce groupe est prêt à se faire violence.

Renverser le quatrième du championnat portugais implique un grain de folie, de l’audace et le même orgueil qu’à Kharkiv en août. Face au Chakhtior, en barrage retour de Ligue des champions, les Monégasques étaient tombés les armes à la main (0-1, 2-2 a.p.). Ils s’étaient transcendés après un match aller traversé sur la pointe des pieds. Aujourd’hui, au club, beaucoup citent ce sursaut comme l’exemple à suivre. Dans cette période où rien ne tourne rond, Donetsk est une boussole. Sur la scène européenne, le club princier a déjà réussi quelques come-backs mémorables et une histoire se cultive et se défend. Mais attention à ne pas faire n’importe quoi. "On devra rester équilibrés. On ne peut pas se jeter à l’attaque et laisser des espaces, a tracé Philippe Clement, ce mercredi. Le technicien belge est soucieux de ne pas être transpercé à chaque perte de balle mais sent "beaucoup d’envie pour faire un grand match."

Le Braga attendu sur la défensive

Pour retrouver sa foi, Monaco ne doit se fier qu’à lui, mais Braga pourrait aussi être un allié. Les Bracariens, impressionnants dans l’impact à l’aller, sont tout aussi imprévisibles que lui. Ils ont perdu trois de leurs quatre matchs à l’extérieur cette saison en C3 et viennent de s’incliner face à Gil Vicente en championnat (0-1). "On peut battre le Sporting ou Porto mais perdre contre Santa Clara ou Gil Vicente… Comme Monaco, cette équipe a des hauts et des bas", convenait Ruben, policier et supporter des Arsenalistas depuis l’enfance, croisé la semaine passée lors d’une visite impromptue à la fourrière. Excepté face à l’ASM jeudi dernier, cela fait plusieurs matchs que les Lusitaniens galèrent dans la finition.

Au Louis-II, ils sont logiquement attendus dans une configuration plus défensive. Même si leur coach, Carlos Carvalhal, a prétendu le contraire la semaine passée. Dans l’entrejeu, Castro devrait être préféré à André Horta pour sa densité physique. Fabiano, lui, pourrait évoluer un cran plus haut qu’à l’aller dans le couloir droit. Le Sporting risque d’abandonner le ballon et ce sera alors à l’ASM de jouer son va-tout. Mais l’exploit ne sera possible qu’avec plus de créativité que ces dernières semaines. "On peut faire plus, concède Caio Henrique. On a entendu les messages du coach et des dirigeants cette semaine. Ce match, c’est la bonne occasion pour montrer notre vraie force. On sait qu’on peut écrire l’histoire. On va presser haut et essayer de réussir cette remontada. Peu de gens pensaient que nous gagnerions au Vélodrome et nous l’avons fait (0-1). C’est la preuve que nous pouvons réaliser de grandes choses."

Les compos probables

La décla'

"Le soutien de Paul Mitchell ? Je n’ai pas besoin de la force des autres. J’ai confiance en mes joueurs et en ce projet qu’on m’a présenté fin décembre, avec le développement de jeunes joueurs. Mais c’est bien plus plaisant quand les dirigeants vous soutiennent que l’inverse.", Philippe Clement, l’entraîneur de Monaco

Le chiffre

42. Philippe Clement dirigera ce soir son 42e match européen. Ligue des champions et Ligue Europa confondues, son bilan compile 15 victoires, 12 nuls et 14 défaites. Ces statistiques, obtenues avec Genk, Bruges et Monaco, sont à mettre en perspective.

En Belgique, il a croisé plusieurs fois la route de clubs prestigieux (Real Madrid, PSG, City, United ou Dortmund). Sur les matchs à élimination directe, le technicien belge s’est qualifié cinq fois sur sept.

Touché par la Covid, il n’avait pas coaché Bruges face au Dynamo Kiev en seizièmes de finale de Ligue Europa la saison dernière (élimination/1-1, 0-1). Rik de Mil avait assuré l’intérim.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.